Aller directement à la navigation

Aimer n'est pas jouer : savoir rompre définitivement

Portrait de Filippo-modérateur

Cet article porte sur la rupture de la relation amoureuse, qu’elle ait commencé sur un site de rencontre ou ailleurs.

Dans tout ce qui va suivre, c’est la liberté des partenaires qui est le fil rouge.

Notre époque où il est « interdit d’interdire » cause une très grande confusion dans les relations homme-femme. Ainsi, lorsqu’une relation amoureuse est sur le déclin, le plus facile est de ne rien décider. Alors, la relation va devenir une affaire vaporeuse, flottant au gré des saisons sentimentales entre l’indifférence, l’amitié, et peut-être à nouveau l’amour. L’absence de décision, très courante, empêche les personnes d’être vraiment libres pour une nouvelle relation. La décision d’un engagement définitif est difficile. À un degré moindre, la décision d’une coupure franche est difficile.

Pourtant, sans cette coupure franche, une nouvelle relation subira des interférences de la précédente, même si cette précédente relation n’est soi-disant plus qu’une « amitié ». Il n’y aura pas de vraie liberté, et le nouveau partenaire sera plus ou moins trompé.

Celui/celle qui n’a pas coupé ne saura pas trop quoi faire et dire de celui/celle qu’il vient de « quitter », et risque d’être dans la dissimulation. L’autre personne souffrira, même inconsciemment de n’être pas franchement choisie, de manière unique.

Autant l’être humain est fait pour avoir un certain nombre d’amis solides, autant aucun bien ne peut sortir de relations amoureuses plus ou moins simultanées.

Pour être vraiment libre, il est fortement déconseillé de rester en amitié avec la relation amoureuse précédente. La coupure franche est la meilleure solution. Elle doit être faite au plus tard quand une nouvelle relation commence. Il est préférable de la faire avant, pour avoir le cœur totalement libre pour la nouvelle personne rencontrée.

 

Alors que faire ? Il s’agit de poser un acte de force, avec l’aide de Dieu si l’on est croyant, avec l’aide d’amis proches ou de conseillers de confiance si on en a. Je dois décider de couper et me tenir résolument à ma décision. Il s’agit d’un engagement définitif un peu étrange, mais c’en est bien un. La rupture doit être totale et définitive. D’abord en informer de la manière la plus claire celui ou celle avec lequel/laquelle on rompt. Il ne doit y avoir aucun doute dans mon esprit, et tâcher de n’en laisser aucun chez l’autre. Parfois, il refusera complètement ma décision, ou la prendra à la légère, croira à un coup de tête, ou toute autre chose. Il sera d’autant plus important que j'ai pris la décision à froid et d’avoir laissé passer quelques jours avant de l’annoncer. S’il/elle a toujours refusé l’idée que j’arrête la relation et cherche à me reconquérir, une décision mûrement réfléchie sera d’une grande aide pour tenir bon et ne pas faire marche arrière.

 

Une fois ce moment courageux et douloureux passé, il faut passer à l’aspect pratique de la rupture.

Attention : la coupure des communications doit se faire en dans les deux directions : je pourrai être tenté de le/la recontacter, mais lui/elle aussi. C’est pourquoi il faut tâcher de rien laisser au hasard.

Dans un monde de communications multiples, une check-list peut être utile pour ne rien oublier. Il s’agit de supprimer tous les moyens pour que je le/la contacte ou pour qu’il/elle me contacte, de même que toutes les traces numériques sur mes appareils.

