Aller directement à la navigation

Le silence complice au sein de l'Eglise

Exprimer une révolte: 

Bonjour chers frères catholiques ou chrétiens, 
Merci d'offrir une place pour la révolte et l'indignation. Celles-ci sont le fruit de la trahison des valeurs fondamentales et du mensonge. Comment partager ce que j'exprime avec des personnes qui n'aiment pas "appeler un chat un chat"? Je vous écris suite au speldide discours pascal du Ppe sur "le silence complice". J'aime ce Pape, je lui fais confiance et je l'écoute. Mais remue ma conscience et je refuse d'être un chrétien crédule et "béni oui-oui", alors j'écoute les arguments "pour" et "contre". Ma colère et mon indignation font partie de ma foi.

J'ai 64 ans, j'ai du temps pour m'instruire et je viens d'écouter 4 documents sur YouTube: 1) "Les Béatitudes, après les scandales", sur KTO. Cela m'a semblé sérieux et m'a amené à vouloir en savoir plus. J'ai donc trouvé le documentaire suivant:
2) Spécial Investigations "les Béatitudes une secte aux portes du Vatican" Puis je me suis demandé quelle est cette Muriel qui a dénoncé le scandale et est considérée comme démoniaque par certains, et cela m'a amené au document suivant:
3) Témoignage de Murielle, celle qui a dénoncé la pédophilie aux Béatitudes YouTube. Comme j'étais consterné, j'ai complété mon information par un autre document sur un scandale sur lequel le silence complice a plané pendant 50 ans:
4) Spécial Investigations « Légionnaires du Christ » par Canal+. Là, la coupe déborde, concernant entre autre la réponse de Benôît XVI à l'évêque de Mexico (lorsqu'il était supérieur de la Congrégation de la Foi).

Je sais, depuis que je suis petit, que beaucoup de catholiques trouvent déplacé qu'un catholique dénonce les contradictions et hypocrisie au sein de l'Eglise catholique et surtout s'il s'agit de la hiérarchie des évêques. La version officielle est "nous sommes une Eglise unie, nous faisons le bien, nous sommes des doux, etc". Dans ce contexte d'évitement du conflit et de "pacifisme mal compris", la confrontation fraternelle et honnête devient impossible. Pourtant, l'expression de la colère et le conflit peuvent être une nécessité pour accoucher de la vérité et du changement. L'angélisme et les règles de bienséance créent alors une culture d'hypocrisie qui étouffe la remise en question de l'institution et les critiques des croyants (ou non-croyants).

Pourtant, le Christ a-t-il eu des silences complices? L'Evengile nous le montre agir de façon droite et sans concession lorsqu'il dénonce l'hypocrisie de sa hiérarchie israélite. Comparons le style de Jésus à la façon de parler du Comissaire du Saint Siège, de l'Evâque de Toulouse (émission de KTO sur Béatitudes) ou de Benoît XVI (dans Légionnaires du Christ) concernant les faits de pédophilie et autres scandales de l'Eglise ou encore l'attitude de Jean-Paul II concernant les compromissions avec la Maffia dans l'argent du Vatican? .

Jésus dit "il est nécessaire qu'il arrive des scandales; mais malheur à l'homme par qui le scandale arrive! Malheur au monde à cause des scandales!... Si quelqu’un scandalisait un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu’on suspendît à son cou une meule de moulin, et qu’on le jetât au fond de la mer" (Matthieu 18, etc), ou encore « Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous ressemblez à des tombeaux blanchis à la chaux : à l’extérieur ils ont une belle apparence, mais l’intérieur est rempli d’ossements et de toutes sortes de choses impures. C’est ainsi que vous, à l’extérieur, pour les gens, vous avez l’apparence d’hommes justes, mais à l’intérieur vous êtes pleins d’hypocrisie et de mal. Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous bâtissez les tombeaux des prophètes, vous décorez les sépulcres des justes, et vous dites : ’Si nous avions vécu à l’époque de nos pères, nous n’aurions pas été leurs complices pour verser le sang des prophètes.’ Ainsi vous témoignez contre vous-mêmes : vous êtes bien les fils de ceux qui ont assassiné les prophètes. Eh bien, vous, achevez donc ce que vos pères ont commencé !" C'était un peu le ton du Pape François concernant la curie du Vatican. Mais combien de papes, dans l'histoire, ont déjà parlé aussi clairement concernant leurs coréligionnaires et leur institution? Ce n'est pas le style de la maison.

J'ai travaillé près de 40 ans pour rééduquer des toxicomanes et nous leur apprenions à se confronter les uns aux autres, non pas sur le ton des demi-vérités, de la diplomatie et des passages sous silence afin de sauver la façade et d'éviter les conflits ouverts, mais d'une manière aussi directe et crue que l'a fait le Christ. Nous appelions cela "l'Amour responsable", un amour qui sait dire "Non! Je te confronte à tes propres comportements et je te sanctionne car je t'aime". Cette culture devait d'abord être pratiquée au sein du personnel et de la direction.

