Site pour mieux connaître Dieu et l'Église catholique

Connaissez-vous des saints auxquels s’identifier ?

Je connais un livre qui s’appelle “Dix mille saints”. Je constate que l’immense majorité de ceux-ci rentrent dans des catégories auxquelles nous simples laïcs ne pouvons pas nous identifier facilement. C’est pourquoi je voudrais savoir si vous connaissez des saints laïcs (et qui le sont restés toute leur vie), non martyrs, n’appartenant pas à des familles royales ou princières, qui n’ont pas eu d’apparitions, ne sont pas morts d’une manière ou d’une autre en liaison avec leur foi (type Thomas More ou Maria Gorreti), et qui ne sont pas de la famille d’un ou d’une autre saint.

Spontanément, il me vient les noms de Pier Giorgio Frassati et du couple Quattrocchi. J’aimerais beaucoup que vous veniez enrichir cette liste, en décrivant un peu la vie de ces saints ou bienheureux.

Les réponses sont dans les commentaires

Retour à la rubrique Questions

Publier une question

Précédent

Serons-nous nus au Paradis ?

Suivant

Attendre le mariage pour une vie sexuelle avec celle qu’on aime

  1. Cat-modératrice

    Est-ce que Louis et Zélie

    Est-ce que Louis et Zélie Martin sont acceptables pour ta liste ? Ils sont de la famille d’une sainte religieuse, mais ils sont devenus saints avant que leur fille devienne religieuse, en tous cas Zélie qui est morte quand Thérèse était toute petite.

  2. Filippo

    Familles de saints

    Oui bien sûr !!!

    En fait, je pensais surtout aux familles où il y a eu des canonisations “en grand nombre”, mais il s’agit surtout de religieux et de rois et princes. Donc j’élargis volontiers ma liste aux personnes apparentées à des saints plus connus.

    Pour le plaisir, voici deux cas étonnants de familles où la sainteté semble la norme. Puisse le Seigneur nous accorder de telles familles de nos jours !

    • Saint Grégoire de Nysse, sa grand-mère Sainte Macrine l’Ancienne et deux de ses frères, Saint Basile de Césarée et Saint Pierre de Sébaste
    • Saint Ethelbert, roi du Kent (mort en 616). Ses trois filles sont toutes des saintes : sainte Sédride, moniale à l’abbaye de Faremoutiers ; sainte Aubierge, moniale à l’abbaye de Faremoutiers ; sainte Etheldrède ou Audrey, fondatrice du monastère d’Ely
    • Cat-modératrice

      Si les parents de saints

      Si les parents de saints connus sont acceptés, il y a aussi Sainte Monique, la maman de saint Augustin.

  3. Damien

    Saints immitables
    Bienheureuse CHiara Lucce

  4. Filippo

    Alors dans l’idée de pouvoir

    Alors dans l’idée de pouvoir s’identifier, je propose de resserrer un peu le propos. Certes, sainte Monique est laïque, mais elle est tellement loin de nous dans le passé que je souhaite plutôt connaître des saints qui ont vécu pendant l’époque moderne, c’est-à-dire après 1850.

    Merci pour Louis et Zélie Martin, ainsi que pour Chiara Badano. Ce sont effectivement des saints qui peuvent inspirer respectivement les gens mariés et les jeunes.

    Avez-vous aussi des exemples de saints restés célibataires ? Qu’ils le soient restés jusqu’à la fin de leurs jours ou bien qu’ils soient rentrés dans les ordres dans les derniers temps de leur vie ?

    • Cat-modératrice

      Est-ce qu’ils doivent avoir

      Est-ce qu’ils doivent avoir été canonisés ou béatifiés ? Si non, il y a Faustino Perez, dont je connais le père spirituel. Il est mort très jeune, de maladie. Il avait une vie spirituelle très profonde. Son père spirituel pense qu’il était vraiment saint.

  5. Filippo

    Bien sûr ! Pourquoi ne pas

    Bien sûr ! Pourquoi ne pas citer ceux dont le procès de béatification a été ouvert (appelés Serviteur de Dieu) ?

    Ainsi on peut citer Pierre Goursat, fondateur de la Communauté de l’Emmanuel. Objection possible : c’est un fondateur, donc quelqu’un d’exceptionnel. Réponse : il est resté laïc engagé dans le monde pendant très longtemps et n’a fondé l’Emmanuel que vers 60 ans.

    En fouillant un peu, j’ai trouvé Frédéric Ozanam, homme marié fondateur des Conférences de Saint Vincent de Paul, et Gianna Beretta Molla, la mère de famille qui a préféré mourir plutôt que de survivre en sacrifiant son enfant à naître.

    D’autres idées ?

Répondre à Damien Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Site sous WordPress & Thème par Anders Norén