Moyens de communication :

  • l'effacer totalement de mon carnet d'adresse papier ou électronique
  • bloquer ses messages sur le site de rencontres que nous avons utilisé, le cas échéant
  • mettre un filtre dans ma boîte email pour envoyer directement ses emails à la corbeille au cas où il/elle essaierait encore de m'écrire
  • le/la bloquer sur toutes les messageries que nous utilisions : Skype, Google...
  • supprimer son n° de tel sur mes téléphones portable et fixe
  • si j’ai cette fonction, le/la mettre sur la liste noir des n° entrants
  • sur tous les réseaux sociaux auxquels je suis inscrit : l'enlever de mes amis/contacts... , le bloquer pour l'empêcher de me contacter et empêcher que l'on se voit mutuellement
  • supprimer tout abonnement à des contenus qu’il/elle pourrait écrire sur Internet (ex : Twitter)

Traces numériques sur ordinateur, téléphone portable, tablette… :

  • toutes nos conversations par email, les siens comme les miens
  • toutes nos conversations par SMS
  • tous les fichiers photos/vidéos/textes de lui/d'elle

À chacun de réfléchir à d’autres liens qui pourraient être réactivés ultérieurement et qui risqueraient de brider ma liberté dans une nouvelle relation.

Tout couper est nécessaire : qu’il reste un fil de vêtement ou un câble de marine, je serai toujours lié !

Ce nettoyage est précieux car si quelque chose est lu par mon nouveau partenaire alors que je ne lui ai pas parlé de mes relations amoureuses antérieures, il risque de le prendre très mal.

 

Problème : nous sommes dans la même ville et nous fréquentons les mêmes cercles d’amis.

C’est plus délicat bien sûr. D’abord, il est bon de cesser de fréquenter les cercles qu’il/elle fréquente et qui ne me sont pas vraiment nécessaires. C’est pénible, mais la liberté est à ce prix.

Que faire pour les cercles que je ne veux pas quitter et pour les rencontres surprise, type mariage d’ami commun ? Le plus sûr moyen de ne pas raviver les sentiments et de donner de faux espoirs, c’est de refuser toute conversation. Un bonjour sans plus, une certaine froideur, et l’autre comprendra que non seulement il n’est pas question de reprendre une relation amoureuse, mais même que toute idée d’amitié est exclue définitivement. Garder ses distances verbalement, matériellement et éviter de croiser les regards sont aussi de bons moyens.

 

Point important : non seulement je deviens libre, mais je rends également sa liberté à mon ancien partenaire. S’il continue à rêver de moi, c’est triste pour lui, mais au moins il en portera la responsabilité entière. De mon côté, j’aurai fait tout ce que j’aurai pu pour lui rendre sa liberté. C’est un réel service, un grand service que je lui aurai rendu. Ce qu’il fera de cette liberté n’est en aucune manière sous ma responsabilité. Ce serait de la fausse compassion, une manière de l’empêcher d’avancer que de vouloir le « consoler » de notre rupture, ce serait une forme de « pitié dangereuse » à éviter absolument.

Vous l’aurez compris, la rupture franche est le seul moyen pour que votre prochaine relation amoureuse démarre sur une base de liberté totale de votre côté. Ceci est particulièrement important si vous avez déjà eu plusieurs relations amoureuses auparavant. Il est déjà suffisamment difficile de gérer les souvenirs, qui ne pourront s’effacer de votre tête, sans en rajouter avec des éléments extérieurs qui vont encore vous compliquer la vie, et celle de votre nouveau partenaire.

La prière, le courage, la capacité de prendre des décisions importantes et de s’y tenir sont les moyens requis pour éviter le malheur des relations amoureuses floues et au contraire de jouir pleinement de la joie du véritable amour entre un homme et une femme, dans une pleine et entière liberté.

 

Retour au Blog des célibataires chrétiens

 

 

 

Mots-clés blog célibataires:
Évaluez cet article: 
Moyenne : 5 (1 vote)
Réseaux sociaux: 

