Aller directement à la navigation

Les catholiques et les homosexuels

Exprimer une révolte: 

Aujourd'hui je voudrais m'exprimer sur ce sujet d'actualité, qui me révolte.

En tant que catholique, je sais bien et je crois en ce que Dieu a dit et fait : il a créé l'homme et la femme pour qu'ils puissent s'aimer et construire une vie ensemble, s'ils le désirent. Très bien.

Mais j'aimerais que les chrétiens reconnaissent, même si c'est désordonné, que la nature a fait qu'il y a aussi des hommes qui aiment les hommes, et des femmes qui aiment les femmes. Ou parfois, plus simplement, des hommes qui n'aimeront jamais les femmes, qui ne seront jamais attirés par elles, et qui chercheront donc leurs semblables, et inversement pour les femmes non attirées par les hommes. Voir aussi des hommes ou des femmes qui ne seront jamais attirés ni par l'un ni par l'autre sexe. 

Je suis désolée de dire cela, mais il y a un certain nombre de moines, voir de prêtres, qui ont ce problème (éfféminés) mais il ont la vocation alors ils sont aidés de Dieu, et ont choisi la vie consacrée. Pareillement, désolée de le dire, mais il y a des religieuses qui sont très garçon manqué et qui n'ont, par nature, jamais été attirées par l'autre sexe. Pareil, elles ont le bonheur d'avoir reçu un appel, et elles vivent leur différence avec moins de difficulté puisqu'elles ont une vie consacrée, et tournée vers Dieu.

Mais il y a, dans ce monde, des personnes qui vivent cette différence, mais qui ne sont pas croyants, ou qui vivent sans la pratique religieuse, ou qui sont entourés de personnes qui sont comme cela. Pour eux, une vie, c'est trouver sa moitié, avec des relations sexuelles, prendre du plaisir. Comme les couples hétérosexuels d'aujourd'hui. (je ne dis pas que c'est bien, je constate).

Bref. Il y a des homosexuels. 

J'ai des amis homos qui sont catholiques pratiquants, et qui se font regarder avec insistance lorsqu'ils vont communier. Jusqu'à un certain moment, on les laissait en paix, mais à présent, avec l'actualité, c'est limite si on leur dit à la fin de la messe qu'ils n'ont pas le droit de communier parce qu'ils sont en état de péché. J'ai répondu qu'un homme marié peut aussi être en état de péché, avoir trompé sa femme la veille, et on ne lui dira rien pour autant, si on ne connait pas sa vie privée. Là, concernant les homos, c'est un jugement sur apparence : ils sont gay, ça veut dire qu'ils sont sodomites, donc ils sont dans le péché, donc ils sont excomuniés. 

Récemment, il y a un évêque des Etats Unis qui a dit :

"qu'il n'était pas souhaitable que, qui soutient même dans son for intérieur, l'union civile des couples homosexuels, puisse s'approcher de la Sainte Communion: "Si un catholique reçoit le communion et en même temps nie la révélation que le Christ a légué à l'Eglise, il se met en contradiction: il croit que l'Eglise offre la Vérité salvatrice mais il refuse ce qu'elle enseigne. C'est une honte qui équivaut à un parjure."

Les homos catholiques que je connais, il y en a certains qui ne font absolument rien. Simplement, ils s'aiment, ils veulent vivre ensemble leur différence, et ils se retiennent, parfois c'est plus dur parce qu'ils ont des pulsions, mais c'est aussi humain qu'un célibataire qui va céder à une pulsion solitaire. Désolée de parler si franchement. Alors oui, parfois ils vont succomber. Mais ils ne construisent pas leur relation là dessus. Et le mariage homo, ils en rêvent, parce qu'ils veulent se jurer fidélité. En quoi est-ce mal et condanable ? 

 

Ok il y a de gros vicieux parmis la communauté homo, mais il y a aussi de gros vicieux chez les hétéros !! Pourquoi systématiquement juger les homosuelles sur leur différence ? Elle n'est pas plus sale que le règne du plaisir sexuel qui se développe dans cette société moderne !!

 

Alors moi, je pousse cette révolte. Je suis considérée comme excommuniée par cet évêque américain parce que je soutiens la communauté gay ? 

