Aller directement à la navigation

Vous pouvez aussi nous contacter en privé, si votre question est confidentielle.
QUESTIONSDieu | L’Église Catholique | La prière et la vie spirituelle | La Bible | L’amour | Morale et éthique | Autre ———— POSTER UNE QUESTION

pourquoi Dieu le Père a-t-il autant fait souffrir Jésus?

Domaine:
Question développée: 

bonjour,
pouvez-vous m'expliquer pourquoi Dieu le Père a fait autant souffrir Jésus pour nous sauver? N'aurait-il pas pu le faire moins souffrir? N'aurait-il pas pu "trouver un autre moyen"?
merci

 

Les réponses sont dans les commentaires

Retour à la rubrique Questions

Publier une question

 
Réseaux sociaux: 

Commentaires

Portrait de Filippo-modérateur

Vous posez une des questions les plus redoutables concernant la manière dont Dieu nous a sauvé par la Passion, la mort et la Résurrection de Jésus.

En effet, pourquoi pas « un autre moyen » qu’une Passion si douloureuse se terminant par la mort ignominieuse de la croix ?

Je me bornerai à quelques remarques, car c’est en fait toute la Bible qui doit être lue pour entrevoir des fragments de réponse.

D’abord, Dieu est un et trine. Cette Trinité est celle du Père, du Fils et de l’Esprit. Jésus, homme et Dieu, ne peut avoir une volonté différente de celle du Père. C’est donc de son plein gré que Jésus marche vers sa Passion, comme le disent plusieurs passages dans le Nouveau Testament.

D’autre part, ce n’est pas le Père qui a fait souffrir Jésus, mais nous les hommes. Tous, sauf lui, nous sommes pécheurs, et c’est notre péché qui l’a conduit sur la croix. Tous nous sommes ses bourreaux. C’est nous qui l’avons fait tant souffrir.

Il est vrai que Dieu aurait pu nous sauver, dans sa toute puissance, par un claquement de doigt, ou une larme de Jésus. Mais dans sa sagesse souveraine, Dieu, et pas seulement le Père, a décidé de nous sauver en descendant plus bas que nous, d’abord en s’incarnant en Jésus, et ensuite en mourant d’une manière si terrible que nous ne doutions plus de sa miséricorde pour nous.

Dans Le journal d’un curé de campagne (Georges Bernanos, 1936), le jeune prêtre parle à une comtesse. Elle vit une révolte extrême contre Dieu. En effet, son enfant est mort dans d’atroces souffrances, et elle-même souffre horriblement depuis ce moment. Il lui dit :

« Madame, lui dis-je, si notre Dieu était celui des païens ou des philosophes, il pourrait bien se réfugier au plus haut des cieux, notre misère l’en précipiterait. Mais vous savez que le nôtre est venu au-devant. Vous pourriez lui montrer le poing, lui cracher au visage, le fouetter de verges et finalement le clouer sur une croix, qu’importe ? Cela est déjà fait, ma fille… »

Voici notre Dieu : un Dieu de miséricorde. Nous croyons parfois être au fond de l’enfer ? Jésus est descendu encore plus bas que nous.

Ainsi nous ne sommes jamais plus seuls, même dans nos abîmes. Voici ce qui me vient à la lecture de votre question.

Mais pourquoi, on dit que c'est nous qui sommes ces bourreaux. Le jour, de sa passion et de sa crucifixion, c'était des hommes de l'époque et nous, nous n'y étions pas. Moi, je sais, que jamais je ne pourrais faire souffrir un homme comme l'ont fait souffrir ces hommes. Alors, pourquoi, tjs dire : c'est nous qui l'avons fait souffrir. Je suis désolée, mais moi, je ne l'ai pas fais souffrir ! Non, à ce jour, je n'arrive plus à dire ça !

Portrait de Cat-modératrice

C'est nous qui l'avons fait souffrir dans le sens où c'est pour porter chacun de nos péchés, les péchés de tous les hommes de tous les temps, que Jésus a donné sa vie sur la Croix.

Par ailleurs, il est difficile de savoir comment nous aurions réagi si nous avions vécu à cette époque. Aurions-nous réclamé sa mort ou l'aurions-nous suivi jusqu'à la Croix ?

Je suis tout à fait d'accord avec Cath et Filippo, et au-delà de la souffrance physique, Jésus a aussi connu la détresse spirituelle quand Dieu lui-même semblait l'abandonner, et nous avons tous connu ce moment un jour.

Ajouter un commentaire



Dr. Radut Consulting