Commentaires

Merci

Merci pour cette mise au point qui est importante. Cependant une chose me vient à l'esprit en lisant ces lignes. Le monde dans lequel nous vivons et les relations que nous entretenons mènent à faire ces choix douloureux qui qu'on le veuille ou non laisse de profonde blessure. Je reste persuadée que si toutes les relations que nous pouvons avoir avant de rencontrer celui ou celle qui partagera notre vie sont permises par Dieu elles ne sont pas de lui. C'est pourquoi il est important de vivre une véritable amitié avec une personne avant de s'engager. Sans équivoque quant aux mots, aux gestes utilisés. Certains gestes, j'irai presque jusqu'à dire certains mots sont déjà une sexualité dans le sens où ils sous entendent un certain engagement et une une certaine intimité. La chasteté, qui est un dur combat est la clef de tout. Ainsi, je pense que si pour une femme il est important de veiller à la façon dont on se tient, dont on s'habille, dont on parle afin de ne pas troubler un homme (plus sensible que les femmes aux images) il est tout aussi important pour un homme de veiller aux mots qu'il emploie, aux gestes qu'il fait afin de ne pas troubler une femme (plus sensible qu'un homme à tout un imaginaire romantique.) Si on a pu tomber par le passé ce n'est pas grave nul n'est parfait et le Seigneur ne condamne personne, je pense qu'il est cependant important d'en prendre conscience et de remettre tout cela à la Miséricorde infinie de Dieu pour les catholiques notamment dans le Sacrement de réconciliation qui est aussi le Sacrement de la guérison.

Portrait de Cat-modératrice

Merci pour ce commentaire.

Cependant, il n'est pas possible de passer directement de l'amitié au mariage. Il y a forcément une période où un homme et une femme vont cheminer ensemble en étant officiellement dans une relation amoureuse, même si celle-ci se vit dans la chasteté, sans relations sexuelles avant le mariage.

Pour discerner avant de se marier, comme pour se préparer au mariage, il est nécessaire de se donner l'un à l'autre d'une manière plus profonde que dans la simple amitié. Cette donation n'implique pas d'avoir des relations sexuelles, mais elle implique ce que vous désignez en disant : "Certains gestes, j'irai presque jusqu'à dire certains mots sont déjà une sexualité dans le sens où ils sous entendent un certain engagement et une une certaine intimité."

Pour autant, tant que le mariage n'a pas eu lieu, même si les fiançailles ont eu lieu, la rupture est possible, et parfois nécessaire. La rupture d'un cheminement amoureux, et plus encore la rupture de fiançailles, implique toujours de la souffrance, parfois beaucoup de souffrance et de blessures. Cette souffrance n'est pas forcément le signe qu'on ait fait erreur de commencer à s'engager dans la relation. Certaines souffrances sont inhérentes à la vie et à notre croissance.

Lorsque le don mutuel est allé encore plus loin, avec le don des corps dans des rapports sexuels, les blessures sont encore plus profondes. Là, l'Église enseigne que c'est une mauvaise chose d'aller si loin avant un engagement définitif.

ok mais j'ai son numéro de portable dans la tête.Et j'ai encore des affaires chez lui depuis 4 ans.Je n'ose pas le recontacter.Mais il m'a souhaité mon anniversaire en janvier 2016,et j'ai répondu pour remercier.IL y a encore chez ses parents une photo de lui et moi.Sa nouvelle compagne l'a vue et a râlé..On n'a pas toujours le contrôle,ni lui,ni moi.
Qu'est-ce que je fais pour mes affaires?des photos papiers d'avant notre relation (quand ça existait encore)?
De toute façon ,il m'est impossible d'envisager une nouvelle relation vu que je ne plais à personne et inversément.

Portrait de Cat-modératrice

Je pense que le premier pas pour vous libérer serait de changer de prière, et de demander à Dieu de vous donner la grâce de tourner la page et de vous détacher de lui.

Je suppose que faire cette prière, dans votre situation, est déjà comme un arrachement. Si je vous disais tout de suite de vous débarrasser de toutes ses affaires, je suppose que ce serait trop violent pour vous. Dites-moi si je me trompe.

Je prie pour vous.

C'est pas facile du tout surtout quand on a rompu tous les liens de contact mais il reste dans votre coeur un amour si fort qu'il vous est difficile de le rompre on a beau prié mais quand Dieu n'intervient pas nous n'avons pas de force pour rompre avec se sentiment dans nos coeur.

Portrait de Cat-modératrice

Bonjour Agnès,

Non, ce n'est pas facile, on ne fait pas disparaître des sentiments forts d'un claquement de doigts.

J'espère que vous ne vous repliez pas sur vous-même, que vous voyez le plus possible vos amis, et que vous essayez d'utiliser votre temps libre pour des activités qui vous plaisent vraiment.

