Aller directement à la navigation

Vous pouvez aussi nous contacter en privé, si votre question est confidentielle.
QUESTIONSDieu | L’Église Catholique | La prière et la vie spirituelle | La Bible | L’amour | Morale et éthique | Autre ———— POSTER UNE QUESTION

Fille catholique qui se masturbe

Question développée: 
(Pour information : pour les garçons qui se posent la même question, la réponse est donnée sur une autre page du site)
 
Bonjour,
 
Je suis une fille de 14 ans issue d'une famille catholique très pratiquante et j'ai découvert en début d'année scolaire (dans un examen de conscience) qu'une chose que je faisais depuis l'âge de 12 ans était en réalité un péché. Bien sûr, ce n'était pas un péché jusqu'au moment où j'ai appris que c'était défendu. Mais avec l'habitude que j'avais prise, j'ai eu beaucoup de mal à m'arrêter de le faire, une fois que j'avais compris que c'était en réalité un péché. 
 
Quand j'ai su que c'était le péché d'impureté, j'ai mis beaucoup de temps à comprendre pourquoi cela était défendu car j'avais lu sur des sites de santé que c'était une étape normale pour se préparer à une vie de couple épanouie, surtout pour les filles car c'est moins évident d'éprouver du plaisir que pour les garçons. Je me suis même un peu révoltée, je refusais même l'idée de devoir me confesser de cela ...
 
Quand j'ai finalement compris que c'était vraiment important de ne plus le faire, il s'est passé plusieurs mois où je décidais que je ne le ferai plus, en luttant et en priant pour résister à la tentation, mais il m'arrivait encore très souvent de retomber et à chaque fois je m'en voulais, je me sentais coupable.
 
Maintenant j'en suis quasiment sortie et j'ai décidé de me confesser, pour être sûre de ne pas encore retomber par la suite (parce c'est un péché et que la confession ce n'est pas du tout agréable)
 
Merci à Cath-modératrice qui m'a conseillé les mots que l'on peut dire au prêtre en confession car je ne me sentais pas capable de dire que je m'étais masturbée.
 
Ne cherchez pas à savoir si c'est un péché mortel ou non (la réponse est non, pas mortel, si on est une ado en lutte contre la tentation avec la ferme intention d'arrêter), ni si on peut encore communier ou non si on se masturbe (la réponse est oui on peut communier si on est une ado en lutte contre et que l'on fait de son mieux pour arrêter), ce qui compte c'est que c'est un péché et qu'il faut le confesser pour être pardonnée, même si on peut rechuter (mais il faudrait se re-confesser en cas de rechute !!!)
 
Si vous aussi vous avez ce problème, si vous avez des questions, n'hésitez pas à le dire ici, même pas besoin d'être inscrite, nous sommes là pour nous entraider et je vous promets que Cath-modératrice ne vous mangera pas ! Elle nous comprend car elle aussi a été une ado catholique !
 
à bientôt
(et vive les vacances !!!)
 
Hélène.

Les réponses sont dans les commentaires

Retour à la rubrique Questions

Publier une question

 

 

Réseaux sociaux: 

Commentaires

Si j'ai bien compris, une fille sous l'emprise d'une addiction à la masturbation peut essayer d'entrer en religion, mais elle devra se confesser chaque fois et en parler à la maitresse des novices et tout faire pour s'en libérer pour que son engagement définitif puisse se faire correctement.

Mais par la suite il pourra lui arriver de rechuter temporairement par faiblesse et se confesser paisiblement, cela ne remettra pas en cause sa position dans le couvent.

Mais j'imagine aussi que si elle retombait dans une habitude sans pouvoir s'en libérer à nouveau malgré sa volonté de le faire, elle devrait d'elle même quitter le couvent car c'est incompatible avec ses voeux.

Portrait de Cat-modératrice

À moins qu'il y ait un texte officiel que je ne connais pas, l'Église n'a pas pris de décision sur la question de savoir si une personne qui se masturbe peut faire des vœux religieux ou non. En tous cas, le code de droit canonique n'en parle pas. Du coup il est possible d'avoir des points de vue différents sur la question même quand on connaît bien l'enseignement de l'Église.

