Aller directement à la navigation

Idée géniale d'un prêtre pour que les personnes malades ou âgées puissent venir à la messe : le «taxi-messe» !

Portrait de Filippo-modérateur
La bonne nouvelle: 

Nouvelle du site du journal La Croix :

Les catholiques de Revel et Caraman, au sud-est de Toulouse, n’ont plus à prendre le volant pour se rendre aux offices depuis le lancement du service « taxi-messe ».

Le concept est simple. Plus besoin de conduire pour se rendre à la messe du dimanche soir. Un chauffeur vient directement chercher les paroissiens à leur domicile. Ici, pas d’application mobile de type Uber mais un simple numéro de téléphone portable, communiqué pour les réservations. Baptisé « Taxi-messe », ce service est d’ailleurs gratuit, mais les utilisateurs peuvent contribuer financièrement afin de pérenniser cette proposition faite par le nouveau curé de l’ensemble paroissial de Revel et Caraman, deux communes rurales situées au sud-est de Toulouse.

Concrètement, le P. Sébastien Vauvillier met à disposition son véhicule de neuf places tandis qu’un conducteur, salarié de la paroisse, assure les navettes. Un service qui s’adresse à tous. « Notre territoire est étendu, comptez une quarantaine de kilomètres d’un bout à l’autre », justifie ce prêtre de 42 ans. « Nos paroissiens craignent de prendre la route, notamment lors des soirées d’hiver, ou n’ont tout simplement pas de véhicule, faute de moyens. Je pense aussi à des jeunes qui suivent la catéchèse et qui voudraient se rendre à la messe bien que les parents ne soient pas pratiquants… Ces derniers ont tendance à ne se déplacer qu’après avoir constaté l’attachement de leurs enfants à la pratique liturgique. En attendant, nous facilitons la venue des enfants !



Le service se met doucement en place. Si la demande venait à s’amplifier, des paroissiens ont fait savoir qu’ils seraient disponibles pour assurer des navettes supplémentaires. « L’objectif est de rassembler la communauté chrétienne malgré la distance géographique, résume le P. Sébastien Vauvillier. Tout cela dans le contexte d’une société très individualiste. Les gens aiment leur indépendance. Le revers de la médaille, c’est qu’au moindre ennui de santé ou financier, ils s’isolent et n’osent pas demander de l’aide. Pourtant, dans l’Évangile, il est écrit : “Demandez, et l’on vous donnera.” En réalité, les gens ont peur d’être redevables. »

Retour aux bonnes nouvelles 

Publier une bonne nouvelle (réservé aux inscrits)

Ajouter un commentaire



Dr. Radut Consulting