Aller directement à la navigation

Vous pouvez aussi nous contacter en privé, si votre question est confidentielle.
QUESTIONSDieu | L’Église Catholique | La prière et la vie spirituelle | La Bible | L’amour | Morale et éthique | Autre ———— POSTER UNE QUESTION

Deux veufs doivent-ils se marier obligatoirement pour vivre ensemble

Question développée: 

Je suis veuf et j'ai rencontré récemment une veuve avec laquelle j'ai redécouvert un amour très sincère.Pour des raisons notamment de retraite nous ne voulons pas nous marier et surtout je respecte sa liberté qu'elle redécouvre après un mariage décevant. Quelle est la position de l'église à l'égard de ce concubinage qui ne fait de tort à personne mais qui pose la question de la sexualité hors mariage. Je précise que compte tenu de nos âges, fonder une famille n'a plus de sens, nous avons chacun des enfants et des petits-enfants.

 

Les réponses sont dans les commentaires

Retour à la rubrique Questions

Publier une question

 

 

Réseaux sociaux: 

Commentaires

Portrait de Cat-modératrice

Bonjour Monsieur,

Jésus ne précise jamais une tranche d'âge pour ses commandements.

Son enseignement et celui de l'Église est que l'union sexuelle entre un homme et une femme doit être vécue dans le cadre de l'engagement définitif du mariage, et avec la grâce du sacrement, pour être un acte respectueux de l'autre.

Cette question a été déjà abordée plusieurs fois sur ce site, le veuvage ne change rien à la réponse :

Vivre ensemble avant le mariage pour "tester" le couple n'est pas chrétien et n'est pas bon, oui mais quels arguments?

Question sur le mariage : pourquoi est-il préférable de ne pas vivre ensemble avant le mariage ?

Vie commune avant le mariage : attention danger

La procréation est-elle le but de la sexualité ?

Portrait de Cat-modératrice

Je voudrais ajouter une précision, puisque j'ai vu sur votre profil que vous n'êtes pas chrétien :

Le fait d'être dans une situation qui n'est pas approuvée par l'Église catholique (parce qu'elle ne correspond pas à ce que Jésus nous a demandé) ne signifie pas être exclu de l'Église catholique.

Nous sommes tous des êtres imparfaits, et pas un de nous n'est capable de rester sans péché. La vie chrétienne est un chemin pour être de plus en plus proche de Dieu. Ceux qui n'ont pas la force de suivre les commandements ne sont pas exclus. Ceux qui n'arrivent pas à comprendre les commandements non plus.

Mais pour avoir sa place dans l'Église, il faut au moins désirer (et demander, à Jésus) devenir capable de faire la volonté de Dieu, ou plutôt désirer être uni à Jésus. Si on n'arrive pas à le désirer, il faut au moins désirer ce désir. Désirer comprendre. On ne peut pas progresser dans l'union à Jésus en étant indifférent à ce qu'il nous a dit et ce qu'il nous a demandé.

Plusieurs choses me gênent dans votre réponse :
- vous semblez assimiler totalement l'enseignement de l'église et celui de Jésus, Or si je ne suis plus pratiquant mais de formation catholique, les paroles et l'enseignement du Christ me semblent bien supérieur (hélas) à ce qu'enseigne l'église.
- Vous ne prenez pas du tout en compte la situation particulière des veufs qui ont une famille et des petits enfants pour lesquels l'amour qu'ils portent à une grand mère décédée peut être blessé par la nouvelle compagne de leur grand-père. Comment expliquer à un enfant de 4 ans que sa grand-mère n'est pas remplacée par la nouvelle compagne ? à 10 ou 12 ans j'ai expliqué cela à mes petits enfants qui ont été heureux de la confiance que je leur manifestait à cette occasion, mais à 4 ans ce n'est pas encore possible.
- il me semble aussi que le dernier synode sur la famille a manifesté la nécessité de prendre en compte les situations particulières et dans le cas cela n'a rien à voir avec le mariage "à l'essai". Comme je l'ai expliquer à mes enfants (40 36 et 30 ans) on n'aime pas à 70 ans comme on aime à 20 ans. Le le bonheur que l'on retrouve après avoir accompagné son épouse pendant très longue maladie dégénérative n'a rien à voir avec les expériences sexuelles de la jeunesse. L'exigence de fidélité que l'on retrouve auprès de sa nouvelle compagne est aussi profonde et belle et presque "mystérieuse".
Je pense que le synode sur la famille marque une nouvelle étape dans la compréhension du couple.
En tout cas merci de vos réponses.

Portrait de Cat-modératrice

Bonjour Monsieur,

J'ai simplement répondu à votre question concernant la position de l'Église. Celle-ci ne différencie pas les veufs dans ses commandements.
Concernant vos objections :

- L'Église puise ses enseignements dans ceux de Jésus. Celui-ci a beaucoup parlé de morale sexuelle et matrimoniale : Matthieu 5, 27-32 ; 19, 3-9 ; Marc 10, 2-12 ; Luc 16, 18 ; Jean 4, 16-18.

L'Église considère aussi que les autres auteurs de la Bible nous transmettent la révélation de la Parole de Dieu. C'est pourquoi en matière de morale sexuelle, elle s'appuie aussi sur les paroles de St Paul, qui affirme avoir eu de nombreuses apparitions et révélations de Jésus lui-même.

