Aller directement à la navigation

Ajouter un commentaire

L'Église institutionnelle source d'exclusion ?

Exprimer une révolte: 
Reprise d'un commentaire écrit sur le sujet : « L'Église catholique condamne-t-elle la masturbation, et pourquoi ? »
 
Vous citez JPII qui parle de la vraie nature de l'Eglise*. Certes et elle ne se réduit pas ni à l'église romaine ni à une quelconque institution. La vraie nature de l'Eglise est "méta institutionnelle". Par contre je me rappelle bien de cette époque ou JPII avait destitué le bon Mgr Gaillot et l'avait nommé à la tête d'un évêché fantôme à "Partenia" et qui d'ailleurs a eu un très grand succès ce qui montre bien que l'Eglise romaine à un gros problème et que beaucoup en ont souffert et en souffre au point de s'en aller. 

Je me souviens qu'a l'annonce de sa destitution, les paroissiens s'étaient agglutinés devant le parvis, refusant d'entrer dans l'église pour assister à la messe. Le prêtre  a dû sortir pour aller à leur rencontre et entendre des "si c'est comme ca on ira chercher Dieu ailleurs" (c'est d'ailleurs ce que j'ai fait en devenant bouddhiste pendant quelques années et ce qui m'a fait le plus grand bien!) Tout le monde a oublié mais c'est bien le symptôme de cet autoritarisme et ce refus d'écouter de l'institution que JPII a exprimé. Et avec cette expression terrible : "Mgr Gaillot, il faut chanter avec le chœur". Voilà, toute initiative et toute pensée personnelle est prohibée, il faut obéir au chef. Alors que le pape devrait être le plus petit d'entre nous... Je dis ca juste pour montrer la différence entre la vraie nature de l'Eglise et le vrai visage de l'Eglise qui est sur le fond une véritable machine à broyer et à exclure. Et elle l'a largement montré au cours du temps. Et aussi parce que site reprend le titre de JPII très rapidement canonisé alors que ceux qui l'approchaient de près l'on décrit comme un véritable tyran. Il est temps qu'une autre Eglise émerge et qui revienne aux fondamentaux des premiers temps qui ont été très largement déviés donnant naissance à une dérive autocratique qui a été une source terrible de division et d'oppression. "On attendait le retour du Christ et on eu l'Eglise" disait avec dépit les gens au XIXe siècle..." 
 
Bonne continuation
 
Pour ceux qui veulent aller plus loin dans la critique institutionnelle, je cite quelques ouvrages majeurs :
 
"Fonctionnaires de Dieu", du théologien catholique Drewerman (viré, hum ca sent bon la liberté d'expression)
 
"Prisonnier de Dieu" ou Michel Benoit relate les 18 ans qu'il a passé dans un monastère bénédictin (et ou il a été lui aussi exclu à la fin par les "frères" dominicains)
 
Et le terrible "Pathos catholique" de Jean-Yves Jézéquel, qui a été abbé des Carmes pendant 37 ans et déclaré "relapse et hérétique" (comme au bon vieux temps!). Le livre le plus terrible que j'ai lu  et qui exprime avec des mots précis le pourquoi de toutes les souffrances "des hommes libres" confronté à l'institution.
 
Jean-Paul II dans son encyclique Redemptoris Missio :

Il est vrai également qu'un certain nombre de personnes déclarent avoir intérieurement donné leur foi au Christ et à son message, sans pour autant vouloir s'engager sacramentellement parce que, à cause de leurs préjugés et des fautes des chrétiens elles ne parviennent pas à percevoir la vraie nature de l'Église, mystère de foi et d'amour. Je voudrais encourager ces personnes à s'ouvrir pleinement au Christ, en leur rappelant que si elles se sentent attirées par le Christ, c'est lui qui a voulu l'Église comme le « lieu » où elles peuvent effectivement le rencontrer. En même temps, j'invite les fidèles et les communautés chrétiennes à témoigner authentiquement du Christ par leur vie nouvelle.


Les réponses sont dans les commentaires

 

 

Réseaux sociaux: 


Dr. Radut Consulting