J'ai une foi profonde en Dieu et je suis ulcéré depuis depuis que j'ai 15 ans par le ton douceureux et les silences complices de certains prêtres, papes ou simples catholiques qui nous rappellent que l'Eglise est sainte mais ne sont pas assez courageux, en interne et en externe, pour assumer ouvertement les vérités qui dérangent, ni être capables d'être honnêtes envers autrui, ni de changer radicalement après avoir reconnu son erreur. C'est ainsi que l'Eglise devient un obstacle pour le Foi, c'est un scandale et c'est l'oeuvre du Malin.

Depuis mon adolescence, nous étions très nombreux, simples chrétiens ou ministres du culte, à avoir entendu parler de certaines pratiques scandaleuses au sein de certaines congrégations et d'étouffement des affaires d'argent ou autres au sein de l'Eglise. De la même manière, sans avoir de preuves, nous avions des raisons de ne pas croire la propagande communiste. Puis se sont ouvertes les portes des écuries d'Augias, et il ne se passait plus un mois sans qu'on découvre des scandales. C'est trop facile de dire que les media font cela par malveillance envers l'Eglise Catholique et, même si c'est partiellement juste, cette attitude sert surtout à ne ps accepter les vérités qui dérangent, à ne pas se sentir coupable ou complice et à ne pas se remettre vraiment en question. C'est comme ça que rien ne change, afin de sauvegarder sa propre image de "chrétien gentil, non coupable et pacifique" ainsi que la Saiteté de l'Eglise... Tous les chrétiens et les Eglises nationales le payent très cher aujourd'hui (procès, indemnités, discrédit moral..) mais est-ce suffisant et sommes-nous capables d'en tirer les enseignements ou faut-il des bombes encore plus dévastatrices pour que l'Eglise en revienne à l'Evengile?

Je me sens en colère. Je ne mets pas tout le monde dans le même sac et suis heureux de savoir que certains prêtres et évêques ont osé parler clairement, alors que leur parole était étouffée. Mais comment pouvons-nous faire confiance à la hiérarchie catholique, sachant le nombre d'évèques qui ont participé, ou participent encore, au silence complice. S'il n'y avait pas les paroles et le comportement du Pape François, je perdrais tout espoir. Mais le Bon Dieu nous tend encore la main en nous envoyant ce pape capable de refuser ouvertement d'être complice des turpitudes au sein de l'Eglise ou autres. Mais quand on sait que le Saint Siège était au courant, depuis 1956, des scandales des Légionnaires de la Foi et que du Pie XII jusqu'à Benoît XVI, aucun pape n'a eu le courage ni l'intégrité de dénoncer ces scandales et d'y mettre fin, on se sent dupés, trahis par ceux qui se sont tus. Et on ne parle là que d'un des multiples scandales connus...

A mon avis, cela révèle une grave maladie systémique. Cette maladie du silence complice, c'est Satan au sein de l'Eglise. Seul le courage de la vérité et de la remise en question peuvent le faire reculer. Pensez-vous qu'il y a dans la hiérarchie de l'Eglise suffisamment de responsables capables d'analyser les causes historiques de tous ces scandales étouffés et de cette profonde dérive spirituelle et ensuite d'en tirer les enseignements?

Merci de m'avoir laissé parler. Je ne crois pas être le seul mais comment notre parole peut-elle avoir un impact?

Que Dieu vous bénisse!

 

Les réponses sont dans les commentaires

Retour à la rubrique Révoltes

Publier une révolte

Publier une question

Réseaux sociaux: 

Commentaires

Portrait de Cat-modératrice

Bonsoir Monsieur,

D'abord, je vous prie de m'excuser d'avoir enlevé les liens vers les vidéos Youtube, je les remettrai quand j'aurai trouvé le temps de les regarder. Je ne mets jamais de liens sans avoir pu les vérifier avant.

Je vais aussi prendre le temps de répondre à votre long message dès que possible.

Fraternellement,

Catherine

Merci Madame,
Je comprends bien que vous vouliez vérifier le sérieux de mes sources. Malheureusement, cela vous prendra du temps, mais c'est très instructif pour tout chrétien prêt à accepter des vérités dérangeantes et à se remettre en question pour un mieux. L'information concernant l'attitude "complaisante" de Jean-Paul II dans les manoeuvres bancaires du Vatican provient de l'émission "Coup de Balai au Vatican" (Spécial Investigation). Ce documentaire montre aussi que les choses semblent commencer à changer, de même que pour la très belle vidéo de Arte "Le chemin de croix de Benoît XVI Ou les Scandales au Vatican". Ces reportages ont renforcé mon estime pour Benoît XVI et font espérer un vrai changement qui, s'il est durable et partagé, changera la culture de l'Eglise Catholique et pourra restaurer la confiance et l'estime.
Bon courage! et fraternellement,
Segroeg

Portrait de Cat-modératrice

Bonjour Monsieur,

Je n’ai pas encore eu le temps de regarder vos vidéos, mais je vais vous répondre à partir de ce que je sais déjà.

