Aller directement à la navigation

Installation de la 4e « boîte à bébé » de Suisse

Portrait de Cat-modératrice
La bonne nouvelle: 

Pourquoi mettre cet article dans les bonnes nouvelles ? Certaines personnes sont plutôt scandalisées par l'existence des « boîtes à bébé », qui favoriseraient l'abandon des bébés par leur maman, et priverait ceux-ci de tout espoir de retrouver leurs origines. 

Pourtant, c'est à mes yeux une solution extrêmement positive. Aujourd'hui où l'avortement est encouragé, tandis que les femmes qui donnent leur enfant à l'adoption sont presque toujours violemment jugées, cette pratique permet aux femmes qui sont dans des situations difficiles ou se sentent incapables d'assumer leur enfant, d'échapper au désespoir et à une humiliation plus grande encore. Qui sait s'il n'y aurait pas moins de meurtres de nourrissons si les boîtes à bébé se trouvaient dans tous les pays... De plus, l'assurance de l'anonymat peut aider une femme à prendre la décision courageuse de porter son enfant pour le donner à l'adoption, plutôt que de choisir d'avorter secrètement.

Nouvelle du site Cath.ch :

La bôite à bébé de la clinique bernoise est la quatrième du genre en Suisse après Einsiedeln (SZ), Davos (GR) et Olten (SO). Les autorités des cantons du Valais, de Zurich, du Tessin et de Thurgovie étudient ou préparent actuellement de telles installations. La première structure du genre de Suisse romande pourrait voir le jour en Valais en 2014, suite à une motion transmise par le Grand Conseil.

Huit nouveaux-nés ont été déposés dans la "boîte à bébé" d'Einsiedeln depuis son ouverture en 2001. Un seul enfant a été repris par sa mère. Les autres ont été placés dans des familles d'accueil, avant d'être adoptés après un délai d'un an durant lequel leur maman ne les a pas réclamés.


Une mère qui place son enfant anonymement dans une "boîte à bébé", n'est en principe pas punissable, car la sécurité et le bien-être du nouveau-né sont garantis. Le fonctionnement de l'installation est simple. La mère ouvre la fenêtre et place le bébé dans le petit lit. Elle trouve une "lettre à la maman" qui lui explique ses droits et lui fournit des conseils et des adresses de contact.

 

Ajouter un commentaire



Dr. Radut Consulting