Site pour mieux connaître Dieu et l'Église catholique

Comment construire un monde meilleur

Il est très important de faire des choses ensemble, de construire plûtôt que de “parler” (et en définitive ne parler que de soi) parce que c’est par “le faire” que nous pouvons entrer dans une véritable dynamique de l’amour. Et partout, on parle à n’en plus finir et tellement qu’on ne s’entend plus. Il faut bien savoir que bien que nous vivons à l’ère de l’hypertechnologie de la communication, l’incommunication devient chaque jours de plus en plus profonde. C’est d’ailleurs pour ca qu’après avoir perdu près de 25 ans sur internet à tenter de communiquer pour construire, je me suis pratiquement totalement déconnecté. Maintenant, est-ce que toutes cette lourde et intense expérience n’a pour avenir que de disparaitre définitivement dans la solitude la plus totale ou va-t-elle enfin arriver à s’exprimer et à être utile par les biais de ce forum? Nous verrons bien et je vais tenter l’expérience.

Les réponses sont dans les commentaires

Retour à la rubrique Questions

Publier une question

Précédent

Qu’est-ce que l’amour ?

Suivant

Comment ouvrir son coeur à l’Esprit Saint?

  1. Michaël 2

    Construire un monde meilleur (début)
    Bonjour à tous,

    la première question que nous pouvons nous poser serait celle-ci :

    Qu’est-ce que pour moi un monde meilleur? Ou, différement, “quel est le monde idéal dans lequel j’aimerais vivre?”.

    Vous pouvez y répondre dans les grandes lignes puis tenter de préciser peu à peu.

  2. Cat-modératrice

    Je ne peux pas dire comment
    Je ne peux pas dire comment serait le monde idéal, puisque ce serait un monde où chacun pourrait être totalement lui-même avec sa propre grâce, et cela nous réserverait beaucoup de surprises et de découvertes que nous ne pouvons imaginer. J’essaie aussi d’être attentive à ceux qui ne demandent rien mais à qui je pourrais faire du bien.

    Pour œuvrer moi-même pour un monde meilleur, j’essaie d’abord d’être à l’écoute de Jésus et de le prier chaque jour. J’essaie d’aimer chaque être humain, ne jamais me laisser envahir par la haine envers ceux qui m’ont blessée ou qui font le mal autour d’eux. Le plus difficile est d’aimer ceux qui disent être chrétien et qui font le mal.

    J’essaie aussi d’être moi-même pour pouvoir apporter aux autres ce que Jésus veut leur donner à travers les talents qu’il a pu déposer en moi. J’essaie d’aider ceux qui me demandent de l’aide, quand mes moyens matériels me le permettent.

  3. Cat-modératrice

    J’ai transmis votre question

    J’ai transmis votre question sur Facebook.

    Voici une réponse :

    Jean Louis Lafont C’est trouver son don et le mettre au service des autres. REVES 
    Ne rêve pas des rêves insignifiants, rêve de grands rêves ! Le plus grand danger qui te guette n’est pas de viser un but trop élevé et de le manquer, mais plutôt de choisir une cible trop modeste et de l’atteindre! Rêve le plus souvent possible ! A l’origine de toute grande réussite se trouve un rêve né dans le cœur de quelqu’un. Les rêveurs sont des personnes qui y refusent d’enfermer leur imagination dans un carcan ou de se limiter à faire seulement ce que les autres ont fait avant eux. Une telle attitude exige du courage ! Et il y a le démon du doute… Dès que tu conçois un rêve, ton esprit se retrouve soudain envahi par toutes les bonnes raisons pour lesquelles ce rêve ne peut pas se réaliser. Et tu trouveras toujours autour de toi des gens pour confirmer tes craintes… 
    Malgré tout cela, tu dois aller de l’avant et continuer à rêver. Sinon tu passeras le reste de ta vie à n’accomplir que les rêves des autres. Le rêve de Martin Luther King, est devenu réalit é et a influencé le monde entier. Attention, votre rêve n’aura aucune valeur s’il n’apporte aucune bénédiction aux autres. Entourez-vous de gens qui ont des rêves, des “I have dream”. Avez-vous remarqué que “Dream” et l’anagramme de drame… Le drame c’est donc quand tu n’as pas de dream, pas de rêves…
    Notre rôle en ce monde est d’aider les autres à mieux vivre, à poursuivre de plus grandes visions et à remplir leur esprit d’un profond sentiment d’espoir et d’un désir d’excellence. Nous sommes en ce monde pour l’enrichir.

    Jean-Louis Lafont (thérapeute, conférencier) Auteur du livre “Agressions sexuelles et Secrets douloureux”

  4. BénédicteN

    Un monde de partage
    Pour moi un monde meilleur,c’est un monde de paix de fraternité ,de partage, de communion veritable entre les individus ,entre les nations.Un monde où il n y’a ni blancs ni noirs ni asiatiques,un monde où un hommes ne se lèvera pas contre l’autre ni une nation contre une autre,bref un monde d’amour
    Mais;ce est une utopie à cause du “moi”qui s’exprime fortement en chaque homme et le pousse à faire des choix contraires à l’Évangile du christ.Moi j’essaye de mettre en pratique les oeuvres de miséricorde spirituelles et temporelles selon les moyens dont je dispose.

