Aller directement à la navigation

Pourquoi est-ce que certains curés refusent de prendre des filles comme enfant de chœur ?

Exprimer une révolte: 

Je ne comprends pas. 

 

 

Réseaux sociaux: 

Commentaires

Portrait de Cat-modératrice

Je ne comprends pas bien ce qui vous dérange dans ce commentaire. Pouvez-vous êtes plus explicite sur les raisons pour lesquelles vous préférez que ce soient les garçons qui servent la messe ?

Bonsoir Pierre-Louis
Votre commentaire quoiqu’ un peu confus et dispersé, montre néanmoins, et vous ne vous en cachez pas, une volonté d’exclure les filles du service de l’autel, en désobéissance au CJC.
Pour vous donner bonne conscience je vous cite : La femme peut participer dans l'accompagnement des offrandes, la communion, les chants et bien d'autres encore. Dans la cathédrale de Chartres, nous n'acceptons pas, et ne le prenez pas mal, qu'une fille participe au service de l'autel, mais bien évidemment nous lui proposons d'aider l'équipe liturgique. l'accompagnement des offrandes, la communion, les chants et bien d'autres encore »
Alors viennent les lots de Consolation « Servantes de l’Assemblée », « Servantes de la Liturgie » Services qui n’ont rien de canoniques, avec interdiction de revêtir l’aube, d’entrer dans le chœur et affublées de vêtement qui eux aussi n’ont rien de liturgique Capes Capelines etc…
Pourquoi un garçon sert-il à l’autel ? Pour être meilleur, pour vivre sa Foi au plus près du Christ, c’est un choix c’est un appel. Pourquoi mais Pourquoi faudrait-il interdire aux filles de répondre à ce même appel, et surtout ne me répondez pas comme je l’entends souvent « Y a pas de femmes prêtres ». Une fille chrétienne a reçu le même baptême qu’un garçon alors pourquoi vouloir rabaisser les filles en les jugeant « Indigne » de servir à l’Autel et le leur interdire en contradiction avec le CJC. Ce n’est vraiment pas chrétien.
Ne tombez pas dans les excès d’endoctrinement, n’ai-je pas entendu un prêtre dire à « ses garçons » vous êtes servants de messe parce vous êtes supérieurs aux filles ; et le drame qui s’ensuivit dans sa famille lorsqu’il déclara à ses sœurs devant ses parents, je suis supérieur à vous, c’est l’abbé qui nous l’a dit , le père n’a pas été du tout content, et ce n’était pas moi !
J’ai été servant en 1945 à l’âge de 6 ans jusqu’à l’âge de 24 ans avec une interruption de 5ans, à 17 ½ pour un engagement militaire. J’étais cérémoniaire mais nous étions plusieurs sans hiérarchie 1er 2ème 3ème etc.
A l’heure actuelle et depuis 40 ans, dans ma paroisse le groupe des servants d’autel est mixte, et sans aucun problème. Ma fille a été servante d’autel et à 38ans est responsable de ce groupe, personnellement, j’ai formé cette année 3 Thuriféraires 1 fille et 2 garçons. Et garçons et filles remplissent sans distinction toutes les fonctions de ce magnifique service.
Le Vatican autorise le service de l’autel par les filles et l’évêque peut les interdire dans tous son diocèse pour des raisons valables et motivées. Dans aucun diocèse de France un évêque n’a interdit le service de l’autel par les filles.
Et pour notre Archevêque : je cite : Un prêtre n’a pas à refuser qu’une fille lui serve la messe.
Merci de m’avoir lu.

"Henri"
Vous vous emballez.
Certains points que vous évoquez ont déjà reçu des réponses plus que solides.
Pourquoi vouloir à ce point, presqu'obsessionnellement, que garçons et filles fassent tout pareil?

Je trouve normal que les paroisses puissent décider de réserver le service de l'autel aux garçons.
Tout normer de manière générale est contre le principe de subsidiarité qui est un des piliers de la DSE.

J'ajoute que je n'ai pas trouvé l'exposé de Pierre-Louis confus ou dispersé.

Portrait de Cat-modératrice

Bonjour Henri,

Il me semble que vous nous avez déjà parlé de ce prêtre affirmant la supériorité des garçons sur les filles. C'est tellement choquant et grave que c'est difficile à croire ! Êtes-vous sûr que ce n'est pas le petit garçon qui a interprété ainsi les paroles du prêtre ? Ce serait déjà inquiétant, mais cela semble tellement invraissemblable qu'un prêtre dise explicitement que les garçons sont supérieurs aux filles !

Inutile de vous dire que la théologie catholique affirme la parfaite égalité en dignité de l'homme et de la femme. Malheureusement, il arrive que des prêtres aient un certain mépris, ou dédain, pour les femmes, de même que certains hommes ont ce mépris dans tous les secteurs de la société. Il y a aussi des femmes qui méprisent les hommes et pensent les femmes supérieures aux hommes, même si historiquement, le mépris des hommes pour les femmes a été bien plus fréquent, comme Dieu l'avait annoncé après le péché originel.

