Aller directement à la navigation

pauvreté

Portrait de Cat-modératrice

Saint Jean-Paul II : Comment l'Église œuvre pour le développement

Temps de lecture estimé : 3 min 30

Sur le chapitre V de l’encyclique Redemptoris Missio - Cinquième partie : § 58 à 60

Les missionnaires contribuent à l’évangélisation mais aussi au développement des pays pauvres. Mais la contribution spécifique de l'Église consiste surtout à offrir aux peuples non pas plus d'avoir, mais plus d'être, en réveillant les consciences par l'Évangile.

Il faut répondre aux besoins de tous ordres, et les missionnaires y participent, avec leurs écoles, leurs hôpitaux, leurs imprimeries, leurs universités, leurs exploitations agricoles expérimentales. Mais le plus important est d'agir au niveau des mentalités et des comportements : c'est l'homme qui est le responsable du développement, et non l'argent ni la technique. Et la connaissance du Christ permet à l’homme de prendre conscience de la dignité de l’homme, lui donne l’élan et une force pour lutter contre les injustices.

Portrait de Cat-modératrice

Sister Joan Evans, une « Mère Teresa » venue d’Australie

Temps de lecture estimé : 3 min.

Lorsque je suis arrivée pour la première fois à Bangkok en 1995, cela faisait déjà quatre ans qu’elle vivait dans l’un des quartiers les plus pauvres de cette mégapole.
Pleine d’énergie pour aider et aimer les plus démunis, elle l’était quand elle a démarré sa mission à 58 ans, et elle l’était tout autant, à 82 ans, lorsque je l’ai revue au mois de juillet dernier et qu’elle m’a traînée au petit matin pour distribuer du lait à 160 mamans…

Sister Joan Evans est une religieuse australienne de la congrégation des Sœurs de la Présentation. Avant de prendre sa retraite, elle était enseignante en Australie. En 1991, à l’occasion d’un rassemblement de sa congrégation en Thaïlande, elle a découvert le quartier très pauvre de Khlong Toey et elle a été saisie par un appel à servir ces personnes dont beaucoup sont dans une grande détresse matérielle et morale.

Portrait de Cat-modératrice

Nouvelles de la communauté Points-Cœur de Manille, après le passage du typhon Haiyan

Temps de lecture estimé : 2 min

Mon amie Séverine Dubois, membre du mouvement Points-Cœur, m'a une fois encore autorisée à publier des extraits de son rapport de mission. Je commence par vous faire part des nouvelles de son quartier, après le passage du Typhon, et je publierai très prochainement d'autres passages de sa dernière lettre.

Portrait de P. Thibault de Pontbriand

Quand les enfants d’un quartier pauvre de Dakar font un triomphe en jouant Kirikou au théâtre

Temps de lecture estimé : 5 minutes

Les enfants du quartier du Point-Cœur de Dakar, devant le Théâtre National Sorano

Note de la modératrice :

Le Point-Cœur de Dakar est une petite communauté située dans le quartier de Grand Yoff, à la périphérie de Dakar.
De jeunes bénévoles, deux séminaristes et un prêtre y vivent une vie toute simple, au service des gens du quartier, donnant une priorité à l’amitié et à la prière.

Cette année, pour la première fois, l’équipe du Point-Cœur a organisé une représentation théâtrale avec trente enfants du quartier. Cette pièce a été un véritable succès, et vous pouvez commander le DVD pour 10€, au profit de cette communauté Points-Cœur du Sénégal. Voir au bas de l'article.
 

Le 22 septembre nous avons joué « Kirikou et la sorcière » au théâtre national Daniel Sorano. Je remercie ceux qui ont bien voulu contribuer à la réussite de cet événement en offrant des places pour nos amis du quartier.

Ainsi, nous avons pu emmener 350 personnes de Grand Yoff et de Keur Massar, dont certains de nos amis qui travaillent sur la décharge de Dakar (Mbeubeus). Ils s’étaient habillés de beaux boubous, enfants et parents pour cette sortie en ville, au théâtre ! Nous leur avions donné rendez-vous près du Point-Cœur, où six bus nous attendaient pour nous y conduire.

La pièce de théâtre Kirikou jouée par les enfants du quartier du Point-Cœur de Dakar
Portrait de Cat-modératrice

À Manille, la vie jaillit là où nous ne voyons que la destruction

Temps de lecture estimé : 3 min

Témoignage de Séverine Dubois, membre du mouvement Points-Cœur.

Manille, Philippines, le 10 septembre 2013

Chers parrains, chers amis, chère famille,

Dans une rue du quartier du Point-Cœur de Manille, il y a trois semaines.Juillet, août, septembre… La saison des pluies, la saison des typhons. Une époque peut-être pour se laisser davantage encore surprendre par l’extraordinaire vie de ce peuple philippin… Alors qu’il y a trois semaines, un important typhon frappait la région de Luzon, laissant de très nombreux quartiers inondés, les journaux internationaux ne faisaient état que des dégâts.

Cependant, pour nous qui habitons dans ces zones fréquemment inondées, une chose frappe… L’année dernière, il y eut une importante tornade en France. Je me souviens d’une femme en pleurs… Sa maison avait été en partie détruite par les vents. « En trente secondes, confiait-elle entre deux sanglots, c’est ma vie qui s’est écroulée… »

Enfant philippin jouant sous la pluie pendant la saison des typhons
Portrait de Nénuphar

La violence de Duan : un cri de soif d'amour

Temps de lecture estimé : 4 min 30

Points-Cœur est une association fondée en 1990 par le Père Thierry de Roucy, qui envoie de jeunes bénévoles vivre pour un ou deux ans dans des bidonvilles et des quartiers pauvres du monde entier. C’est une association catholique, et la prière prend une grande place dans la vie des équipes. Il y a aussi des jeunes qui décident de se consacrer à vie dans cette œuvre, au service de Dieu et des plus souffrants.

Dans le bidonville de Khlong Toey à Bangkok

ANAK – Un pont pour les enfants

Temps de lecture estimé : 1 min et vidéo de 2 min

Depuis 1998, l’association ANAK-Un pont pour les enfants vient en aide aux enfants des rues de Manille.

À Manille, la fondation Un pont pour les enfants est au service des enfants des rues, avec 3 programmes pour redonner leur dignité aux enfants perdus : enfants des rues (265 enfants dans 15 maisons d’accueil), enfants des bidonvilles, enfants chiffonniers. La priorité de la fondation est le suivi individuel des enfants de la rue pour les aider à se reconstruire malgré leurs blessures profondes.

Portrait de Cat-modératrice

Le réveil d'une mère

Temps de lecture estimé : 4 min

Témoignage de Séverine Dubois, membre du mouvement Points-Cœur.

Manille, Philippines, le 12 novembre 2012

« Un, deux, trois, pompez ! Un, deux, trois, pompez… » Il est 4 h 30 du matin et nous nous relayons une fois de plus avec Lisa dans cette salle d’hôpital pour donner au petit Arnel l’oxygène dont il a besoin. 

Suzana et son fils Arnel
Souscrire à RSS - pauvreté


Dr. Radut Consulting