Aller directement à la navigation

Annulation de mariage. Une autre forme de divorce à l'intérieur de l'Eglise catholique

Exprimer une révolte: 

J’ai été élevée et éduquée dans la foi catholique. J’ai fréquenté deux écoles religieuses très strictes. J’ai appris à aimer et à respecter l’Église catholique. Je défendais mon Église du bec et des ongles mais maintenant je n’ai même plus le goût d’assister à la messe et encore moins de réciter le Crédo de Nicée. Ma foi a basculé après avoir appris que cette Église qui nous enseigne l’indissolubilité de mariage a accordé une 2e annulation de mariage à mon ex-conjoint qui compte se marier une 3e fois à l’Église. L’annulation est-elle une forme déguisée de divorce? Étant donné que les divorcés et remariés ne peuvent pas cheminés à l’intérieur de l’Église donc l’annulation devient une porte de sortie. Comment peut-on expliquer qu’une personne ait le droit de se remarier à l’Église plus de deux fois quand l’Église catholique parle d’indissolubilité du mariage?

Et, évidemment, c’est la loi du silence, personne ne peut m’expliquer pourquoi, lui, il peut jouir de tant de privilèges au sein de l’Église. Je n’ai pas été partie prenante de cette démarche. L’Archidiocèse prétend que j’étais introuvable. Pourtant, je suis membre d’une des paroisses de ce dit Archidiocèse, je reçois mensuellement des enveloppes d’offrande. J’y contribuais régulièrement et était très assidue. Pourquoi donc l’Archidiocèse n’a pas jugé bon de m’appeler ou d’appeler mes connaissances pour avoir mon adresse? D’autre en plus que je suis membre d’une communauté où tout le monde se connait. De plus, j’avais fait mon changement d’adresse directement au bureau de poste de ma ville. Son frère est prêtre et coordonnateur des prêtres de la communauté, ses parents sont membres de la chorale. Est-ce la raison pour laquelle il jouit de tant de privilèges? Je m’abstiens de commentaires mais il est loin d’avoir un comportement exemplaire au sein de la communauté.

Cela me révolte de voir comment il a pu jouer avec les lois Canon en sa faveur. Je n’arrive pas à croire que Mon Église s’est laissée bernée à ce point. Combien de personnes sont en quête d’une annulation pour de bonnes raisons mais ne peuvent l’obtenir? Mon mariage a été un échec, d’ailleurs, je n’ai jamais été heureuse dans ce mariage mais c’est une décision qui a été prise à tête reposée. Il n’y avait aucune contrainte donc je ne comprends pas que ce mariage soit déclaré nul. Un mariage qui échoue n’est pas forcément nul.

Je n’aurais jamais pensé qu’un jour je mettrais en doute ma foi catholique au point de vouloir changer de religion. Je ne me sens plus à ma place. J’ai une dévotion envers la Vierge Marie que j’aime tant et c’est ce qui me retient encore au sein de l’Église catholique. Je continue à prier Dieu en espérant retrouver ma voix et la paix du cœur.

 

 

Réseaux sociaux: 

Commentaires

Portrait de Cat-modératrice

Bonjour Madame,

Je comprends que vous soyez bouleversée d’apprendre que votre mariage a été reconnu nul, sans que vous ayez votre mot à dire.

Je me permets de préciser de nouveau la différence entre reconnaissance de nullité et annulation de mariage : les annulations de mariage n’existent pas dans l’Église catholique. Annuler un mariage, cela voudrait dire qu’il y a eu un mariage valide, puis que ce mariage a cessé d’exister. Ce serait effectivement équivalent à un divorce.

Dans l’Église catholique, il n’existe que les reconnaissances de nullité, c’est-à-dire la prise en compte qu’un mariage n’a en fait jamais été valide et n’a donc jamais existé.

Ce sont des juges qui prennent la décision d’accepter ou refuser de déclarer un mariage nul. Il y a des critères précis, comme je l’ai indiqué en réponse à cette autre révolte, mais en même temps ces critères ne sont pas aussi infailliblement vérifiables qu’un groupe sanguin. Un juge qui doit se prononcer concernant la validité d’un mariage peut se tromper, dans un sens ou dans l’autre, et il peut aussi être trompé, si le conjoint qui demande la reconnaissance de nullité et les témoins sont de mauvaise foi.

Cependant, une personne qui utiliserait le mensonge pour faire reconnaître la nullité de son mariage ne serait pas bien avancée… L’Église lui permettrait de se marier à nouveau, mais aux yeux de Dieu ce nouveau mariage ne serait pas valide. Mieux vaudrait encore pour lui être divorcé et remarié civilement que d’obtenir un nouveau mariage religieux par le mensonge, car au niveau de sa relation à Dieu, ce ne serait pas très constructif. À moins de ne vouloir le mariage à l’église que pour plaire au nouveau conjoint.

Il est faux de dire que les divorcés remariés civilement ne peuvent pas cheminer dans l’Église. Ils ne peuvent pas recevoir l’absolution ni communier, mais ils ne sont pas pour autant exclus de l’Église, comme je le dis dans cet article.

Ce n’est pas un privilège d’obtenir deux reconnaissances de nullité, si une personne s’est mariée deux fois invalidement. Il faudrait savoir quelles raisons ont été invoquées pour cette deuxième reconnaissance de nullité.

Il est effectivement choquant que vous n’ayez pas été consultée pendant l’enquête. Mais le fait que le jugement ait pu être rendu sans votre témoignage me semble prouver que les causes de nullité invoquées viennent de votre mari lui-même. Vous dites qu’il n’a pas un comportement exemplaire dans la communauté, mais justement, cela peut même être la cause de la nullité du mariage. Par exemple, s’il a déclaré qu’il s’est marié sans intention d’être fidèle ou sans intention de vivre avec vous pour toujours, cela rendrait le consentement invalide.

Vous avez tout-à-fait raison en disant qu’un mariage qui échoue n’est pas forcément nul.

En imaginant que votre mari ait effectivement réussi à berner le juge, ou même que le juge lui-même ait été malhonnête parce qu’il connaîtrait la famille de votre mari, est-ce pour autant que vous devez perdre la foi catholique ?

L’Église catholique est composée d’être humains pécheurs. Jésus a dit : « Il est inévitable que les scandales arrivent, mais malheur à celui par qui le scandale arrive » (Mt 18, 7). Les scandales n’ont pas manqué depuis la fondation de l’Église par Jésus. Jésus prévient que ceux qui causent ces scandales en paieront le prix au niveau de leur âme. Il nous demande d’avoir foi que, même si l’Église est composée de pécheurs, Lui-même demeure au milieu d’elle. C’est Jésus qui nous appelle à persévérer dans l’Église.

Ajouter un commentaire



Dr. Radut Consulting