Aller directement à la navigation

Vous pouvez aussi nous contacter en privé, si votre question est confidentielle.
QUESTIONSDieu | L’Église Catholique | La prière et la vie spirituelle | La Bible | L’amour | Morale et éthique | Autre ———— POSTER UNE QUESTION

Les hommes qui attendent le mariage pour avoir des rapports sexuels, ça existe encore ?

Question développée: 

Les réponses sont dans les commentaires

Retour à la rubrique Questions

Publier une question

 

Réseaux sociaux: 

Commentaires

Oui, cela existe encore, j'en ai un à la maison. Pour nous c'était un choix d'attendre avant de se donner pleinement. Nous nous sommes fréquentés pendant 3 ans et fiancés pendant 2 ans. Quand nous sommes mariés mon mari avait 32 ans et était vierge et oui!! c'est possible!! en plus il est marin. Il a toujours refusé le sexe à bord malgré toutes les tentations. Vivre cette continence, nous a permis de dialoguer plus profondément et ne pas axé nos rencontres sur "cela". Cela a fortifié notre Amour et notre désir. Nous sommes aussi restés entièrement libre pendant nos fiançailles. Aujourd'hui nous allons dans quelques jours fêter nos 2 ans de mariage et malgré 2 ans de chômage, de gros problèmes de santé et 2 suicides dans ma famille nous tenons le choc et nous nous aimons même plus qu'il y a 4 ans!

Oui, cela existe !
La pente est raide, mais être sur la crête sans tomber demeure le plus beau à faire. La récompense est après la noce, on se dit qu’on a tenu.
Conserver le contrôle de la "tête chercheuse" par la "tête pensante" n’est pas du domaine de d’infaisable comme semblent le dire certains (quelle page dans le carnet d’excuses ??).
Bien sûr, il ne faut pas sous-estimer la force de l’instinct. Etre un esprit incarné ne dispense pas de subir les assauts des hormones, des sens : les parfums, la vue, le toucher, l’odorat, tout pousse au passage à l’acte, surtout quand on est confiant dans son choix définitif.

C’est une question de respect de l’autre, de soi, de méfiance de l’attirance charnelle par ce qu’elle peut avoir d’obsédant. Le plaisir ne conduit pas au bonheur. Jamais.
Il peut l’accompagner, mais pas le créer.

C’est beaucoup une question de volonté. "Aimer en vérité" (Abbé Grosjean) est un bon encouragement à demeurer sur la crête. Mes fils (16 et 18) semblent imprégnés par ce livre. Cela les aide. Ils en parlent en classe avec leurs camarades, n’ont pas de copine. Ils se préservent. Cela ne les empêche pas de danser de bouger, d’avoir des amies.

Si cela peut vous être utile.

oui, cela existe et cela REND HEUREUX : mariés depuis 23 ans, nous avions fait le choix de ne pas "fêter Pâques avant les Rameaux" car la communication et la construction de notre foyer était essentielle avant de passer sous la couette. J'aurai pu avant mon mari, y passer (sous la couette) avec un autre qui voulait cela en fait : quand je lui ai resisté il m'a abandonné petit à petit... si vous vous aimez VERITABLEMENT vous vous attendez mutuellement : c'est un apprentissage à la vie chrétienne de couple : respecter le corps de l'autre, celui de la femme avec ses cycles, ses périodes post-accouchement, ses humeurs..., celui de l'homme avec ses préoccupations, son stress et sa pression professionnels... PLUS il y a de DESIR, PLUS il y a de PLAISIRS... les chrétiens des premiers siècles étaient réputés comme ceux faisant le mieux l'amour : ils unissaient l'âme et le corps : faisons la même chose ! avant de faire l'amour nous prions dans les bras l'un de l'autre car voulu par Dieu : remercions pour ce don des corps, l'offrons pour ceux qui ne gôutent pas à cette joie : les célibataires non choisis et chastes, les prêtres, les divorcés fidèles, les veufs et veuves... et cette union devient offrande pour la gloire de Dieu et le salut du monde. Cela porte des fruits qu'on ne soupçonne même pas ! c'est ça le mariage chrétien en fait : trois personnes : Claude-Dieu-Claudette
c'est beaucoup plus qu'une "prestation religieuse", un mariage civil béni par le curé ! ce sont les deux époux qui se donnent le sacrement de mariage : excusez du peu ! Dieu, la pompe à essence à Amour est TOUJOURS fidèle, nous non... courage à vous, dites un Notre Père ensemble. Priez pour votre futur conjoint, priez pour ses intentions : cela rendra votre amour plus fort, et bénissez vous avant de partir au travail (une croix sur le front) c'est une armure.
Consacrez vos biens, votre personne, vos ordi et portable au Coeur Immaculé de Marie : prière verbale, et signe de croix avec eau bénite. Je peux vous dire que c'est puissant. Si vous ne le faîtes pas... une épouse sans-gêne, vulgaire, culpabilisante et oppressante,viendra à vous et vous séduira : elle se nomme pornographie... Que Dieu vous bénisse
Faouvoisins

Bonjour,

Je peux témoigner personnellement de plusieurs choses. Contrairement à ce que l’on dit, rester vierge jusqu’au Mariage n’est jamais chose aisée. Si on est célibataire (ce que je suis actuellement), pas plus que lorsqu’on est en couple. Parce qu’on subit des avances et des propositions même lorsqu’on est célibataire. Et que la question doit alors être posée.
Quant au couple, je peux en parler (j’ai eu une courte expérience de la question en tant que fiancé), c’est tout aussi difficile puisque dans ce cas là il n’y a que la question de la temporalité du rapport sexuel (qu’est-ce que ça change, maintenant ou dans deux mois ?). La réalité est que ça fait une grande différence, comme dans mon cas. Nous serions-nous unis avant le mariage que cela aurait sans doute été plus dur de nous séparer, et puis quel sens aurait eu notre relation dans ces conditions ?

