Aller directement à la navigation

Bonnes nouvelles

Publier une bonne nouvelle (réservé aux inscrits)

Présentation

Les médias déforment notre vision du monde en privilégiant toujours les nouvelles dramatiques et terrifiantes. Ce flux permanent de nouvelles négatives contribue à nous entraîner dans le désespoir que porte la société occidentale contemporaine.

Entraidons-nous à tenir dans l’espérance en fixant notre regard vers toutes les nouvelles de joie et d’espérance, qui passent généralement inaperçues dans la masse des nouvelles de désespoir.

Portrait de Cat-modératrice

Guinée : 500 exciseuses ont décidé de ne plus jamais pratiquer la mutilation génitale

 

Nouvelle du site du Figaro :

500 exciseuses viennent de décider de ne plus jamais pratiquer l’excision génitale dans la région de N'Zérékoré, située à plus de 1 000 km de Conakry. L’abandon du « couteau », comme on dit là-bas, est le résultat inédit d‘une longue campagne de sensibilisation et d’information sur les dangers liés à cette pratique, a indiqué la télévision nationale guinéenne. Durant plus d’un an, le gouvernement, à travers le ministère de la Santé et de l'Hygiène publique associé aux organisations non gouvernementales du pays, a enclenché une véritable bataille contre l'excision. En tentant d’expliquer, dans chaque village, l’impact négatif de cette « mutilation arriérée », l’État a souhaité sensibiliser, en priorité, les mères de jeunes filles. Elles sont, dans la plupart des cas, à l’origine de l’opération. Le but était de les « toucher » en leur rappelant les douleurs qui suivent l’excision en tant que telle, mais aussi celles subies par la suite telles que les saignements permanents lors des rapports sexuels ou encore la « déchirure vaginale » lors de la mise au monde. Compte tenu du poids de la religion et de la tradition en Guinée, le geste des exciseuses constitue un symbole fort.

Portrait de Cat-modératrice

Médecine : la piste du laser contre Alzheimer et Parkinson

Nouvelle du site du Figaro :

Le laser sera-t-il bientôt la nouvelle arme contre les maladies d'Alzheimer, de Parkinson ou encore d'Huntington ? C'est ce que laissent entendre de chercheurs suédois et polonais qui travaillent ensemble sur l'intérêt de cette source lumineuse de haute intensité pour diagnostiquer, voire traiter, ces maladies. Les résultats de leurs travaux ont été présentés la semaine dernière dans la revue scientifique Nature Photonics.

Les experts viennent de montrer que des protéines agrégées, identiques à celles retrouvées chez les patients atteints de ces maladies neurodégénératives, absorbent différemment la lumière d'un rayon laser par rapport aux mêmes protéines non agrégées, caractéristiques des cerveaux sains. Or, ces différences d'absorption peuvent être facilement observées en analysant le signal lumineux de sortie, après son passage dans les tissus. Les chercheurs viennent donc potentiellement d'ouvrir la voie à une méthode de dépistage simple, non invasive et non toxique pour ces maladies.

Portrait de Cat-modératrice

Philippines : une naissance au milieu des décombres

Nouvelle du site du Figaro :

Allongée sur une planche de bois, au milieu des débris dans un centre médical de fortune, Emily Sagalis a donné naissance à une petite fille, qui portera le nom de sa grand-mère, disparue depuis le passage du typhon Haiyan, qui a frappé le centre des Philippines ce week-end.

La petite est née ce lundi, dans un bâtiment de l'aéroport de Tacloban, une des villes les plus touchées par la tempête. Le local a été transformé à la hâte en centre médical mais le sol est jonché de débris, bouts de métal tordus, bris de verre, morceaux de bois...

Portrait de Cat-modératrice

Dolls for Down : une poupée pour les enfants trisomiques

Nouvelle du site de la Fondation Lejeune :

Hannah a 14 ans. Elle adore les « Special Olympics », la télévision, les films, les jeux de cartes. Elle est atteinte de trisomie 21.

[...] J’ai voulu faire un nouveau modèle de poupée destinée aux personnes atteintes de trisomie parce qu’Hannah, qui avait alors 8 ans, regardait un magazine et elle m’a dit : « il y a aucune poupée qui me ressemble ». J’ai alors regardé sur internet, et j’ai trouvé des poupées qui avaient plus de caractéristiques de la trisomie.  J’ai trouvée les concepteurs de ces poupées cherchaient tellement à coller à toutes les  caractéristiques que les résultats n’était pas très beaux. Je voulais vraiment faire quelque chose qui, comme le disait Hannah, lui ressemble. Cela impliquait qu’il fallait donner à la poupée, une personnalité positive, être belle, mais aussi être vraie avec les caractéristiques de la trisomie.

Portrait de Cat-modératrice

La basilique de Gethsémani restaurée par de jeunes musulmans

Nouvelle du site News.va :

La basilique de Gethsémani, en Terre Sainte, a recouvré son antique splendeur. L’église, bâtie en 1924 par l’architecte Antonio Barluzzi, reproduisant quasiment à l’identique l’édifice voulu par l’empereur romain Théodose, a été restaurée à l’initiative de la Custodie de Terre Sainte qui en a la garde. Dix-huit mois de travaux et 600 000 euros ont été nécessaires pour redonner toutes leurs couleurs aux mosaïques des douze voûtes.