Bonjour Catherine,
C'est justement une expérience de ce genre que je voudrais expérimenté dans ma vie. Avec tout cet amour que j'ai dans mon coeur je ne demande qa pouvoir le partagé et le fait de le garde en moi ca m'ettouffe,si seulement je pouvais savoir quelle prière faire ou quel attitude opté pour que Dieu me vienne en aide j'ai tant besoin de son amour,il m'arrive de penser que je prie mal mais je me dis lui qui me connais mieux m'enverra le Saint esprit pour m'apprendre à prier.de fois quand quand Dieu ne me répond pas je suis tentée d'abonné mais je me ressaisi et dis Lui est miséricordieux répondra un jour à mes prière et j'aurais sûrement le temps de jouir de sa bonté mais en attendant j'ai besoin de soutien pour persévérer.

Portrait de Cat-modératrice

Bonjour Agnès,

Vous avez raison, Dieu nous donne l’Esprit Saint, ce n’est pas la peine de nous casser la tête pour trouver une prière que Dieu puisse mieux agréer.

Parfois l’Esprit Saint nous inspire une prière qui correspond à ce que Dieu veut nous donner, en entrant dans cette prière, cela nous fortifie dans la foi. Mais lorsque l’on ne sait pas comment demander, il ne faut pas se tourmenter car Dieu est un Père et non un employeur qui ait besoin d’une lettre de motivation convaincante.

Les souffrances dues à un amour malheureux ou due à l’absence d’amour et la solitude traversent toute l’histoire de l’humanité. Elles traversent toute la Bible.

Le bouddha Siddharta Gautama, fondateur du bouddhisme il y a plus de 2500 ans, avait constaté que nous étions tous obligés de souffrir d’être unis à ce que nous n’aimons pas et d’être séparés de ce que nous aimons (Cf. La « première noble vérité »).

La réponse du bouddha à ces souffrances inévitables est de supprimer l’attachement. Je caricature, mais pour le bouddhisme, si l’on ne désire plus rien alors on ne souffre plus. Désirer quelque chose est une illusion qui ne peut que nous mener à la souffrance, et la souffrance n’a pas de sens, elle n’est que la conséquence de notre manque de sagesse, de notre attachement.

Le christianisme propose un chemin radicalement différent. Jésus lui-même souffre parce qu’il voudrait être uni à nous dans l’amour. Saint Dominique faisait des nuits blanches à cause de son amour et de son inquiétude pour les pécheurs.

Il est normal que l’amour d’une femme pour un homme et d’un homme pour une femme soit cause de telles souffrances aussi. Cet amour est à l’image de l’amour de Jésus pour l’Église, il est à l’image de l’amour de Dieu au sein de la Trinité.

Dieu nous fait parfois attendre très longtemps avant de nous donner une réponse. Il connaît le meilleur moment, il sait quand nous sommes prêt, il sait à quel moment ce sera le plus fécond.
Souvent, les réponses de Dieu ne correspondent pas à ce que nous espérions, mais cela ne veut pas dire qu’il nous ait abandonnés. Dieu a à nous donner un bonheur plus profond que tout ce à quoi nous aspirons. C’est souvent difficile de tenir dans le temps jusqu’au moment où notre vie (re)devient simple.

Dans le combat, dans les moments où nous sommes déterminés à appartenir à Dieu bien que nous sachions que nous pouvons tomber, nous pouvons confier l’avenir à Jésus en étant sûr qu’il gardera cette prière même si nous l’oublions :

« Mon Jésus,
c’est à toi que je veux appartenir,
à cet instant j’ai confiance que tu veux mon bien,
j’ai confiance que tu me prépares le vrai bonheur,
je sais que sans ton aide je suis incapable d’éviter le péché,
aide-moi à ne pas pécher,
mais si je tombe,
fais que je revienne toujours à toi,
que j’accepte toujours de saisir ta main au moment où tu me relèveras,
que jamais je ne sois séparé(e) de toi. »

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un robot de spam. Vous pouvez taper indifférement des minuscules ou des majuscules.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.


Dr. Radut Consulting