Pour ma part, je suis une femme et je ne me sens aucunement inférieure aux hommes. J'ai cheminé pendant des années vers la vie consacrée dans une communauté mixte (les laïcs consacrés peuvent être en communauté mixte, contrairement aux religieux) où seuls les hommes servaient la messe. Je ne m'en suis jamais sentie humiliée ou infériorisée. Personne ne considéraient que les femmes étaient "indignes" de servir la messe, ce n'était vraiment pas ça la question ! D'ailleurs, au quotidien il n'y avait aucun mépris des femmes dans cette communauté. Au contraire, c'est cette vie communautaire qui m'a réconciliée avec la gent masculine. On m'y donnait pleinement ma place, et j'ai pu y déployer mes dons intellectuels, alors qu'ailleurs dans la société j'ai souvent senti que des hommes, pas forcément catholiques, acceptaient mal que je donne mon avis sur des sujets intellectuels...

La question de réserver le service de la messe aux garçons dans certains cas est en lien avec la question du sacerdoce, les motifs n'en sont pas différents. Pour les motifs de la masculinité du sacerdoce je vous renvoie à ce que j'ai déjà écrit : « Pourquoi les femmes ne peuvent pas être prêtre ? ». Ce sont des raisons qui ne sont aucunement humiliantes pour la femme. Vous pouvez penser que la masculinité du sacerdoce ne justifie pas la masculinité du service de la messe, mais pour autant dans les cas où on réserve le service de la messe aux garçons, c'est en rapport avec la masculinité du sacerdoce et pas autre chose. Peut-être que dans certains cas il y a des prêtres qui le font en ressentant un mépris pour les femmes, mais ce n'est certainement pas majoritaire. On peut toujours trouver des exemples de péché dans tous les domaines !

Je ne m’emballe pas du tout désolé. Ce brave cérémoniaire nous dit qu’à la Cathédrale de Chartres, les filles n’ont pas le droit de Servir à l’autel grand bien leur fasse. La seule chose que je rappelle est que conformément au CJC les filles peuvent servir à l’autel comme les garçons sans aucune différence. C’est quand même facile à comprendre !
Je rappelle que le CJC est là pour être appliqué et non pour être « Interprété ». Dois-je rappeler aussi que l’Eglise est une hiérarchie avec tout ce que cela implique comme contrainte et respect.
Je cite en exemple ma paroisse où cela ne cause aucun problème, je connais aussi très bien un groupe mixte de 50 servants de la banlieue parisienne dont la responsable est toujours servante d’autel à 30 ans.
La subsidiarité, que ce terme est laid et inapproprié de la part d’un chrétien en parlant des relations Hommes Femmes dans l’église et pour ce qui nous concerne du Service de l’autel. Vous me faites pensez à cette paroisse intégriste où Hommes et Femmes, même sacramentellement mariés, sont séparés pour réciter le chapelet !
Merci de lire les commentaires de la modératrice qui demande à ce jeune homme de s’exprimer plus explicitement, je ne suis pas le seul à trouver ses explications confuses!.

Bonjour Madame,

Merci de m’avoir lu effectivement cette affaire que j’avais déjà citée est choquante peut-être prise au premier par l’enfant mais réelle,mais qui ne s'est pas passée dans mon diocèse. N’ai-je pas aussi entendu d’un prêtre à des laïcs engagés la même chose Les Prêtres sont des Êtres supérieurs au commun des mortels. Depuis ce prêtre a rompu avec la prêtrise et vit en couple avec un homme. Mais là n’est pas le sujet.

Je suis très heureux que vous viviez dans cette communauté laïque qui vous permet de trouver l’équilibre serein auquel vous aspiriez.
Comme vous je suis convaincu de la parfaite égalité de la femme et de l’homme. Mon propos est seulement que les filles comme les garçons puissent servir à l’’Autel, comme les y autorise le CJC et le Vatican.

Loin de moi l’idée de contester le service de l’autel par les garçons, et comme le disait Jean-Paul II, continuer à favoriser le service par les garçons comme vivier de vocation sacerdotale, mais pour lui il n’a jamais été question pour cela d’exclure les filles comme certains le voudraient. Je joins une partie de son audience générale à l’occasion d’un rencontre des servants de messe à Rome en août 2001 (mais sans doute le connaissez vous déjà) dans laquelle il s’adresse explicitement aux servantes d’autel et qui ne laisse planer aucun doute.