Pour réaliser cette opération qui n’avait jamais été menée depuis la construction de la basilique, les franciscains ont décidé d’investir dans la formation de jeunes palestiniens locaux. Six jeunes gens, tous venant du Mosaic Centre de Jéricho, ont ainsi participé aux travaux. Parmi eux, cinq musulmans.

Portrait de Cat-modératrice

Indonésie : à Florès, une religieuse catholique plaide la cause des femmes battues et abusées

Nouvelle du site Églises d'Asie :

L’île indonésienne de Florès, dans l’archipel des petites îles de la Sonde, fait exception dans le paysage religieux national par la très forte proportion de sa population adhérant à la foi catholique. Dans un pays dont 85 % des habitants sont musulmans, les catholiques représentent plus de 90 % des près de deux millions de Florésiens. Pour Soeur Eustochia Monika Nata, 70 ans, religieuse de la congrégation des Servantes du Saint Esprit, il est toutefois un autre domaine où les habitants de Florès ne font pas exception à la règle, c’est celui des abus perpétrés contre les femmes.

Dans une dépêche diffusée ce 4 novembre par l’agence Ucanews, Sœur Eustochia rapporte qu’il y a quelques années de cela, elle avait demandé à une assemblée formée d’une cinquantaine de Florésiennes si elles avaient jamais été battues par leurs maris. « Seules deux épouses ont répondu que jamais leur mari n’avait levé la main sur elle », témoigne la religieuse.

Portrait de Cat-modératrice

La lutte contre le trafic d'êtres humains : une priorité pour le Saint-Siège

Nouvelle du site News.va :

Le Saint-Siège, sous l’impulsion du pape François, s’engage de façon décisive dans la lutte contre le trafic d’êtres humains et l’esclavage moderne. Deux jours de travaux sur ce thème se sont achevés dimanche au Vatican. Prostitution, travail forcé, trafic d’organes, autant de problématiques qui ont été abordées durant cette réunion de travail organisée par l'Académie pontificale des Sciences et l'Académie pontificale des Sciences Sociales, en partenariat avec la Fédération mondiale des associations médicales catholiques (FIAMC).

Des experts et observateurs venus de différents continents étaient présents aux côtés de religieux, d’organisations et d’institutions qui, sur le terrain, combattent ce phénomène, qui constitue l’un des aspects négatifs de la globalisation. L’objectif était dans un premier temps de faire, en quelque sorte, un état des lieux, puis d’établir un plan d’action notamment à travers des propositions.

Portrait de Cat-modératrice

Installation de la 4e « boîte à bébé » de Suisse

Pourquoi mettre cet article dans les bonnes nouvelles ? Certaines personnes sont plutôt scandalisées par l'existence des « boîtes à bébé », qui favoriseraient l'abandon des bébés par leur maman, et priverait ceux-ci de tout espoir de retrouver leurs origines. 

Pourtant, c'est à mes yeux une solution extrêmement positive. Aujourd'hui où l'avortement est encouragé, tandis que les femmes qui donnent leur enfant à l'adoption sont presque toujours violemment jugées, cette pratique permet aux femmes qui sont dans des situations difficiles ou se sentent incapables d'assumer leur enfant, d'échapper au désespoir et à une humiliation plus grande encore. Qui sait s'il n'y aurait pas moins de meurtres de nourrissons si les boîtes à bébé se trouvaient dans tous les pays... De plus, l'assurance de l'anonymat peut aider une femme à prendre la décision courageuse de porter son enfant pour le donner à l'adoption, plutôt que de choisir d'avorter secrètement.

Portrait de Cat-modératrice

Chine - Le régime tente un redressement moral par la religion : vers une baisse des persécutions ?

Nouvelle du site Églises d'Asie :

Ces dernières années, les tentatives du gouvernement chinois de recourir aux valeurs religieuses pour combler le vide moral dont témoigne la multiplication des scandales de toute nature en Chine aujourd’hui ont été nombreuses. L’appel lancé en août dernier par le président Xi Jinping de « construire une civilisation matérielle et spirituelle » s’inscrit assurément dans cette ligne politique.

Pour autant, la politique religieuse des autorités chinoises ne semble pas évoluer. Conçue autour d’un système ne comprenant que cinq religions officiellement reconnues et enregistrées, cette politique ne dispose pas de la souplesse nécessaire pour prendre en compte la diversité du paysage religieux actuel, ni ne permet de sortir d’un régime où les autorités en place ne conçoivent pas de ne pas pouvoir contrôler, d’une façon ou d’une autre, les activités religieuses de la population chinoise.

Portrait de Cat-modératrice

Les quatre otages français détenus au Niger depuis 2010 enfin de retour en France

Nouvelle du site du Figaro :

Les quatre ex-otages français, enlevés en 2010 au Niger par al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi), ont décollé au petit matin de l'aéroport de Niamey (Niger) en direction de Paris, où il sont attendus en fin de matinée. 

[...] Thierry Dol, Daniel Larribe, Pierre Legrand et Marc Féret avaient l'air bien plus détendus que mardi soir, quand ils étaient arrivés à l'aéroport de Niamey, peu après leur libération. Tous sont habillés à l'européenne, l'épaisse barbe qu'ils portaient mardi soir rasée ou taillée. «Ca a été très difficile, mais c'est une épreuve de la vie», a déclaré mardi soir l'un d'eux, Thierry Dol, 32 ans. 

Pages

Souscrire à RSS - Bonnes nouvelles


Dr. Radut Consulting