Aller directement à la navigation

Pourquoi est-ce que certains curés refusent de prendre des filles comme enfant de chœur ?

Exprimer une révolte: 

Je ne comprends pas. 

 

 

Réseaux sociaux: 

Commentaires

Portrait de Cat-modératrice

Je trouve que cette discussion prend une tournure beaucoup plus intéressante que lorsque nous l'avons commencée il y a un an. Je suis actuellement en Thaïlande, j'aurai plus de temps pour dire ce que j'en pense à mon retour.

Au lieu de projeter des interprétations fantasmées, prenez le temps de vous renseigner. Vous verrez qu'il n'y a pas de vision "impure" de la femme.
Simplement, il y a des éléments symboliques, et d'autres éducatifs et pastoraux.
Nous sommes différents et complémentaires, ainsi le signifient des rôles différents aussi dans le service de la liturgie.

C'est un vif débat qui suscite bien des passions...:))Ne vous inquiétez pas,au Moyen-age,les théologiens étaient déjà divisés sur le sexe des anges qui sont trés proches de Dieu quand-méme.Considérons que les servants d'autel sont tels des anges,et la question ne se posera plus!

La question du sexe des anges n'a jamais été débattue. C'est un hoax historique… inventé à notre époque moderne pour discréditer l'Eglise.

En fait c'était en réponse au commentaire d'Eric qui disait que "toute féminisation de la divinité conduit au matriarcat et à la violence" - ce qui me semblait pas très juste, d'où ma réponse que Dieu n'était pas masculin.

Mon affirmation se fonde sur divers travaux historiques et ethnologiques.

Maintenant, affirmer que Dieu n'est pas masculin… me semble catégorique.
En tout cas, la manière dont Dieu se révèle à l'homme se fait en présentant une image masculine: UN PERE, un FILS, et UN Esprit.
Quand Jésus, homme, masculin, nous apprend à prier, c'est en disant "Notre PERE", si ça n'est pas masculin… je mange mon chapeau.

:)

Portrait de Cat-modératrice

Attention, UN esprit, c'est en français que c'est masculin !

lol :)
J'ai fait un peu exprès :)

Avant de faire nôtre ce premier élan de la Prière du Seigneur, il n’est pas inutile de purifier humblement notre cœur de certaines fausses images de " ce monde-ci ". L’humilité nous fait reconnaître que " nul ne connaît le Père, si ce n’est le Fils, et celui à qui le Fils veut bien le révéler ", c’est-à-dire " aux tout petits " (Mt 11, 25-27). La purification du cœur concerne les images paternelles ou maternelles, issues de notre histoire personnelle et culturelle, et qui influencent notre relation à Dieu. Dieu notre Père transcende les catégories du monde créé. Transposer sur lui, ou contre lui, nos idées en ce domaine serait fabriquer des idoles, à adorer ou à abattre.(CEC 2779)

Il convient alors de rappeler que Dieu transcende la distinction humaine des sexes. Il n’est ni homme, ni femme, il est Dieu. Il transcende aussi la paternité et la maternité humaines (cf. Ps 27, 10), tout en en étant l’origine et la mesure (cf. Ep 3, 14 ; Is 49, 15)(CEC 239)

Permettez moi aussi de croire qu'il y a de très bonnes femmes enseignantes, et que les filles ne sont absolument pas plus violentes entre elles que ne le sont les garçons entre eux. Ne pensez vous pas que votre vision de la femme est encore trop marquée par la blessure originelle ? Pouvoir vivre notre relation à l'autre, respecter l'autre dans la différence, cela demande un vrai travail de conversion, mais c'est votre propre dignité que vous allez retrouver en osant ce chemin! Le chemin chrétien de la relation entre les sexes est bien la soumission mutuelle. Donc l'homme doit être soumis à la femme comme la femme à l'homme, comme les frères et soeurs entre eux, c'est ça qui nous donnera la paix, et qui rendra la dignité profonde de chacun.

Portrait de Cat-modératrice

Il faut tenir les deux : l'homme et la femme sont à l'image de Dieu, leur union est à l'image de la communion qui est dans la Trinité. Toute paternité vient de Dieu et toute maternité aussi. Dieu lui-même se compare à une mère dans l'Ancien Testament, et Jésus se compare à une mère poule.

Pour autant, si Jésus est un homme, et s'il nous a révélé que Dieu est Père, cela a un sens aussi. Dieu veut aussi nous dire quelque chose à travers cela. Mais ce qu'il veut nous dire n'est pas que l'homme est supérieur à la femme, absolument pas. Tout ceci est en rapport avec l'amour et non avec la hierarchie.

Dans la lettre apostolique Mulieris Dignitatem, saint Jean-Paul II dit comme vous, Charles, que la soumission entre l'homme et la femme est bien mutuelle. Saint Paul précise "soyez soumis les uns aux autres" juste avant de dire que la femme doit être soumise à son mari comme l'Église au Christ. Saint Jean-Paul II en déduit que la grande différence entre la soumission de la femme à son mari et celle de l'Église au Christ, c'est que la soumission de la femme n'est pas unilatérale, c'est bien une soumission mutuelle.

Malheureusement, la peur de rabaisser la femme empêche souvent de réfléchir au vrai sens de la masculinité dans laquelle Jésus et le Père se révèlent. Cette peur d'humilier la femme est compréhensible, car la femme a souvent été rabaissée, et l'est souvent aujourd'hui encore. Notre société est dans un enchevêtrement de blessures réciproques entre hommes et femmes, car aujourd'hui l'homme est lui aussi bien souvent méprisé en tant qu'homme. Il faut faire confiance au Seigneur que ce qu'Il nous dit est forcément pour notre bonheur et notre libération. Ce que le Seigneur nous dit toutes les fois où il se révèle comme masculin, c'est pour nous faire comprendre quelque chose de l'amour qu'il a pour nous, et aussi pour donner un modèle de don de soi aux hommes. Dieu ne veut pas et ne voudra jamais humilier les femmes, ou les reléguer à des tâches qui ne les rendent pas heureuses. L'Église est claire sur le fait que l'homme et la femme ont une égale dignité.

Pages

Ajouter un commentaire



Dr. Radut Consulting