Aller directement à la navigation

Oulan-Bator : ordination du premier prêtre d’origine mongole

Portrait de Cat-modératrice
La bonne nouvelle: 

Nouvelle du site Églises d'Asie :

« Une bénédiction toute particulière de Dieu qui vient visiter son peuple. Un don de Dieu pour la petite Eglise de Mongolie et pour l’Eglise universelle, ainsi que pour le pays dans son ensemble, qui n’est pas chrétien. » Telles ont été quelques-unes des paroles que Mgr Venceslao Padilla, préfet apostolique d’Oulan-Bator, a prononcé ce dimanche 28 août en sa cathédrale Saint Pierre-Saint Paul à l’occasion de l’ordination sacerdotale d’Enkh Baatar. Agé de 25 ans, le jeune prêtre est le premier prêtre d’origine mongole ; il intègre un presbyterium jusqu’ici composé uniquement de missionnaires étrang

[...] Au-delà du fait que l’ordination du premier prêtre mongol atteste de l’enracinement progressif de la foi catholique dans ce pays de trois millions d’habitants, ses conséquences ne seront pas qu’ecclésiales et apostoliques. En effet, sur un plan pratique, l’Eglise catholique en Mongolie ne bénéficie actuellement que d’un statut juridique fragile. Conformément à la loi mongole, le chef officiel d’un organisme religieux doit être de nationalité mongole. Jusqu’à l’ordination d’Enkh Baatar, tous les responsables des communautés catholiques, y compris la préfecture apostolique, étaient donc officiellement des laïcs. De même, les titres de propriété des terrains ne pouvant légalement qu’être détenus par un citoyen mongol, la propriété des terrains de la préfecture apostolique d’Oulan-Bator avait été mise au nom de la secrétaire de Mgr Venceslao Padilla, une laïque. L’ordination du jeune Mongol laisse entrevoir des solutions juridiques plus pérennes.

De même, l’Eglise est soumise à une loi de 2009 qui oblige les étrangers travaillant dans le pays (dont les missionnaires) à embaucher du personnel mongol. Les quotas en vigueur sont assez élevés pour peser lourdement sur les finances de l’Eglise locale, qui se voit obliger d’employer des Mongols pour tous les prêtres étrangers qui servent sur place. L’arrivée d’un prêtre de nationalité mongole pourra contribuer à alléger quelque peu cette charge pour une Eglise par ailleurs très engagée dans les services humanitaires, caritatifs et éducatifs.
 

Retour aux bonnes nouvelles 

Publier une bonne nouvelle (réservé aux inscrits)

 

Ajouter un commentaire



Dr. Radut Consulting