Aller directement à la navigation

Les catholiques et les homosexuels

Exprimer une révolte: 

Aujourd'hui je voudrais m'exprimer sur ce sujet d'actualité, qui me révolte.

En tant que catholique, je sais bien et je crois en ce que Dieu a dit et fait : il a créé l'homme et la femme pour qu'ils puissent s'aimer et construire une vie ensemble, s'ils le désirent. Très bien.

Mais j'aimerais que les chrétiens reconnaissent, même si c'est désordonné, que la nature a fait qu'il y a aussi des hommes qui aiment les hommes, et des femmes qui aiment les femmes. Ou parfois, plus simplement, des hommes qui n'aimeront jamais les femmes, qui ne seront jamais attirés par elles, et qui chercheront donc leurs semblables, et inversement pour les femmes non attirées par les hommes. Voir aussi des hommes ou des femmes qui ne seront jamais attirés ni par l'un ni par l'autre sexe. 

Je suis désolée de dire cela, mais il y a un certain nombre de moines, voir de prêtres, qui ont ce problème (éfféminés) mais il ont la vocation alors ils sont aidés de Dieu, et ont choisi la vie consacrée. Pareillement, désolée de le dire, mais il y a des religieuses qui sont très garçon manqué et qui n'ont, par nature, jamais été attirées par l'autre sexe. Pareil, elles ont le bonheur d'avoir reçu un appel, et elles vivent leur différence avec moins de difficulté puisqu'elles ont une vie consacrée, et tournée vers Dieu.

Mais il y a, dans ce monde, des personnes qui vivent cette différence, mais qui ne sont pas croyants, ou qui vivent sans la pratique religieuse, ou qui sont entourés de personnes qui sont comme cela. Pour eux, une vie, c'est trouver sa moitié, avec des relations sexuelles, prendre du plaisir. Comme les couples hétérosexuels d'aujourd'hui. (je ne dis pas que c'est bien, je constate).

Bref. Il y a des homosexuels. 

J'ai des amis homos qui sont catholiques pratiquants, et qui se font regarder avec insistance lorsqu'ils vont communier. Jusqu'à un certain moment, on les laissait en paix, mais à présent, avec l'actualité, c'est limite si on leur dit à la fin de la messe qu'ils n'ont pas le droit de communier parce qu'ils sont en état de péché. J'ai répondu qu'un homme marié peut aussi être en état de péché, avoir trompé sa femme la veille, et on ne lui dira rien pour autant, si on ne connait pas sa vie privée. Là, concernant les homos, c'est un jugement sur apparence : ils sont gay, ça veut dire qu'ils sont sodomites, donc ils sont dans le péché, donc ils sont excomuniés. 

Récemment, il y a un évêque des Etats Unis qui a dit :

"qu'il n'était pas souhaitable que, qui soutient même dans son for intérieur, l'union civile des couples homosexuels, puisse s'approcher de la Sainte Communion: "Si un catholique reçoit le communion et en même temps nie la révélation que le Christ a légué à l'Eglise, il se met en contradiction: il croit que l'Eglise offre la Vérité salvatrice mais il refuse ce qu'elle enseigne. C'est une honte qui équivaut à un parjure."

Les homos catholiques que je connais, il y en a certains qui ne font absolument rien. Simplement, ils s'aiment, ils veulent vivre ensemble leur différence, et ils se retiennent, parfois c'est plus dur parce qu'ils ont des pulsions, mais c'est aussi humain qu'un célibataire qui va céder à une pulsion solitaire. Désolée de parler si franchement. Alors oui, parfois ils vont succomber. Mais ils ne construisent pas leur relation là dessus. Et le mariage homo, ils en rêvent, parce qu'ils veulent se jurer fidélité. En quoi est-ce mal et condanable ? 

 

Ok il y a de gros vicieux parmis la communauté homo, mais il y a aussi de gros vicieux chez les hétéros !! Pourquoi systématiquement juger les homosuelles sur leur différence ? Elle n'est pas plus sale que le règne du plaisir sexuel qui se développe dans cette société moderne !!

 

Alors moi, je pousse cette révolte. Je suis considérée comme excommuniée par cet évêque américain parce que je soutiens la communauté gay ? 

Je rappelle que Jésus a demandé à boire à la Samaritaine, qui faisait partie d'un peuple, à l'époque, considéré par les Juifs comme pire que le sang des porcs ! Et il a bu de son eau. Et jamais il ne lui a dit : je te condamne d'avoir eu 5 maris dans ta vie, tu es une fille de mauvaise vie. Jamais. Il lui a juste dit que son eau est sèche et que pour vivre il fallait qu'elle boive son eau à lui, Jésus. 

