Aller directement à la navigation

Vous pouvez aussi nous contacter en privé, si votre question est confidentielle.
QUESTIONSDieu | L’Église Catholique | La prière et la vie spirituelle | La Bible | L’amour | Morale et éthique | Autre ———— POSTER UNE QUESTION

Péchés solitaires

Question développée: 

Bonjour,
Je rencontre de grandes difficultés dans la pureté. J'ai pourtant 35 ans et bien que mariée, il m'arrive régulièrement de commettre le péché solitaire. C'était pourtant mon axe d'efforts durant ce Carême et on ne peut pas dire que ça a été une grande réussite jusque là. Je me suis confessée et le voilà déjà assaillie par les tentations. Je veux absolument tenir jusqu'à Pâques mais je me sens si faible que j'ai peur de ne pas tenir jusque là.
Je vous remercie par avance pour vos conseils.

Les réponses sont dans les commentaires

Retour à la rubrique Questions

Publier une question

Réseaux sociaux: 

Commentaires

Portrait de Cat-modératrice

Bonjour Madame,

Je vous renvoie à la discussion qui a déjà eu lieu sur ce site : Comment finir avec la masturbation ?

Je voudrais surtout vous inviter à garder la paix intérieure par rapport à cela. Jésus n'est pas venu pour les bien portants mais pour les malades, pour les justes mais pour les pécheurs. Dieu est certainement très heureux de votre volonté de cesser ce péché, mais si vous n'y arrivez pas, c'est l'occasion de lui redire combien vous avez besoin de lui, combien vous l'aimez et combien vous avez confiance en son amour pour vous.

Bonjour madame, je vous remercie pour votre réponse. Je vais aller très rapidement lire cette discussion.
Question subsidiaire : comment conserver la paix intérieure lorsque l'on ne cesse de chuter? J'ai parfois l'impression d'être une obsédée. La culpabilité me ronge. Parfois je suis en colère : pourquoi est-ce si agréable? Pourquoi est-ce interdit? Pourquoi suis-je si faible?

Portrait de Cat-modératrice

Bonjour Madame,

La paix intérieure quand on ne cesse de chuter vient de notre confiance dans l'amour de Dieu pour nous et dans son pardon.

Nous chutons tous sans cesse, pour ce péché ou pour d'autres. La masturbation n'est pas du tout le pire des péchés. La haine, la calomnie, le mépris d'autrui, sont bien pires.

Vous avez le droit d'être en colère. Dieu préfère encore que vous soyez en colère contre lui, mais que vous restiez en lien avec lui, que vous lui disiez ce que vous ressentez, plutôt que si vous l'oubliiez, ou si vous cessiez de croire en son pardon pour vous.

Je vous invite à lire d'autres échanges qui ont eu lieu sur ce site, qui peuvent répondre à ces questions. Moi-même je trouve ces questions très difficiles :

http://annoncescatho.com/quest...

http://annoncescatho.com/quest...

Après une chute, j'ai toujours un gros poids sur la conscience, je me sens comme rongée et je n'arrive plus à prier (j'ai l'impression que mes prières sont stériles après une chute). Le pire, c'est qu'après une première chute, tant que je ne me suis pas confessée, j'ai tendance à me laisser aller et à les enchaîner.

Portrait de Cat-modératrice

Je pense que Jésus est plus peiné par le fait que vous vous éloigniez de lui quand vous avez péché, le fait que vous priez moins car vous manquez de confiance en son amour pour vous, que par votre péché de masturbation.
Si vous commettiez ce péché parce que la volonté de Dieu vous est égale, ou parce que vous voulez offenser Dieu, oui votre péché vous séparerait de Dieu. Mais je ne pense pas que ce soit votre état d'esprit.

Quand bien même (ce qui n'est pas le cas) votre péché vous séparerait de Dieu, à l'instant même où vous vous tourneriez de nouveau vers lui il vous accueillerait. Vos prières ne sont jamais stériles. Le péché est l'occasion de reconnaître que nous avons besoin d'un sauveur.

Et bien je vous remercie, vos paroles sont très réconfortantes. Je ne sais pas combien de temps il me faudra pour me débarrasser de cette addiction, si jamais j'y parviens, mais j'ai bien compris qu'il fallait continuer à se battre et à prier en comptant sur la miséricorde du Seigneur.
C'est que parfois, c'est si décourageant. Et puis j'ai honte de m'abaisser à la masturbation. Ce qui est vraiment difficile à surmonter, c'est ce remord qui me ronge ensuite.
Il y a aussi un autre point qui est difficile, c'est la sincérité du repentir. Car je dois avouer que c'est surtout la peur de l'enfer qui me pousse à combattre ce défaut, mais j'ai bien du mal à regretter le plaisir ressenti.

Portrait de Cat-modératrice

Bonjour Sophie,

Si votre repentir vient de la peur de l'enfer, ce n'est pas un repentir parfait, mais Dieu accueille ce repentir tout de même. Vous pouvez prier pour que votre repentir devienne parfait, ce qu'on appelle "la contrition parfaite", c'est à dire que notre crainte soit de peiner Dieu et non une recherche de notre intérêt. C'est le chemin de tout chrétien, passer de la recherche de notre intérêt à un amour parfait. C'est cela même être chrétien, c'est ce cheminement.

Vous avez honte de vous abaisser à la masturbation. Pourtant, il y a bien d'autres péchés qui sont des abaissements plus grave, mais qui ne nous font pas autant honte, alors qu'ils devraient nous faire plus honte encore. Répéter quelque chose de mal que l'on a entendu contre quelqu'un, sans être sûr que ce mal soit vrai, est un acte bien plus impur que la masturbation. Pourtant beaucoup de chrétiens le font sans même s'en rendre compte.

Il y a aussi une question que je me pose : est-ce que nos mères, nos grands-mères, nos ancêtres avaient autant de difficultés, est-ce que ses pratiques étaient autant répandues autrefois (je ne parle que dans le milieu catho), ou est-ce que ce n'est pas notre monde d'aujourd'hui, hypersexualisé, qui nous met sous une forme d'emprise et nous rend beaucoup plus fragiles dans ce domaine en particulier.

Portrait de Cat-modératrice

Je pense que la masturbation aussi bien féminine que masculine est pratiquée depuis la nuit des temps et chez les catholiques depuis qu'il y a des catholiques, et provoquait des addictions comme aujourd'hui.
Cependant, il me semble évident que l'ambiance actuelle accentue les choses. Autrefois bien des femmes ne se masturbaient pas, car elles ne savaient même pas que ça existaient et ne pensaient pas à le faire. Aujourd'hui, impossible de ne pas en entendre parler, avec beaucoup d'incitations.
Aujourd'hui les films les plus ordinaires peuvent attiser le désir sexuel. Ça n'aide pas !

Oui, c'est probable. Je pense qu'autrefois, c'était une problématique essentiellement masculine qui touchait une faible proportion de femme. Aujourd'hui ça semble s'être généralisé aux 2 sexes, y compris chez les cathos.

Pages

Ajouter un commentaire



Dr. Radut Consulting