Par contre, une chose est sûre : une fois qu'une religieuse a fait ses vœux définitifs, non seulement elle s'est engagée envers sa communauté, mais sa communauté s'engage aussi vis-à-vis d'elle. Si une femme se marie et qu'elle commence à se masturber une fois qu'elle est mariée, son mari ne peut pas la chasser pour cela. Dans une communauté religieuse c'est pareil. Si une religieuse tombe malade et doit rester tout le reste de sa vie à l'infirmerie, ses sœurs vont s'occuper d'elle. Si une sœur tombe dans un péché dont elle n'arrive pas à sortir, sa communauté doit l'aider et non lui demander de partir, sauf si c'est quelque chose qui met vraiment en danger la communauté, ou la sœur elle-même.

Les personnes consacrées ne sont jamais fidèles d'une manière parfaite à leurs vœux religieux. Une religieuse peut obéir aux ordre de sa supérieur en récriminant intérieurement, et même en détestant sa supérieure à cause de ce qu'elle lui demande : c'est un péché contre le vœu d'obéissance. Elle peut avoir un livre auquel elle est très attachée et qu'elle ne veut pas prêter : c'est un péché contre le vœu de pauvreté. Elle peut avoir plus de plaisir à passer du temps avec certaines de ses sœurs, et éviter les sœurs qu'elle trouve ennuyeuses : c'est un péché contre le vœu de chasteté, qui signifie aussi d'avoir le cœur ouvert à tous. Donc oui, la masturbation est un péché contre le vœu de chasteté, mais cela n'oblige pas une sœur à quitter sa communauté. La vie religieuse est un chemin de perfection et non un chemin pour les parfaits.

Merci. Ça me rassure que personne d'autre à part le confesseur puisse le savoir. Et est-ce que les confesseurs peuvent poser la question directement si la personne qui se confesse n'évoque pas de péché de masturbation ?

Portrait de Cat-modératrice

Les confesseurs posent rarement des questions. À la limite ils peuvent poser une question pour vérifier si on n'a pas l'intention de faire exprès de rester dans une situation de péché, s'il a un doute, parce que là ça conditionnerait la possibilité de donner l'absolution.

Donc un confesseur ne te demandera jamais : "Est-ce que vous vous êtes masturbée ?"

Par contre, tu peux demander au confesseur de te poser des questions, si tu n'y vois pas clair sur ton péché. Tu peux aussi lui dire : "Je n'ose pas dire mon péché, pouvez-vous me poser des questions ?" Mais après on ne peut pas être sûr qu'il posera les bonnes questions.

Vous dites qu'une personne qui n'a pas encore réussi à arrêter la masturbation pourrait entrer dans une communauté religieuse ! Vous pensez que ça arrive ? c'est si difficile que ça d'arrêter définitivement ?

Je trouve ça un peu bizarre de vouloir être religieuse avant d'avoir réussi à arrêter ... à mon avis, si ça arrive, elle continuera à se masturber une fois rentrée au couvent, non ?

Portrait de Cat-modératrice

Il peut aussi arriver que tu arrêtes la masturbation, que tu entres dans une communauté religieuse, et quelques années plus tard, à la suite de souffrances ou de frustrations, tu recommences à te masturber.

Tu sais, le diable ne se masturbe jamais, il n'a pas de corps... On disait au sujet de Mère Angélique Arnauld (1591–1661), abbesse du couvent de Port-Royal, qu'elle était "pure comme un ange et orgueilleuse comme un démon". Peut-être que si elle avait eu une addiction à la masturbation, elle aurait été préservée de l'orgueil. Elle a eu une influence très néfaste dans l'Église, à l'époque de l'hérésie janséniste.

Dans les communautés religieuses il y a des saints, il y a des gens qui essaient d'avancer en restant fidèles à Jésus, mais il y a aussi des péchés bien pires que la masturbation qui sont commis. La jalousie, en particulier, peut conduire à de terribles méchancetés, ou bien elle peut rester cachée dans le cœur : le cœur est alors malveillant, même si on ne fait rien de mal.
Des consacrés peuvent devenir attachés à leurs habitudes et à leur tranquillité, et n'être pas accueillants envers les personnes qui viennent à eux : ils donnent ainsi un témoignage opposé à celui que demande leur vocation.
L'orgueil, le goût du pouvoir, le goût de l'influence que l'on peut acquérir parce que l'on est considéré comme sage, peuvent aussi conduire à des péchés très graves.

