Aller directement à la navigation

Un mémorial « Aron Jean-Marie Lustiger » inauguré ce mercredi en Israël

Portrait de Cat-modératrice
La bonne nouvelle: 

Nouvelle du Figaro :

Le cardinal Jean-Marie Lustiger, ancien archevêque de Paris, mort en 2007, était né juif en 1926. Il s'est converti au christianisme, mais n'avait jamais renié sa foi d'origine. Ainsi, expliquait-il : « Je suis né juif, j'ai reçu le nom de mon grand-père paternel, Aron. Devenu chrétien par la foi et le baptême, je suis demeuré juif comme le demeuraient les apôtres. J'ai pour saints patrons Aron le Grand Prêtre et Saint Jean l'apôtre, Sainte Marie, pleine de grâces. “Rien n'est impossible à Dieu” Luc 2 ».

Ce testament du cardinal Lustiger est gravé à jamais sur une stèle d'un « mémorial Aron Jean-Marie Lustiger » inauguré dans la matinée de mercredi dans les jardins du monastère bénédictin d'Abu Gosh, près de Jérusalem. En Israël, ce monastère qui appartient au domaine national français joue un rôle important dans le dialogue entre catholiques et juifs. Quand il le pouvait, le cardinal Lustiger, familier de cette communauté monastique, aimait s'y rendre en retraite spirituelle.

Double culture

L'initiative de ce mémorial, dessiné par le cabinet d'architecte israélien Efrat Kovalsky Architect, revient à Richard Prasquier, président d'honneur du Crif (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France). Pour lui, « ce mémorial répond à la volonté des juifs d'honorer le cardinal ». Ce qui explique que le nom de Richard Prasquier est également inscrit sur la même stèle, suivi de cette sobre mention : « à la mémoire de celui qui par sa place unique contribua au rapprochement entre juifs et catholiques ».

[...] Le dialogue judéo-chrétien lancé par le Concile Vatican II, fortement encouragé sous le pontificat de Jean-Paul II, confirmé sans aucune ambiguïté par Benoît XVI, est une des priorités du pontificat du pape François. En 2010, alors archevêque de Buenos Aires, le cardinal Bergoglio a publié un passionnant et instructif dialogue avec le rabbin argentin Abraham Skorka, traduit cette année en français par les éditions Robert Laffont sous le titre Sur la Terre comme au Ciel.

Ajouter un commentaire



Dr. Radut Consulting