Je rappelle que Jésus a demandé à boire à la Samaritaine, qui faisait partie d'un peuple, à l'époque, considéré par les Juifs comme pire que le sang des porcs ! Et il a bu de son eau. Et jamais il ne lui a dit : je te condamne d'avoir eu 5 maris dans ta vie, tu es une fille de mauvaise vie. Jamais. Il lui a juste dit que son eau est sèche et que pour vivre il fallait qu'elle boive son eau à lui, Jésus. 

Hé bien moi je voudrais que les catholiques, au lieu de condamner les homosexuels pour leurs actes, qu'ils prient pour eux et leur conversion, et pour que les homosexuels puissent vivre en paix, malgré ce que l'on dira d'eux. Et si le mariage et la fidélité peuvent les aider à se sentir reconnus, et pas exclu, on ne peut pas dire que c'est mal. 

 
 

 

Réseaux sociaux: 

Commentaires

Ai-je vraiment réduit la Bonne Nouvelle de l'Evangile en me focalisant sur cette simple phrase? Qu'ai-je oublié d'essentiel ?

Portrait de Cat-modératrice

Connaissez-vous la définition du mot « hérésie » ? Cela veut dire choisir. Les hérétiques sont ceux qui font leur choix dans tout ce qui nous a été révélé par Jésus, qui prennent ce qui leur plaît et qui mettent de côté ce qui les dérange.

S'il suffisait d'une seule phrase pour comprendre l'enseignement de Jésus et pour apprendre à aimer, il n'y aurait pas eu les 4 Évangiles. La Parole de Dieu ne parle pas pour ne rien dire.

suis-je hérétique? !!! le mot est lâché. mais je ne vois pas ce que j'ai négligé de l'Evangile! Je l'exprime autrement, ne peut-on pas accepter qu'il y aient différents chemins pour vivre de cet évangile? Dans l'AMOUR du Christ

Portrait de Cat-modératrice

C'est la démarche de choisir une seule phrase de l'Évangile, et de l'interpréter sans tenir compte des autres, qui conduit à l'hérésie.

Et sans tenir compte de la Tradition de l'Eglise qui est Mater et Magistra.

:)

Portrait de Cat-modératrice

Oui, la reconnaissance de l'autorité de la Tradition est la principale différence entre les catholiques et les protestants. Les autres différences en découlent.

Ce sont ces "autres chemins" qui ont provoqué la naissance de plusieurs confessions religieuses chrétiennes, toutes prétendant agir sous mandat du christ.

J'ai l'impression, en lisant vos propos, que vous ne savez finalement pas bien ce qu'est un homosexuel.

Je trouve cette conversation bien utile et je vous remercie tous pour ce débat très instructif, je suis d'accord avec beaucoup de vos remarques, et je ne crois pas être hérétique pour penser ainsi des homos, en revanche c'est vrai, de manière générale, quand il y a un péché que j'ai sur la conscience ou un doute, ou un questionnement, en général je m'éloigne de la communion, le temps d'y réfléchir, seule, puis accompagnée par un ou une religieuse, avant d'établir si ma pensée/ mon action est bel et bien un péché ou simplement une épreuve de foi. Et ça ne fait que renforcer ma foi après ce chemin de réflexion.

En ce moment, mon chemin c'est celui au sujet de l'homosexualité. Et si je m'acharne à en discuter avec vous, c'est parce que j'ai bien conscience qu'aux yeux de l'Eglise, je ne suis pas tout à fait dans le droit chemin. Je dis bien aux yeux de l'Eglise, parce que le problème c'est bien que moi, je ne me sens pas en état de péché parce que le mariage homo ne me gêne pas. Et pourtant, par amour pour Dieu et pour fortifier ma Foi , et m'assurer que je ne Lui fait pas de peine en réagissant/ pensant comme cela, j'essaie de voir si le point de vue de l'Eglise actuel et le regard des chrétiens sur les homos est vraiment en adéquation avec la Volonté de Dieu, ou est simplement une réflexion humaine. Sauf que ce chemin est long et que je n'arrive pas à trouver de sortie et que j'aimerais bien retourner à la communion !! (ça ne m'empêche pas, bien entendu, d'aller à la messe et de prier). 