  5. Michaël2

    Construire un monde meilleur
    Bonjour à tous, la première chose importante à dire c’est qu’il y a eu quelques réponses. Parce que qu’est-ce qu’un “monde”, sinon la somme des relations qui le composent? S’il n’y a pas de communication, alors il n’y pas de monde, mais un néant relationnel, et un néant tout court puisque nous sommes des êtres de relations. Et nous vivons un monde d’incommunication, aggravé paradoxalement par le développement sans précédent de l’hyper technologie de la communication et qui a finit par tuer la véritable communication. Nous vivons donc dans une sorte de “non monde” puisque nous n’arrivons pas communiquer et ainsi à construire un monde qui correspondrait d’avantage à nos attentes. Le “monde” est ce que nous en faisons. Il est le reflet du regard que nous lui portons et des rêves qui nous habitent. Soit nous rêvons le monde et tentons d’incarner nos rêves, devenant ainsi des “auteurs et des acteurs de la vie”, soit nous ne le rêvons pas, et il devient ainsi un monde uniquement en proie aux “hommes sans rêves” qui ne poursuivent que des intérêts personnels au détriment de l’intérêt collectif. Il devient ainsi un cauchemar et c’est notre monde, ce monde dont tout le monde se plaint sans pour autant jamais agir pour le rendre meilleur.
    Comme le dit Jean-Louis Laffont, un monde meilleur, ou même un monde idéal, serait un monde ou chacun pourrait mettre en forme, réaliser, son grand rêve et ou chacun, plutôt que d’anéantir le “porteur de projet”, se mettrait à son service. Passant ainsi d’un monde du chacun pour soi à un monde du chacun pour tous. Mais trouver son grand rêve implique de faire appel à son imagination. C’est ce que disait par exemple Mr Yunus, prix nobel de la paix 2008 qui a eu pour grand rêve de “mettre la pauvreté au musée” et qui s’y est attelée en inventant au Bengladesh le “micro-crédit” qui a permis à des milliers de familles de créer leur auto-entreprise et de sortir de la pauvreté, en affirmant “qu’un monde meilleur commence par l’imagination”. Il ajoutait plus précisément que ‘l’on apprenait aux étudiants à se conformer au monde tel qu’il l’était mais jamais à imaginer dans quel genre de monde ils aimeraient vivre. Sur ce point précis il avait proposé à chaque enseignant de dresser une “liste de souhaits” afin de préciser ce que pourrait être un monde meilleur. Puis ensuite de développer une entraide afin de permettre à chacun d’avancer dans la réalisation des ses souhaits. J’avais beaucoup travaillé cette question au point d’avoir proposé à Paris des “cafés des souhaits” où chacun avait la possibilité de préciser son “rêve” (voir son grand rêve) et de trouver une oreille attentive pour pouvoir avancer dans sa réalisation. Cela a toujours été très positif et a permis à quelque personne de changer de vie du tout au tout. J’ouvrirait donc une nouvelle rubrique appelée “café de souhaits” sur ce site qui se présente comme un site d’entraide et qui donc exprime cette démarche qui est au fond le trait caractéristique du christianisme ou le souci de l’autre est à son fondement. En allant concrètement dans le développement d’une telle démarche, nous passons de l’ancienne loi négative et stérile : “ne faites pas aux autres ce que vous ne souhaitez pas que l’on vous fasse” à la loi évangélique positive et féconde du “faites aux autres ce que vous souhaiteriez que l’on vous fasse, voila toute la loi et les prophètes (Mathieu). “Tout la loi et les prophètes”, autant dire que cela résume l’essentiel du message chrétien. Voilà donc une manière concrète d’entrer dans la construction d’un monde meilleur : permettre à chacun de réfléchir à ce qui pourrait être un monde meilleur pour lui, l’aider à trouver son grand rêve et ensuite l’aider à le réaliser. Ainsi, pour répondre à Cat, nous nous dirigerons vers un monde “où chacun pourrait être totalement lui-même avec sa propre grâce ” et qui ajoute avec justesse que “cela nous réserverait beaucoup de surprises et de découvertes que nous pouvons imaginer”, et instaurerait, pour répondre à Bénédicte un “monde de paix, de fraternité, de partage et de communion véritable entre les individus”. Elle ajoute cependant qu’il s’agit pour elle d’une “utopie”, ce qui permet de préciser que le mot U-topie veut dire “un lieu
    qui n’existe pas” et qu’il appartient ainsi à chacun de faire exister. Rien de ce qui existe n’a pas été rêvé, imaginé auparavant. Mais comme les rêves, surtout quand ils sont grands dérangent terriblement ce monde dont l’imagination à été cassé dès l’école pour faire de chacun des consommateurs passifs, ils se heurtent à des résistances très grandes qui le plus souvent finissent par les détruire. Et principalement parce que le “rêveur” se retrouve seul. Voilà pourquoi un monde meilleur ne peut reposer que sur une écoute attentive de chacun et l’établissement d’un réseau d’entraide effectif.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Site sous WordPress & Thème par Anders Norén