Aller directement à la navigation

Paroisse

Onglets principaux

Portrait de Evangéline

En tant que catholique pratiquant, vous sentez vous bien accueilli dans votre paroisse ?

Réseaux sociaux: 

Commentaires

Portrait de Cat-modératrice

J'ai longtemps été mal à l'aise dans les paroisses, je partais immédiatement à la fin de la messe par timidité et difficulté à trouver ma place. Mon mari étant beaucoup plus à l'aise que moi me permet de faire la connaissance des gens dans notre nouvelle paroisse. Mais nous avons quand même du mal à y trouver notre place au niveau de notre vocation, de nos désirs missionnaires.

Je n'y trouve pas ma place. Dans ma paroisse beaucoup de clans. Moi, je ne peux pas partir après la messe, car je dois attendre mon chauffeur, mais pourtant, je me retrouve seule, en attendant le conducteur. Pourtant je suis connue. Je suis mal à l'aise à cause de ces clans ! Actuellement, ils sont en panne d'ouvriers à la vigne, mais quand des jeunes ont voulu aider, ils avaient du mal à laisser leur place (animation-lecture-etc), voilà ce qu'ils ont gagné ! De plus, si vous êtes dehors, c'est à dire, que vous croisez un ou une paroissienne dans la rue, ils ou elles ne vous connaissent plus et ce qui me rassure, c'est que je ne suis pas la seule à le dire...

Merci Cath.

EH bien je y trouve pas ma place......je suis un peu du meme avis qu'Evangéline (qui a un super prénom) !!! :) trop de clans peut etre, de la timidité, de la retenue? manque de dialogue, suspiscion peut etre que sais je..."tetes qui ne reviennent pas"? :-/
Combien de fois moi aussi ai je croisé d'autres jeunes que je voyais à l'eglise le dimanche seulement, sembler m'ignorer lors de rassemblemnts.....on a tous à aller vers les autres dans le respect des personnes!

Portrait de Cat-modératrice

Oui, c'est dur de vivre ce genre d'expérience. J'ai donné ici mon propre témoignage de ce que j'avais vécu quand j'étais étudiante : 
http://www.annoncescatho.com/comment/1416#comment-1416

Pas facile pour les gens timides de s'intégrer dans les paroisses. C'est parfois plus facile dans certaines communautés.

Portrait de Fil

Trois expériences d'arrivée dans une nouvelle paroisse en tant que célibataire, pratiquant régulièrement.
Je suis plutôt réservé. Sans les fuir, je ne parle pas spontanément aux gens que je ne connais pas. Mais je ne file pas avant la fin de la messe, reste même volontiers quand il y a des pots ou partages et suis très repérable (homme seul à la messe, grande taille et catogan… trop "anormal", peut-être ;)

• NON et OUI •
La première, une paroisse très vivante et chaleureuse de région parisienne. Personne ne m'a dit bonjour pendant… 6 ans !!! C'est comme si j'étais invisible. Très douloureuse expérience (dans la paroisse de mon enfance, j'étais très bien intégré et impliqué). Après quelques années, un couple d'amis avec de jeunes enfants est venu me rejoindre juste un dimanche et tous les paroissiens étaient autour d'eux à la fin de la messe (aucun ne m'a adressé la parole). Quand j'ai enfin été "repéré", j'ai très vite trouvé ma place (EAP - animation musicale - catéchèse - aumônerie). À mon départ, 12 ans plus tard, personne ne voulait me laisser partir… ^^
En EAP, j'ai souvent insisté sur ce problème de l'accueil mais, n'étant moi-même pas très doué pour ça en dehors de petits cercles, je sais que ce n'est pas simple.

• NON •
Nouvelle paroisse (rurale, cette fois) suite à mon déménagement. Paroisse assez grande mais moyenne d'âge très élevée en dehors des vacances scolaires. Même expérience douloureuse (mais moins longue). Le prêtre saluait tous les paroissiens à la sortie de la messe, sauf moi. Lors d'un pique-nique "fraternel" partagé après une messe du 15 août, même invisibilité. Les paroissiens distribuaient verres et gâteaux à apéritifs à la ronde mais passaient devant moi sans me voir (je suis peut-être trop grand ;) Dégouté, je suis rentré chez moi avec mon plat, triste comme une pierre.
À la rentrée paroissiale (après 6 mois de pratique régulière) je suis allé spontanément proposer mes services pour de l'animation musicale (guitare)… Aucun retour. Ce n'est qu'au bout d'un an que le prêtre m'a salué pour la première fois, puis présenté à un couple de paroissiens (avec qui je suis resté très ami). Les autres paroissiens, dans l'ensemble, ont continué à m'ignorer. Ce n'est qu'après mon départ que les gens ont commencé à me reprocher de délaisser "ma" paroisse pour aller jouer de la musique ailleurs… Incroyable !

• OUI •
Après deux ans de ce régime, je me suis retrouvé, complètement par "hasard" (faute d'une messe un dimanche dans "ma" paroisse), dans une autre paroisse rurale très petite (moins de 40 personnes à la messe) mais à l'assemblée très diversifiée (âges de 4 à 90 ans, origines éthiques et professionnelles très variées). Là, j'ai été accueilli immédiatement et très chaleureusement (Comme ça devrait être toujours le cas entre chrétiens… Il me semble… ;) Depuis un peu plus d'un an, je participe à nouveau à l'animation musicale des messes. Cette paroisse (qui ne cesse de grandir dans la même ambiance fraternelle) est une bénédiction et je n'ai pas peur d'y emmener des jeunes qui viennent régulièrement chez moi en Woofing. La plupart sont des "périphériques" qui n'ont jamais mis les pieds dans une église et considèrent cette expérience comme très positive.
Néanmoins, certaines amies chrétiennes, de passage chez moi, s'y sont déjà senties très mal à l'aise, préférant au contraire l'anonymat des grandes églises où personne ne se connaît…
Vraiment pas facile !

PS. Je n'ai pas voté car il n'y a pas de bouton "Ça dépend" ;)

Portrait de Cat-modératrice

Bonjour Fil,

Merci pour votre témoignage.

L'Église est composée d'êtres humains fragiles et pécheurs. Nous sommes tous capables de blesser notre prochain dans un domaine ou un autre... Si tous les chrétiens se comportaient comme le Christ en toute chose, le monde serait déjà entièrement devenu chrétien.

Prions pour ceux qui nous blessent, et prions pour ne pas nous-mêmes faire de mal à nos frères.

En tout cas, vous avez eu raison de changer de paroisse !

Portrait de Jean-ClaudeA

Je suis heureux de trouver ce site et ce sujet. J'ai grandi dans une famille catholique et j'allais dans des écoles Catholiques, souvent loin de chez moi.J'avais 14 ans en 1968 ,mes parents étaient plutôt conservateurs ; c'est ce que je ressentais sans bien le comprendre. Après mon bac , j'ai fui une situation familiale compliquée.Je sentais que mes parents de s'entendaient pas. Je me suis éloigné de l'église. C'est un ancien élève qui m'a indiqué une communauté nouvelle où j'ai vécu une conversion, j'y suis resté plusieurs années. En la quittant mon retour à la vie paroissiale a été très difficile et je me retrouve dans les témoignages qui sont exprimés ici.L'experience du parcours Alphas a été très stimulante. En criant ces lignes je me souviens que je n'ai quasiment pas été catechise dans mon enfance

Ajouter un commentaire



Dr. Radut Consulting