Je crois qu'il est plus facile de porter un jugement extérieur sur un point particulier (ici l'homosexualité) quand on ne le vit pas autour de soi au quotidien. ça semble plus simple, plus idéal. Quand on vit dans un pays en paix depuis des années, il nous semble effarant de voir un pays déclarer la guerre. On raisonne. Ou quand on apprend qu'une amie a subit des violences sexuelles, il semble plus facile de penser qu'elle doit aller porter plainte, plutôt que l'idée lui vienne d'elle-même, parce que l'on ne peut pas imaginer ce qu'elle vit à ce moment là. 

Moi, j'avais les mêmes idées que la plupart d'entre vous au sujet de l'homosexualité, avant de fréquenter les homosexuels. Au départ on m'avait prévenu qu'ils étaient vicieux, pervers, dérangés, misogynes. Bizarrement, en les voyant de plus en plus souvent et en étant amie avec un grand nombre, j'ai découvert qu'ils étaient un microcosme de notre société. Il y a de tout, toutes sortes de couples, il n'y a aucune généralité. C'est donc cela que je combat, l'idée de généraliser les couples homos, et de les fuir. Et parce que je ne les ai jamais jugés, beaucoup se sont confiés à moi. Même le plus misogyne d'entre eux s'est confié et m'a donné son amitié. Même le plus pervers m'a ajouté à son cercle d'amis, alors que je suis une jeune catholique "pure". Et le simple fait de se rapprocher d'eux, avec un regard doux et bienveillant, sans aucun jugement, sans condamnation, avec tolérance, amitié et sincérité, ça en a boulversé plus d'un. Certains m'ont même dit "si j'avais rencontré une fille comme toi avant, je serai devenu hétéro". 

Si chaque chrétien tentait de faire la même chose ? Obtenir leur amitié, développer des liens, sans pour autant être copain complice ? Plutôt que de leur donner cette image de personnes qui défilent dans la rue contre leurs droits ? Je n'ai jamais pour autant encouragé les homos libertins, comme je n'encourage pas les couples ou les célibataires libertins que je fréquente dans mon entourage. De même, par le dialogue et l'exemple de vie que je leur montre, ça les interpelle, et ils se posent des questions sur leurs agissements. A la manière de ces homos en couples qui n'hésitent pas à me dire que je suis la fille qui aurait pu les rendre hétéro. 

Est-ce que ma situation est bonne, je n'en sais rien et j'en fais le chemin. Mais je suis persuadée que, sans pour autant prôner à tout va que l'homosexualité est normale ou naturelle, car il existe bien une différence avec l'hétérosexualité,  je crois faire un chemin de vie qui n'est pas trop à l'encontre de la volonté de Dieu. Mais dans le doute, parce que l'on est jamais sûr, je prie, j'en parle, je me confie, je me confesse, et je fais confiance en l'Esprit Saint et en la Providence.

Avant de dire que c'est normal, pas normal, j'aimerais que chacun puisse faire le chemin d'accompagner ou de se rapprocher d'homos, femmes et garçons, afin de mieux comprendre qui ils sont et s'ils s'éloignent tant que ça du chemin que Dieu nous demande de faire.

Portrait de Cat-modératrice

Tu es injuste envers nous Adélaïde de dire que l'on parle ainsi parce que l'on ne connait pas d'homosexuels. Je t'ai dit déjà je crois que j'ai un certain nombre d'ami(e)s homosexuel(le)s, je ne les fuis pas, je ne les méprise pas, je les aime, et j'ai aussi reçu leur amitié.

Ermort aussi a dit qu'il a accompagné des personnes homosexuelles souhaitant cheminer pour se libérer de l'homosexualité, et que cela a aboutit à de très belles choses. Je pense que s'il méprisait les personnes homosexuelles, il n'aurait pas pu aider certains à faire ce cheminement !

Cat, je suis désolée si je t'ai offensé dans mon discours. En fait je ne parlais pas de toi, j'apprécie particulièrement chacune de tes réponses à ce sujet parce qu'elles m'aident beaucoup. 

Je trouvais plus dur le discours de Ermort et des autres dont je n'ai plus le nom en tête. 

Je voulais vous transmettre mon témoignage personnel ...

Pages

Ajouter un commentaire



Dr. Radut Consulting