Une réalité est importante. L’homme doit passer par cette phase pour apprendre à respecter sa femme (c’est pourquoi sa femme doit lui opposer son refus s’il la presse, afin de l’éduquer), la femme doit apprendre à élever son mari pour le conduire à l’aimer pour ce qu’elle est et non pour son corps (ce qui normalement devrait déjà être le cas lorsqu’on est fiancés, mais qui n’est jamais parfait de la part de l’homme). C’est extrêmement important que la femme sache que c’est elle qui a le contrôle de cet aspect de la relation. L’homme, quant à lui, est (presque) toujours disponible et intéressé par le sujet. C’est la femme qui peut (et doit) réguler cela, calmer ses ardeurs, lui faire comprendre qu’elle est autre chose qu’une poupée. C’est d’autant plus important que si elle ne parvient pas, l’homme ne la respectera pas, mais que si elle y parvient, lorsqu’à son tour elle aura tendance à perdre les pédales (oui, ça arrive au bout d’un moment), alors celui-ci sera capable, parce qu’il aura appris, à lui retourner cette faveur. Parce que ce n’est pas l’acte en lui-même qui pose problème, mais ce qu’il révèle de la fébrilité et de l’absence de contrôle de soi de chacun. Ce que je dis est une généralité, il peut être nécessaire de l’adapter individuellement à chaque couple, mais globalement... ;)

Cela dit, le fait d’avoir des rapports sexuels avant le mariage n’est pas abominable. C’est juste se montrer extrêmement léger (pour l’homme), et peu respectueuse d’elle-même (pour la femme). Vous valez mieux que cela. Et personne n’est jamais mort d’attendre deux mois de plus, sinon les prêtres et les moines n’existeraient pas.

Bonjour Synergie,

Je ne suis pas d'accord avec vous... Ca n'est pas à la fiancée "d'éduquer" son fiancé. J'ai l'impression en utilisant ce terme que vous cherchez à domestiquer quelque chose de sauvage dans l'homme.
Je pense que nous les hommes, nous avons quelque chose de sauvage dans cet aspect de notre personnalité, mais ne cherchez pas à la domestiquer. La chose que vous pouvez faire est de donner envie à votre fiancé de se laisser apprivoiser. De même ; ça n'est pas différent pour le fiancé par rapport à sa fiancée. Vous devez aussi vous laisser apprivoiser.
Je pense que nous n'avons pas à "éduquer" un quelconque aspect de la personnalité de l'autre. Révéler un talent ? certainement... Ouvrir à une réalité ? Oui ! Mais l'éducation n'est pas de notre responsabilité. Je crois que dans le chemin de l'amour entre un homme et une femme, il y a beaucoup d'ajustements, beaucoup de sacrifices, mais ça n'est pas à l'autre de le demander. C'est personnellement que je choisi librement de faire tel ou tel sacrifice pour un bien supérieur qui n'est pas encore présent. Il me semble ici introduire une notion d'espérance et sortir de la question "J'ai le droit" ou "Je n'ai pas le droit" ou "J'ai raison parce que je suis une femme" ; "Tu as tord parce que tu es un homme".

Un risque énorme dans cet aspect d'éducation est la disparition petit à petit du désir chez l'homme ; qui me parait être littéralement le "castrer". Vois-tu, ma fiancée était tellement compliquée sur ce sujet que j'ai fini ne plus rien désirer à son égard. Je n'avais plus cette attirance forte, nécessaire à la folie du mariage. J'ai donc rompu. Et c'est terrible pour elle comme pour moi.

Il ne me semble pas que mon point de vue soit divergent de l'enseignement de l'église. Mais la manière de le présenter et l'attitude qui en découle me parait plus juste. De temps en temps l'église et l'enseignement traditionnel ont des grâces extraordinaire mais j'ai l'impression qu'ils n'arrivent pas à les expliquer et je trouve ça dommage...

Bien à vous,

Jean

Portrait de Cat-modératrice

Bonjour Jean,

Je ne comprends pas très bien ce que vous voulez dire. À quelle attitude exactement invitez-vous les fiancés ? Pensez-vous ou non qu'il soit bon de vivre l'abstinence sexuelle avant le mariage ?

Vous dites que ce n'est pas à l'autre de demander un sacrifice à son/sa fiancé(e), mais que faut-il faire alors si l'un désire attendre le mariage et l'autre non ?

Quelle attitude de la femme est « castratrice » pour l'homme ?

Cela existe encore!
Avec mon mari, nous avons attendu après le mariage et c'est tellement magique! On se sent encore plus aimé(e) et attendu(e)...
Bien sûr cela n'a pas été facile, il faut avoir une certaine volonté et respecter nos convictions. Mais si on s'encourage à deux, on y arrive encore plus!

:)

Pages

Ajouter un commentaire



Dr. Radut Consulting