5. J'ai parlé de l'amitié avec Jésus. Comme je serais content si de cette amitié naissait quelque chose de plus! Comme il serait beau que certains d'entre vous puissent découvrir la vocation sacerdotale! Jésus-Christ a un besoin urgent de jeunes qui se mettent à sa disposition avec générosité et sans réserve. En outre, le Seigneur ne pourrait-il pas appeler l'une ou l'autre d'entre vous, jeunes filles, à embrasser la vie consacrée pour servir l'Eglise et vos frères? Et pour ceux qui voudront se marier aussi, le service de l'autel enseigne qu'une union authentique doit toujours inclure la disponibilité au service réciproque et gratuit.

Malheureusement cet argument de la vocation sacerdotale est très souvent détourné de manière fallacieuse par des prêtres, plutôt jeunes, pour exclure les filles sans avoir le courage de dire ouvertement qu’ils ne veulent pas de filles, oui cela existe aussi !.

Comme la dernière fois je ne souhaite pas continuer cette discussion ayant donné mon opinion qui est aussi valable qu’une autre. [...]

Bon dimanche à vous

Notre curé de [...], Hauts de Seine, a décidé à la rentrée d’interdire le service de l’autel par les filles, alors que depuis des années et avant même son arrivée ce groupe « Exemplaire » est une référence de la mixité du Service de l’autel, en France et à l’étranger. Ce curé qui n’a, pas même [...] annoncé en chaire « lui-même » sa décision, a confié [...] cette [...] tâche à un tiers, je vous laisse imaginer à cette annonce le désespoir (pleurs crises de nerf etc) de nos Servantes d’autel présentes humiliées, salies et l’incompréhension de nous tous, paroissiens. Il veut, [...] en utilisant [...] l’argument des vocations sacerdotales, comme certain de ses confrères pour qui le sexe féminin est à « abhorrer » humilier ces jeunes filles en les condamnant, en jetant l’opprobre sur elles, en leur interdisant de porter l’aube, de Servir « Ad Altare) ainsi que le Vatican l’autorise au seul jugement prudentiel de l’évêque ainsi que les textes du Vatican le disent. La première Servante du Seigneur a été MARIE, Je suis la servante du Seigneur répond-elle à l’Ange Gabriel. Un des paroissiens révoltés qui se demande si notre curé est vraiment catholique.

Portrait de Cat-modératrice

C'est effectivement une façon d'agir choquante, que d'interdire le service de l'autel aux filles qui avaient l'habitude de le faire, sans prendre le temps d'en parler avec elles.

Par contre, ce n'est pas parce que ce prêtre a agit d'une manière violente que l'on peut en déduire qu'il ment sur ses motivations. Vous dites que pour certains prêtres, le sexe féminin est à abhorrer et à humilier. Avez-vous d'autre éléments que le fait qu'ils interdisent aux filles de servir la messe, pour affirmer qu'ils pensent ainsi ?

Comme je l'ai dit dans un autre commentaire de cette discussion, j'ai vécu des années dans une communauté où seuls les hommes servaient la messe, et pourtant je ne m'étais jamais sentie autant accueillie et valorisée en tant que femme et qu'être humain que dans cette communauté.

Bonjour,
je peux comprendre que vous ayez été choqué. Peut-être qu'avant d'écrire sur le net pourriez-vous aller rencontrer votre curé, et chercher à comprendre sa démarche? Puis, après avoir écouté (dans l'obéissance), exprimer vos incompréhensions?

Pour ma part, a priori, je suis pour que le service de l'autel soit réservé aux garçons; et je pense qu'il est tout à fait possible de proposer d'autres services, y compris pendant la messe, aux filles. J'en ai fait l'expérience.
Garçons et filles ne sont pas interchangeables, et je pense qu'on peut trouver des services adaptés à chacun, sans exclure complètement l'un ou l'autre.

Enfin: Marie, servante du Seigneur… n'est pas, à mes yeux, un argument pour justifier que des filles servent à l'autel. Il y a tant de manière de servir… et, dans le contexte, l'offrande mariale n'a rien à voir avec la liturgie eucharistique!

Cordialement.

Portrait de Théophile_de_Hippone

Comme mes frères, j'ai été longtemps servant de messe durant mon enfance. Nous portions de jolies robes rouges couvertes d'un surplis blanc, plus gaies que ces aubes blanches austères et un peu tristes. Le service du choeur nous rapprochait de Dieu. C'était certainement un encouragement au sacerdoce. J'aurais été choqué qu'on nous imposât des filles: ce n'est pas leur place; et je partage entièrement l'avis de ermort, et d'Anatrella. Les filles ont un charisme non pas supérieur, mais différent de celui des garçons. Quant aux "femmes plus nombreuses que les hommes pour participer à la messe", nous ne devons pas aller dans les mêmes églises, car je n'ai jamais vu cela. Je suis de façon générale extrêmement méfiant quant à la mainmise de femmes sur la liturgie, car on aboutit souvent à la catastrophe.

Pages

Ajouter un commentaire



Dr. Radut Consulting