Aller directement à la navigation

Sept jeunes trisomiques protestent contre la «censure» du CSA

Portrait de Cat-modératrice
La bonne nouvelle: 

Nouvelle du site du Figaro :

C'est une première dans l'histoire du droit. Sans avocat pour les accompagner, sept jeunes trisomiques saisissent le Conseil d'État, s'estimant victimes d'une « censure » du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) qui les prive de « leur liberté de parole ». En cause: un avis réprobateur du CSA adressé à M6, Canal + et D8 qui avaient diffusé pendant un mois -du 21 mars au 21 avril dernier dans le cadre de la journée mondiale de la trisomie- un clip mettant en scène de jeunes handicapés mentaux français et étrangers qui expliquaient qu'ils étaient heureux, malgré leur handicap, « de vivre, travailler et aimer comme tout le monde ».
Émouvant, ce clip avait marqué l'opinion pendant sa diffusion télévisée et remporté un grand succès sur YouTube, dépassant aujourd'hui les 5 millions de vues. Le monde publicitaire lui-même avait loué cette campagne, d'origine italienne et réalisée par l'agence Saatchi & Saatchi pour l'association CoorDown, qui travaille sur l'intégration des personnes touchées par la trisomie 21 (« Down Syndrome », en anglais). Le film, illustration de « l'exigence créative nécessaire à une campagne humanitaire ou associative pour émerger », avaient jugé les publicitaires, avait même décroché 2 trophées d'or et 2 d'argent aux Lions de Cannes 2014.

Le CSA a adressé une lettre d'avertissement aux chaînes

Mais le 25 juin, le CSA intervient en envoyant une lettre d'avertissement aux chaînes, premier degré des rappels à l'ordre sur l'échelle de ses arbitrages. Saisi de « plusieurs plaintes de particuliers », précise-t-il, le CSA juge que ce clip, diffusé gracieusement par les chaînes, n'est pas d'« intérêt général » et « n'a pas sa place dans un écran publicitaire », au sens de l'article 2 du décret du 27 mars 1992. «Il n'y a aucune censure ou interdiction, jamais de la vie, défend-on au CSA, on ne s'est pas prononcé sur le fond mais sur la forme, nous avons seulement demandé aux chaînes, à l'avenir, de veiller aux modalités de diffusion des messages susceptibles de porter à controverse». Intitulé Dear future Mom (« Chère future Maman »), le film s'adressait aux mères dans un plaidoyer drôle et tendre où chaque jeune valorisait ses qualités.

Recours auprès du Conseil d'État pour excès de pouvoir

Tout en reconnaissant que le message de ce clip s'inscrit « dans une démarche de lutte contre la stigmatisation des personnes handicapées », le CSA estime qu'« il aurait pu être valorisé par une diffusion mieux encadrée et contextualisée, par exemple au sein d'émissions ». « À quel titre leur parole devrait être systématiquement contextualisée ? s'indigne un parent. À quand aussi une signalétique “interdit aux moins de 10 ans” ou aux femmes enceintes quand un handicapé s'exprime ? Ce sont des citoyens comme les autres !  ».
« Ils demandent au Conseil d'État le droit d'être des citoyens à part entière »
Corinne, magistrate et maman d'un des jeunes trisomiques
Le CSA motive sa décision en disant que la finalité du clip, « en s'adressant aux futures mères », « peut paraître ambiguë et ne pas susciter une adhésion spontanée et consensuelle ». Il risque, selon lui, de générer un trouble chez les femmes qui pourraient décider de ne pas garder le fœtus porteur de trisomie qu'elles attendraient. [...] 

« Se défendre contre les méchants »

Heurtée par cette position, une des jeunes Françaises du clip, Inès, 17 ans, a déposé le 25 septembre un recours auprès du Conseil d'État pour excès de pouvoir. Conjointement avec six amis porteurs de trisomie 21, qui se sentent offensés et restent « choqués », dit l'un deux. Aidés par leurs parents dans leur démarche, Marguerite, Inès, Julia, Théophile, Jean-Baptiste, Maxence et Clément veulent « se défendre contre les méchants mais pas tout seuls : devant le juge », explique Jean-Baptiste, 18 ans. [...]

Retour aux bonnes nouvelles Publier une bonne nouvelle (réservé aux inscrits)
 

Ajouter un commentaire



Dr. Radut Consulting