Aller directement à la navigation

Ajouter un commentaire

Portrait de Cat-modératrice

Pourquoi dites-vous que c'est une étrange question ? Vous y avez répondu d'une manière très claire, cela montre que la question était pertinente. J'ignorais totalement ce que vous dites concernant vos conciles.

Si vous étudiez les théologies protestantes et catholiques, même s'il y a des différences importantes entre vous et nous, vous ne pourrez pas nier que les Églises protestantes sont beaucoup plus éloignées de nous dogmatiquement que l'Église orthodoxe.

En ce qui concerne l'unité entre catholiques et orthodoxe, telle qu'elle est désirée par les catholiques, la doctrine officielle de l'Église catholique ne va clairement pas dans le sens d'une assimilation des orthodoxes par les catholiques. D'ailleurs l'Église catholique reconnaît l'autorité des évêques orthodoxes et ne nomme pas d'évêque catholique pour les lieux qui ont déjà un évêque orthodoxe. Cette pratique n'est pas réciproque, et en vous lisant je comprends encore mieux que les désirs d'unité et de reconnaissance mutuelle sont beaucoup plus forts du côté catholique que du côté orthodoxe.

Par contre il est vrai que pour les catholiques, une unité avec les orthodoxes devrait obligatoirement passer par la reconnaissance de l'autorité du pape. Mais ce n'est pas une autorité qui nie les différences particulières. D'ailleurs, dans la dernière exhortation apostolique du pape François, celui-ci a écrit : « Il n’est pas opportun que le Pape remplace les Épiscopats locaux dans le discernement de toutes les problématiques qui se présentent sur leurs territoires. En ce sens, je sens la nécessité de progresser dans une “décentralisation” salutaire. »



Dr. Radut Consulting