- En ce qui concerne le synode, attention où vous vous informez... La plupart des journaux laissent entendre que des décisions ont été prises. Or le synode (contrairement à un concile) est purement consultatif. Le pape a toute liberté de prendre les décisions qu'il juge bonnes, quand bien même elles seraient en opposition radicale avec les orientations du synode. Il est probable que dans l'année le pape rédige une exhortation apostolique post-synodale pour nous donner sa propre vision. Quand des décisions disciplinaires1 seront prises, c'est par lui que nous le saurons. Et quand bien même ces décisions iraient dans le sens d'aider les divorcés-remariés à se sentir plus intégrés dans l'Église, ce ne serait en aucun cas une validation du concubinage.

- Ce que pourraient éprouver vos petits enfants est une autre question. Il est inévitable que dans sa vie d'enfant, un enfant soit confronté à des décisions d'adultes qu'il ne comprenne pas. Est-ce que les adultes doivent pour autant prendre leurs décisions en fonction de ce qu'un enfant peut comprendre ? Il me semble que le travail d'éducation a plutôt pour but d'aider les enfants à grandir et à comprendre les décisions des adultes. Ce n'est pas la question, mais je ne vois vraiment pas pourquoi un enfant de 4 ans ne comprendrait pas ce dont vous parlez.


1. On distingue les questions doctrinales et les questions disciplinaires. Le but du synode pour la famille n'était pas de réfléchir à la doctrine, c'est-à-dire à la foi catholique, mais de réfléchir à la pratique, ce qui pourrait aboutir à des changements dans la discipline. Par exemple, les décisions du pape François facilitant les démarches de reconnaissance de nullité de mariage concernent la discipline (Cf Deux "Motu Proprio" pour simplifier les procédures en nullité de mariage)

Je suis surpris que vous ne citiez que des éléments du Nouveau Testament qui parlent de l'adultère. Le Christ, à ma connaissance n'a jamais parlé de la situation des veufs ! La position de l'Eglise se comprend car elle provient de l'époque ou elle avait une fonction régulatrice dans la société du moyen âge. La situation n'a aussi rien à voir avec le mariage à "l'essai". Les réponses ne tiennent aussi aucun compte de la particularité relative aux liens familiaux qui existent déjà, chacun ayant une famille.

Portrait de Cat-modératrice

Bonsoir,

Jésus n'a pas parlé spécifiquement de la situation des veufs, parce qu'elle n'est justement pas différente de celle des autres personnes en ce qui concerne la sexualité et le mariage. Dans les passages de la Bible que je vous ai indiqué, le mot « adultère » utilisé dans la traduction française désigne les relations sexuelles hors mariage en général.

J'aurais dû donner cette précision lorsque je vous ai donné les liens dans ma première réponse : je ne considère pas que votre situation soit celle d'un mariage à l'essai. Je vous ai donné ces liens parce qu'il y est expliqué pourquoi les relations sexuelles hors mariages sont en contradiction avec l'enseignement de Jésus et de l'Église.

Le fait que chacun ait déjà sa famille ne rend pas le mariage impossible.

Je ne suis pas un spécialiste du Nouveau Testament mais l'interprétation du mot "adultère" qui viserait toutes les relation hors mariage n'est elle pas un peu osée.
Cela me fait penser à l'interprétation du mot "frère" quand on parle des éventuelles frères de Jésus, les spécialistes n'étant pas du tout d'accord sur l'interprétation de ce terme.
L'adultère vise la relation extraconjugale d'un homme ou d'une femme dans les liens du mariage.
Pour moi, l'interprétation que fait l'Eglise de la situation des veufs me semble totalement excessive et très au delà de l'enseignement de Jésus. Mais ce n'est qu'un modeste avis.

Portrait de Cat-modératrice

Le terme grec « μοιχευω » employé dans ces textes signifie à la fois « adultère » au sens infidélité à son conjoint, et « fornication », c'est-à-dire relation sexuelle illicite avec une personne avec qui on n'est pas marié. Cela vient du mot hébreu employé pour désigner les personnes qui sont tombées dans l'idolâtrie suite à la sollicitation d'une femme, les personnes qui ont mangé les choses consacrées aux idoles.

Dans toutes la Bible on peut voir que les seules relations sexuelles encouragées sont celles entre personnes mariées.

Puisque Jésus n'a pas parlé spécifiquement de la situation des veufs, pourquoi parler à sa place !!!
De quel droit parlez à la place de Jésus !!!
C'est extrêmement choquant je ne vous le cache pas.

Portrait de Cat-modératrice

Quand la Bible dit : « Tu ne voleras pas », elle ne précise pas : « Et les veufs non plus ne doivent pas voler ». Pourtant vous comprenez que c'est valable aussi pour les veufs.

Quand Jésus parle des relations amoureuses homme-femme qui doivent être vécues dans le mariage, il ne précise pas que cela vaut aussi pour les veufs, justement parce que cela vaut pour tout le monde. C'est si c'était différent pour les veufs qu'il aurait précisé quelque chose. Quand il dit : « Aimez-vous les uns les autres », il ne précise pas que c'est aussi pour les veufs, et pourtant cela vaut aussi pour les veufs. Il ne fait pas, pour chaque commandement, la liste de toutes les catégories de population à qui ces commandements s'appliquent, justement parce que ces commandements valent pour tout le monde.

Quand des commandements ne sont pas pour tout le monde, il le précise, comme lorsqu'il parle du choix du célibat pour le Royaume des Cieux.

Pages

Ajouter un commentaire



Dr. Radut Consulting