Site pour mieux connaître Dieu et l'Église catholique

Qu’est ce que le jansénisme ?

Parfois, dans des discussions de paroisse, j’entends des gens dire “ça c’est du jansénisme”, mais j’ai beau essayer de lire ce que l’on trouve sur internet, je n’arrive pas à cerner ce que c’est vraiment . Pouvez-vous m’expliquer ?

Merci beaucoup

Les réponses sont dans les commentaires

Retour à la rubrique Questions

Publier une question

Précédent

est-ce que l’église catholique croit en l’astrologie ?

Suivant

Pourquoi Dieu demanderait-il que l’on croie en lui ?

  1. Filippo

    Le jansénisme, poison des consciences

    J’essaie de faire court, car c’est un courant du catholicisme qui mériterait un article entier. En effet, il a occupé une très grande place dans l’histoire religieuse de la France.

    Le jansénisme apparaît au XVIIème siècle. Il s’agit d’un courant rigoriste, qui voit le mal et le péché partout. Dieu est un Dieu terrible, qui sanctionne par la damnation ceux qui pèchent. La miséricorde disparaît, seul le jugement demeure. La sexualité est une concession pour faire des enfants. En dehors de cela, elle est vue comme dangereuse et totalement soumise au mal.

    Le jansénisme a été condamné par les papes, mais malheureusement, il a eu un succès durable en France. Son déclin a commencé au XIXème siècle, en particulier grâce à sainte Thérèse de Lisieux, puis ce déclin s’est accéléré au cours du XXème siècle.

    La génération née dans les années 1930 a encore été marquée par ce courant. La suspicion sur la sexualité n’a été levée qu’avec les écrits de Jean-Paul II au début des années 80. Le primat de la miséricorde sur le jugement ne s’est imposé qu’avec les nouvelles communautés et mouvements, nés dans les années 60-70.

    Nous pouvons rendre grâce à Dieu de nous avoir donné les nouveaux mouvements et Jean-Paul II, et toute sorte de catholiques fidèles à l’enseignement de l’Église. Grâce à eux, nous sommes débarrassés du jansénisme qui a fait tant de mal à nos aïeux, et a détourné des millions de gens de la foi catholique. La France ne serait probablement pas un des pays les plus athées du monde sans le jansénisme.

  2. Cello_84

    Je crois que c’est à la base

    Je crois que c’est à la base une déviance de l’expérience de Saint Jean de la croix. Celui-ci avait pour chemin d’aller directement à Dieu par la voie la plus sure…  Il y avait dans sa quête de l’absolu une grande rigueur que peu de monde peuvent suivre. Certains ont voulu l’appliquer dans des domaines que Saint Jean aurais probablement condamné.

    • Cat-modératrice

      En fait, c’est l’inverse !
      En fait, c’est l’inverse ! Saint Jean de la Croix a été traduit en français par des jansénistes qui ont trahi le texte. Ils ont volontairement transformé les phrases de St. Jean de la Croix pour les faire correspondre à leur théologie janséniste. On s’en rend compte très facilement si on prend le texte espagnol pour le comparer avec les traductions françaises classiques. Ce qui fait que pendant des siècles, les religieux qui croyaient étudier un docteur de l’Église se formaient en fait à des théories jansénistes opposées à la vraie doctrine de St. Jean de la Croix.

  3. Cello_84

    Ah oui, effectivement …

    Ah oui, effectivement …

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Jans%C3%A9nisme

    Quoi que tout ce qui est dit sur Wikipedia ne soit pas à prendre argent content

     

    • Cat-modératrice

      Pour donner un exemple, je

      Pour donner un exemple, je recopie ici un passage du livre Saint Jean de la croix : Pour lire le Docteur mystique du Père de Longchamps, spécialiste plus fiable que Wikipédia. À noter que la traduction qu’il critique est encore la plus utilisée en France.

      Pour déclarer et donner à entendre cette nuit obscure par laquelle passe l’âme pour arriver à la divine lumière de l’union parfaite de l’amour de Dieu (comme on la peut avoir en cette vie), il faudrait une autre expérience et une autre lumière de science que la mienne. Car il y a tant et de si profondes ténèbres et travaux, soit spirituels, soit temporels, que ces âmes heureuses ont coutume de souffrir pour parvenir à cet état de perfection, que la science humaine ne le saurait comprendre, ni l’expérience le déclarer. Celui-là seul qui y aura passé les aura pu sentir, mais non pas les dire.

      […]
      d) Bonheur ou souffrance ?

      « … ces âmes heureuses ont coutume de souffrir. »
      Ces âmes sont donc heureuses. D’emblées, Jean de la Croix nous dit qu’il s’adresse à de dichosas almas, des âmes qui ont de la chance, et non à de pauvres victimes pleurnichardes. Et « souffrir », ici, est une mauvaise traduction de pasar : « d’ordinaire, ces âmes passent pas là. » La connotation souffrante du texte français procède déjà de la conviction que le Bon Dieu veut que nous méritions son amour. Or, la souffrance n’a rien d’obligatoire. Jean de la Croix dira même, deux paragraphes plus loin, qu’Il veut nous l’éviter, afin que nous ayons moins de peine et plus de mérite ! En effet, s’il faut « passer par là », il ne faut pas forcément souffrir par là. Le critère de la perfection sera même l’absence de toute souffrance, et l’état d’union sera décrit par Jean de la Croix et beaucoup d’autres, comme la réintégration du Paradis terrestre. En attendant, rien ne nous oblige ici à entrer dans ce registre doloriste, quelque peu pélagien, comme s’il fallait obligatoirement souffrir pour être beau !

  4. Evangéline

    Et ceux et celles qui

    Et ceux et celles qui souffrent physiquement ou psychologiquement d’ailleurs….qu’en dit la Bible ou autre ?

  5. Cat-modératrice

    La Bible entière ne parle que d’amour et de souffrance !

    Oh, la Bible entière ne parle que d’amour et de souffrance ! Pourrais-tu préciser ta question ?

    En tous cas, nous savons que la souffrance n’était pas prévue par Dieu, mais qu’elle est une conséquence du péché originel.

    Nous savons aussi que Jésus nous a sauvés en prenant sur lui les conséquences de nos péchés, par amour, afin que nous n’ayons pas besoin nous-mêmes de souffrir toutes ces conséquences, même si nous sommes appelés à unir nos souffrances avec les souffrances qu’Il a portées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Site sous WordPress & Thème par Anders Norén