Site pour mieux connaître Dieu et l'Église catholique

Enfants nés hors mariage aux yeux de l’Église catholique

Bonjour,

Je me pose une question : quel est le regard de l’Église catholique sur les enfants né hors mariage ? Sont-ils considérés d’une manière ou d’une autre comme “inférieurs” ? Est-ce qu’il y a des choses qui leur sont fermées dans la religion ?

Les réponses sont dans les commentaires

Retour à la rubrique Questions

Publier une question

Précédent

comment savoir si l’on prie bien ?

Suivant

Que veut dire ce verset?

11 commentaires

  1. Cat-modératrice

    Les enfants nés hors mariage sont aimés de Dieu et de l’Église
    Bonjour,

    La religion catholique est celle où Jésus nous fait découvrir l’amour et la compassion de Dieu pour toute personne humaine. Jésus est venu pour les pécheurs et non pour les justes. Il ne rejettent pas les pécheurs, comment rejetterait-ils ceux qui sont nés d’un acte qu’Il n’approuve pas, alors qu’ils n’en sont aucunement responsables ?

    Le code de droit canonique actuel ne parle des « enfants illégitimes » que pour deux choses :
    – Les enfants illégitimes deviennent légitimes quand leurs parents se marient (canon 1139)
    – Les enfants nés d’un mariage qui est par la suite reconnu invalide sont légitimes bien que le mariage soit seulement “putatif” (canon 1114)

    Autrefois, il y avait des conséquences dans l’Église pour les enfants illégitimes, avec en plus la différence entre les enfants nés hors mariage, et les enfants nés de l’adultère.
    Par exemple, il n’y a pas si longtemps, les enfants illégitimes ne pouvaient pas devenir prêtre. Les enfants illégitimes non adultérins pouvant cependant obtenir une dispense. (Paul VI, Pastorale Munus, 1963).

    L’Église n’a jamais fini l’apprendre à mieux connaître Dieu et à mieux lui ressembler. C’est pourquoi ce genre de règlements évolue avec le temps, et l’approfondissement de la compréhension de qui est Dieu et qui est l’homme.

    • Isabella

      Toujours est_il qu’un enfant
      Toujours est_il qu’un enfant né hors mariage est interdit dans la religion catholique, certes nous sommes en 2015 mais cela ne change pas les règles établies, Jésus nous dit quand un homme et une femme s’aime, qu’ils se marient mais ne doivent pas commettre l’adultère, encore moins avoir des enfants alors qu’ils ne sont pas mariés.

      • Cat-modératrice

        Jésus et l’Église catholique

        Jésus et l’Église catholique ne permettent pas les relations sexuelles hors mariage, mais cela ne change rien à la dignité de l’enfant qui naît de relations hors mariage.

        Par contre, je ne suis pas d’accord lorsque vous dites « ne doivent pas commettre l’adultère, encore moins avoir des enfants alors qu’ils ne sont pas mariés ».

        Avoir des relations sexuelles totalement infécondes est interdit par l’Église, car la sexualité et la procréation ne doivent pas être séparées, selon le plan de Dieu. Avoir des relations sexuelles juste pour le plaisir est une forme d’utilitarisme, selon Jean-Paul II, qui l’a expliqué dans Amour et responsabilité, avant d’être pape (et d’ailleurs il dit aussi qu’avoir des relations sexuelles uniquement pour concevoir un enfant est aussi une forme d’utilitarisme condamnable).

        Donc un couple non marié qui s’unit sexuellement sans empêcher à tout prix la conception d’un enfant commet un péché moins grave que ceux qui s’unissent d’une manière totalement inféconde.

  2. nathalieD

    le don de Dieu
    pour ma part tout enfant est un don, un cadeau de Dieu quelque soit l’histoire de sa conception. Je lis votre question juste après avoir envoyé à catherine de la modération la bonne nouvelle sur l’histoire d’Anna Romano qui a eu le courage de garder son enfant .Notre saint père, le pape François l’a appelée sur son portable pour l’encourager et la féliciter du courage d’avoir garder son enfant.Anna s’inquiétait au sujet du baptême de son enfant, le pape l’a rassurée l’assurant que si elle rencontrait un problème il était là ( voir la bonne nouvelle ” retrouvé la joie de vivre” oui comme le dit catherine l’église n’a pas fini d’apprendre à mieux connaître Dieu et à lui ressembler ). Les règles peuvent évoluer et ces actes que posent notre pape pour des cas particuliers nous manifeste combien la miséricorde de Dieu est grande. Jésus est là au milieu de nous comme il était au milieu de nous il y a 2013 ans .