Vas-tu attendre, avant de répondre à l'appel de Jésus, qu'il n'y ait plus en toi le moindre germe de jalousie, d'orgueil, de paresse...?

Une communauté religieuse n'est pas un rassemblement de gens parfaits ! C'est une communauté de pauvres pécheurs appelés par Jésus, qui veulent consacrer leur vie au service de Jésus et des hommes.

Portrait de Filippo-modérateur

Je lis : « Il peut aussi arriver que tu arrêtes la masturbation, que tu entres dans une communauté religieuse, et quelques années plus tard, à la suite de souffrances ou de frustrations, tu recommences à te masturber. »

Ça me semble très juste. Même si la personne avait tout arrêté avant même le noviciat, il se peut très bien qu'elle retombe quelques années après ou même plus tard. Personne ne peut dire qu'il ne retombera jamais. Ça s'appelle de la présomption, qui est une forme d'orgueil.

Toute personne humaine porte la pulsion sexuelle, qui est en elle-même bonne puisque voulue par Dieu. Les religieux, même s'ils sont bien formés pour se connaître et pour savoir quoi faire si la pulsion devient envahissante, peuvent tomber et retomber. On ne pense pas toujours à prier pour eux dans le difficile combat qu'ils mènent pour être fidèles à leur vœu de chasteté.

C'est vrai, je n'avais pas pensé à tout ça, je ne connais pas encore les souffrances ou les frustrations que l'on peut vivre en communauté et je ne savais pas que cela pouvait aussi nous faire retomber dans la masturbation. Et j'ai l'impression que j'ai trop exagéré la gravité de ce péché en particulier, du coup je me dis que je dois être moins stressée et moins y penser, moins me faire tout un monde dans les cas de petites rechutes.

Portrait de Cat-modératrice

Tout à fait !
L'essentiel c'est de savoir que Dieu t'aime. Tu crois qu'en mourant sur la Croix par amour pour toi, il n'en a pas fait assez pour racheter toutes tes rechutes de masturbation ?
Jésus a dit qu'il est venu non pas pour nous juger mais pour nous sauver.

Voici ce que dit saint Jean dans sa première lettre :

18 Petits enfants, n’aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité.

19 Voilà comment nous reconnaîtrons que nous appartenons à la vérité, et devant Dieu nous apaiserons notre cœur ;

20 car si notre cœur nous accuse, Dieu est plus grand que notre cœur, et il connaît toutes choses.

Donc, pour recevoir pleinement le pardon de Dieu, même quand notre cœur nous accuse, il faut aimer. Saint Pierre dit aussi que "l'amour couvre une multitude de péchés". Il est plus important de confesser l'absence d'amour que toutes les impuretés. Jésus a expliqué que la vraie impureté est celle qui vient du cœur. Non pas que la masturbation ne soit pas grave, je t'ai dit pourquoi dans mon premier commentaire. Elle est grave en tant qu'elle blesse l'amour.
Mais comme tu l'as dit toi-même, si tu essaies vraiment d'arrêter, que tu ne le fais qu'à cause de ta faiblesse, alors elle cesse d'être grave et elle peut être occasion de te rapprocher de Dieu en recevant son pardon et en devenant plus humble.

Bonjour, merci et j'ai deux petites questions sur votre commentaire :

Est-ce que l'expression "notre cœur nous accuse" c'est le sentiment de culpabilité que l'on peut ressentir ?

Est-ce que l'humilité c'est de s'accepter comme pécheur et comme faible, sans culpabilité, plutôt que de se croire forte et irréprochable et à l'abri de toutes les tentations (orgueil) ?

PS : Ce matin j'ai pu enfin me confesser et je me sens bien, très heureuse ! Le Prêtre ne m'a pas posé de questions gênantes (ouf !). Comme vous il a eu des mots rassurants sur la gravité, qu'il ne fallait pas focaliser sur ce problème en particulier mais si jamais je rechutais par faiblesse que je n'hésite pas à revenir me confesser. Il me conseille de revenir chaque mois dans tous les cas (avec ou sans rechute) afin de me soutenir.

Pages

Ajouter un commentaire



Dr. Radut Consulting