Aller directement à la navigation

Vous pouvez aussi nous contacter en privé, si votre question est confidentielle.
QUESTIONSDieu | L’Église Catholique | La prière et la vie spirituelle | La Bible | L’amour | Morale et éthique | Autre ———— POSTER UNE QUESTION

Enfants nés hors mariage aux yeux de l'Église catholique

Question développée: 

Bonjour,

Je me pose une question : quel est le regard de l'Église catholique sur les enfants né hors mariage ? Sont-ils considérés d'une manière ou d'une autre comme "inférieurs" ? Est-ce qu'il y a des choses qui leur sont fermées dans la religion ?

 

Les réponses sont dans les commentaires

Retour à la rubrique Questions

Publier une question

 
Réseaux sociaux: 

Commentaires

Portrait de Cat-modératrice

Voici le texte officiel indiquant la position de l'Église sur la question du sort des enfants morts sans baptême. Il a été rédigé en 2007 par une commission théologique internationale qui avait pour mission d'étudier la question. Le texte final a été approuvé par le pape Benoît XVI.

C'est un texte très long qui retrace tout le cheminement de la réflexion de l'Église jusqu'ici. La conclusion ne sera peut-être pas assez catégorique pour vous, mais quand on voit ce qu'en pensaient les théologiens jusqu'à récemment, on peut espérer que ce ne soit qu'un premier pas :

« Notre conclusion est que les multiples éléments que nous avons examinés plus haut offrent des fondements théologiques et liturgiques solides pour espérer que les petits enfants qui meurent sans baptême seront sauvés et jouiront de la vision bienheureuse de Dieu. Nous soulignons que ce sont des raisons d’espérer dans la prière plutôt que des fondements d’une connaissance certaine. Il y a beaucoup de choses qui, tout simplement, ne nous ont pas été révélées. »

Pour ma part, je n'ai aucun doute sur la question : notre Dieu n'est pas un Dieu injuste pour priver du bonheur des enfants innocents !

Je me suis trompée dans mon message précédent : l'Église a seulement affirmé officiellement qu'elle espère que les enfants morts sans baptême vont au Ciel, mais elle affirme aussi qu'il y a des "fondements solides" à cette espérance.

Bonjour j'ai une question sur la position de l'église par apport au enfants qui naissent durant les fiançailles.
Nous avons decider de nous fiancer il y a quelque mois mais avons attendu pour que nos familles respectivent "digère" la nouvelle et que nous puissions faire une bénédictions officiel.
Résultat :six mois après notre annonce et une date fixer à la fin du mois prochain je viens de découvrir ma grossesse. Nous avons toujours refuser les moyens de contraception car cela était contre nos conviction
Pourront nous toujours nous marier à l'église? Cela va-t-il "invalidée" notre démarche de fiançailles ? Pouvons nous encore communier le dimanche ?
Est ce qu'il y aura des conséquences pour le bébé si nous voulons le faire baptiser etc?

Merci de vos réponse

Portrait de Cat-modératrice

Bonjour Ahlora,

Félicitations pour votre prochain mariage et pour votre grossesse !

Les commandements de Dieu ont pour but de nous aider, et non de nous détruire.

Votre bébé n'empêchera aucunement votre mariage, et le fait qu'il soit né hors mariage n'empêchera pas son baptême, heureusement ! Dieu est un Père aimant et non un ennemi.

Votre bébé n'est pas un péché. L'Eglise et la Bible demandent de s'abstenir de relations sexuelles avant le mariage, car Dieu nous enseigne que la sexualité doit être vécue dans le cadre de l'engagement définitif du mariage.

Ce n'est pas le bébé qui est un péché, mais le fait d'avoir eu des rapports sexuels hors mariage. Si vous aviez eu des rapports sexuels en prenant la pilule et qu'il n'y ait pas eu de bébé, personne ne s'en serait aperçu mais cela aurait été un péché bien plus grave. C'est un choix très courageux que celui d'utiliser des méthodes naturelles de régulation des naissances. En utilisez-vous une (ex : Billings, FertilityCare, méthode sympto-thermique), ou bien n'utilisez-vous absolument aucun moyen pour éviter une grossesse ?

Par ailleurs, le fait d'avoir des rapports sexuels alors que le mariage est décidé, est un péché beaucoup moins grave que le fait de vivre ensemble avant le mariage pour se "tester".

Donc, en ce qui concerne la communion à la messe, ce qui peut l'empêcher, ce n'est pas le bébé, mais le fait d'avoir des rapports sexuels hors mariage.

Pour pouvoir de nouveau communier, vous devez soit décider d'arrêter les rapports sexuels jusqu'au mariage, et vous confesser, soit attendre d'être mariés et de vous être confessés.

Merci pour votre réponse rapide.
Nous n'utilisons rien sinon le calcul .
J'ai eu beaucoup de chance aussi d'avoir un fiancé si impliquer et qui ,quelque soit les conséquences de ce choix l'assume...
Merci de m'avoir rassuré !
Pour la communion c'est dommage mais pour obtenir l'absolution il faudrait regretter et ce n'est pas le cas. Pour nous cette enfant est un don de Dieu ,une étape dans notre vie de couple et de parents qui est bien trop belle pour être regretter .
Nous nous consolons en nous disant que même si tout n'as pas été fait dans les règles de l'art au moins cette enfant n'a jamais été menacé par l'avortement et qu'il est le fruit de notre amour et de notre volonté d'engagement.
C'est d'ailleurs peut être pour cela que dieu nous l'as confier ....

Portrait de Cat-modératrice

Bonjour Ahlora,

Il est impossible de connaître sa fécondité par le calcul, et vous en avez la preuve avec le merveilleux bébé que vous venez de concevoir. Pour la suite, je vous encourage vivement à vous renseigner sur les méthodes naturelles de régulation des naissances. La plupart de ces méthodes utilisent l'observation de la glaire cervicale, une sécrétion qui permet de savoir quand la femme est fertile.

Pour obtenir l'absolution, il faut en effet regretter ses péchés. Je suis heureuse de voir que vous êtes dans une attitude d'honnêteté et que vous ne voulez pas d'une fausse absolution.

Cependant, ce sont les péchés que l'on doit regretter. L'Eglise ne vous demande pas de regretter l'existence de votre enfant, qui est une conséquence merveilleuse de votre manque de patience...

L'Eglise dit au sujet du péché d'Adam : "Heureuse faute qui nous a valu un tel Rédempteur" : cela ne veut pas dire que l'on se réjouit du péché originel. Mais cela veut dire qu'à la fois nous regrettons le péché d'Adam, et à la fois nous nous réjouissons que Jésus ait eu besoin de venir nous sauver, car cela nous permet d'avoir un merveilleux Rédempteur.

Donc, vous pouvez tout-à-fait vous confesser de ne pas avoir attendu le mariage pour vous unir, si vous regrettez de ne pas avoir obéi au commandement de Dieu, tout en vous réjouissant d'être tombés dans ce péché du fait de cette merveilleuse conséquence qu'est votre enfant. Vous voyez ce que je veux dire ?

Pages

Ajouter un commentaire



Dr. Radut Consulting