  3. Cat-modératrice

    Au sujet de cet article

    Au sujet de cet article proposé par Nathalie, il est frappant de voir que la maman pensait qu’il y avait de grands risques que l’on refuse le baptême à son enfant.

    Il est bien triste que des personnes aient de telles craintes, cela montre combien l’Église catholique est mal connue. Personne n’est rejeté de l’Église à cause de sa naissance ! Et encore moins rejeté du cœur de Dieu.

    Un prêtre n’aurait tout simplement pas le droit de refuser le baptême à un enfant sous prétexte qu’il est né hors mariage. Ce serait contraire au droit canonique. Et ce serait contraire au sens de la venue de Jésus sur cette terre !

    • aurorepromesses

      En 53, étant née de parents
      En 53, étant née de parents divorcés-remariés, un prêtre a refusé de me baptiser. Heureusement un prêtre d’une autre paroisse, plus éclairé lui, y a consenti sans problème.

      • Cat-modératrice

        Bonjour AurorePromesses, je
        Bonjour AurorePromesses, je suis bien triste d’apprendre que ce prêtre ait pu avoir un tel comportement, entièrement opposé à ce que demande l’Église, et à l’Évangile.
        C’est pour le bien des enfants qu’il est bon que leurs parents soient mariés, et non pour rejeter les enfants dont les parents ne sont pas mariés…

  4. Didier Ferriot

    Bonjour,
    Bonjour,
    J’ai une question fondamentale et très précise.
    Deux enfants d’un an décèdent le même jour.
    L’un est baptisé, les parents baptisés et mariés à l’Eglise. Ils vont à la messe tous les dimanches.
    L’autre n’est pas baptisé, conçu hors mariage. Les parents ne sont pas baptisés, ne veulent pas se marier…
    Ma question est précise :
    Est-ce que tous les deux vont se rejoindre (symboliquement) au ciel. Auront-ils le même parcours qui mène à Dieu ? au paradis… Pourront-ils jouer ensemble ? (toujours symboliquement) Que dit l’Eglise ?

    • Cat-modératrice

      Bonjour Monsieur,
      Bonjour Monsieur,

      L’Église catholique a affirmé officiellement que les enfants non baptisés vont au Ciel.

      Il n’y a qu’un seul Ciel, qui est un état et non un lieu. C’est l’état de communion parfaite avec Dieu et avec tous les êtres humains qui n’ont pas refusé Dieu. Ces deux enfants seront donc bien en communion l’un avec l’autre.

      Par ailleurs, personne n’est jugé sur les actes ou sur la piété de ses parents.

      • Didier Ferriot

        Merci beaucoup pour votre
        Merci beaucoup pour votre réponse.
        Cependant, j’ai discuté avec des catholiques (disons Tradi, pas les ultras) il n’ont pas la même analyse que vous. Pouvez vous me communiquer un texte officiel, canonique ou pontifical, ou un lien…
        Mes amitiés
        Didier

  5. Cat-modératrice

    Voici le texte officiel

    Voici le texte officiel indiquant la position de l’Église sur la question du sort des enfants morts sans baptême. Il a été rédigé en 2007 par une commission théologique internationale qui avait pour mission d’étudier la question. Le texte final a été approuvé par le pape Benoît XVI.

    C’est un texte très long qui retrace tout le cheminement de la réflexion de l’Église jusqu’ici. La conclusion ne sera peut-être pas assez catégorique pour vous, mais quand on voit ce qu’en pensaient les théologiens jusqu’à récemment, on peut espérer que ce ne soit qu’un premier pas :

    « Notre conclusion est que les multiples éléments que nous avons examinés plus haut offrent des fondements théologiques et liturgiques solides pour espérer que les petits enfants qui meurent sans baptême seront sauvés et jouiront de la vision bienheureuse de Dieu. Nous soulignons que ce sont des raisons d’espérer dans la prière plutôt que des fondements d’une connaissance certaine. Il y a beaucoup de choses qui, tout simplement, ne nous ont pas été révélées. »

    Pour ma part, je n’ai aucun doute sur la question : notre Dieu n’est pas un Dieu injuste pour priver du bonheur des enfants innocents !

    Je me suis trompée dans mon message précédent : l’Église a seulement affirmé officiellement qu’elle espère que les enfants morts sans baptême vont au Ciel, mais elle affirme aussi qu’il y a des “fondements solides” à cette espérance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Site sous WordPress & Thème par Anders Norén