Comme vous le dites vous-même, Jésus a dit : « Il est inévitable qu'il arrive des scandales ; mais malheur à l'homme par qui le scandale arrive ! ». Il ne faut donc pas s’étonner de rencontrer le péché dans l’Église. L’Église est sainte en tant qu’elle est le Corps du Christ, mais elle est composée de pécheurs, et même de grands pécheurs. Jésus a bien accepté Judas au sein de son Église, Il ne rejette personne même s’Il sait qui le trahira.

J’avoue que je suis très étonnée par le discours que vous prêtez aux catholiques : « La version officielle est "nous sommes une Eglise unie, nous faisons le bien, nous sommes des doux, etc" » Je n’ai jamais entendu un tel discours parmi les catholiques que je connais, et pourtant j’en fréquente un grand nombre, d’autant plus que j’ai vécu en communauté pendant de nombreuses années. Les catholiques que je connais sont bien conscients des fragilités de l’Église, et ont mal des péchés qu’ils ont pu constater. Si certains catholiques que vous connaissez se considèrent comme si parfaits, c’est qu’ils s’aveuglent. Soient ils croient vraiment à ce qu’ils disent, soient c’est un mensonge, et alors c’est seulement un autre péché dont il ne faut pas s’étonner non plus.

Lorsque je vivais en communauté, certains membres étaient très conscients de ne pas être doux eux-mêmes, et ils en souffraient. Il n’y a pas que le péché, il y a aussi nos fragilités humaines, et certains souffrent beaucoup de leurs limites et de leur incapacité à aimer comme Jésus nous aime. Moi-même je suis confrontée à mes limites et à mon péché, j'en souffre, et je suppose que vous n'êtes pas parfait non plus.

En vivant en communauté avec de nombreuses personnes différentes, j’ai pu être témoin aussi bien de grands péchés que d’actes d’amour héroïques. J’ai vraiment pu expérimenter que Jésus se donne à nous aussi à travers l’amour que nous recevons de nos frères. J’ai aussi souffert de leurs limites et de leurs péchés, et de nombreux malentendus qui sont inhérents à la nature humaine.

Vous parlez durement de Saint Jean-Paul II, pourtant il était mieux conscient que personne des péchés des membres de l’Église. Avant l’an 2000 il a prononcé plusieurs fois des déclarations de repentance, et le 12 mars 2000, il a même organisé une grande cérémonie de repentance pour tous les péchés commis au sein de l’Église. Cette démarche a beaucoup déplu à certains catholiques qui ont mal supporté cet acte d’humilité. Cf https://www.youtube.com/watch?v=Dl7Xowv_7vs ; l’homélie prononcé par lui ce jour-là : http://w2.vatican.va/content/john-paul-ii/fr/homilies/2000/documents/hf_jp-ii_hom_20000312_pardon.html ; quelques jours avant, voici ce qu’en avait dit le cardinal Ratzinger : http://www.clerus.org/clerus/dati/2001-05/10-6/CTIfaute.html

Le pape Benoît XVI a aussi accompli des actes admirables, en particulier au sujet des actes de pédophilie au sein de l’Église. Déjà en tant que préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi, il avait exigé que ces actes ne soient plus gardés sous silence mais remontent à la congrégation pour la doctrine de la foi. Je crois que c’est quand il était déjà pape qu’il a énormément augmenté la sévérité des sanctions envers ceux qui commentent ces actes, avec aussi obligation de les dénoncer à la justice civile.

Il a eu le courage admirable (mettez-vous à sa place…) de rencontrer personnellement les victimes de prêtres pédophiles dans plusieurs pays. Il vaut la peine de lire la lettre qu’il a écrite aux catholiques irlandais, où il n’est pas tendre envers les prêtres coupables…  http://w2.vatican.va/content/benedict-xvi/fr/letters/2010/documents/hf_ben-xvi_let_20100319_church-ireland.html

Loin de moi de chercher à vous prouver que tous les papes sont des saints ! Il y en a eu des abominables dans l’histoire de l’Église. Mais justement Jean-Paul II et Benoît XVI ont cherché à réparer le mal commis, sans hypocrisie.

Il est vrai que nombreux sont ceux qui reprochent à Jean-Paul II de ne pas avoir mis d’ordre dans les finances du Vatican. Mais peut-on reprocher à un pape de ne pas avoir réglé TOUS les problèmes de l’Église ? Il a fait énormément pendant son pontificat, il a bien fallu qu’il choisisse des priorités.

Ajouter un commentaire



Dr. Radut Consulting