Hé bien moi je voudrais que les catholiques, au lieu de condamner les homosexuels pour leurs actes, qu'ils prient pour eux et leur conversion, et pour que les homosexuels puissent vivre en paix, malgré ce que l'on dira d'eux. Et si le mariage et la fidélité peuvent les aider à se sentir reconnus, et pas exclu, on ne peut pas dire que c'est mal. 

 
 

 

Réseaux sociaux: 

Commentaires

Portrait de Cat-modératrice

Merci Adélaïde pour cette révolte.

Tout ce que tu dis me travaille beaucoup aussi.

L'autre jour, j'ai publié, dans la revue de presses de bonnes nouvelles, un article sur la déclaration de Mgr Dolan aux USA, qui est contre le mariage homo, mais qui encourage à une plus grande charité envers les personnes homosexuelles : Mgr Dolan prône une Église plus accueillante à l’égard des homosexuels.

J'ai été sidérée par la violence des réactions de 3 catholiques sur Facebook, suite à cette publication. Ils traitaient Mgr Dolan de relativiste, etc., alors que l'article dit très clairement qu'il est opposé au mariage entre personnes de même sexe. C'est seulement un appel à l'amour !

Comment les personnes qui vivent d'une manière différentes de ce à quoi le Christ nous appelle pourront-elles avoir envie de changer de vie, si ceux qui leur font la morale les méprisent ? Si on regarde l'exemple de Jésus, lui-même était méprisé parce qu'il était amical avec les pécheurs.

Et, comme tu dis, les tendances homosexuelles ne sont pas en elles-mêmes un péché. Au contraire, les personnes qui ont des attirances homosexuelles et qui vivent dans la chasteté sont particulièrement méritoires. Ces chrétiens qui jugent les personnes visiblement homosexuelles sans rien savoir de leur vie privée sont gravement coupables, car elles risquent par leur attitudes de pousser ces personnes au péché, alors que Dieu voudrait qu'on les aime et qu'on les soutienne.

Merci pour cette révolte, il est bon, en ces temps où nous souffrons à cause des nouvelles lois, de rappeler que l'Église a pour vocation de témoigner de l'amour de Dieu. Dieu nous appelle à la pureté pour notre bonheur. Annoncer ce que dit l'Église en matière de mœurs est au service de la charité envers les personnes à qui nous l'annonçons. Les règles sont au service des personnes et non l'inverse.

Je vous dis aussi "merci Adélaïde" pour cette révolte. Elle témoigne au moins d'une compréhension et d'un amour que , malheureusement, on rencontre trop rarement dans certains milieux religieux.
Pourquoi demander aux homosexuels de vivre dans l'abstinence s'ils ont été faits comme cela? Car il semble acquis maintenant que ce n'est pas un choix de vie mais un état que l'on reçoit à la naissance.
Si Dieu les a créés ainsi, pourquoi faudrait-il leur dire de ne pas vivre ce qu'ils ont reçu? Dieu peut-il créer quelque chose de mauvais à ses yeux?
Je parle ici bien sûr de personnes, comme vous le dites, qui ne demande qu'à vivre "comme tout le monde" dans leur différence. Je ne parle de comportements sexuels débridés qui se retrouvent aussi bien chez le hétéro que chez les homo?

Votre réponse m'intéresse beaucoup.
Bien cordialement,

Bonjour,

je ne crois pas qu'on puisse dire que les personnes ayant une tendance homosexuelle "ont été faits comme cela", ou encore "Dieu les a créés ainsi". Comme si Dieu décidait quelle tendance sexuelle serait dans telle ou telle personne. 

La Bible est claire: homme et femme il les fit. C'est le couple dans la différence sexuelle qui est à l'image et à la ressemblance de Dieu. Le texte de la Genèse est incontestable, Dieu n'a pas créé l'homosexualité.

L'homosexualité résulte d'une blessure de l'affectivité, qui touche l'identité même. Elle survient dans différents contextes. Et, dans beaucoup de cas, n'est pas inéluctable. 

D'autre part, il faut bien considérer que la sexualité est un "accident", comme dit Thomas d'Acquin. Elle n'est pas pour l'éternité. Jésus est très clair: après la résurrection, nous serons comme les anges; sur ce plan. 

En attendant la vie éternelle, toute personne est appelée à la chasteté, chacun dans son état de vie.

Quant à l'homosexualité, comme elle est contraire au plan divin, il est évident qu'elle appelle la continence; et une démarche en guérison intérieure pour mieux tendre vers l'identité originelle de tout être, dans la cohérence entre le corps et le désir.

2357 L’homosexualité désigne les relations entre des hommes ou des femmes qui éprouvent une attirance sexuelle, exclusive ou prédominante, envers des personnes du même sexe. Elle revêt des formes très variables à travers les siècles et les cultures. Sa genèse psychique reste largement inexpliquée. S’appuyant sur la Sainte Écriture, qui les présente comme des dépravations graves (cf. Gn 19, 1-29 ; Rm 1, 24-27 ; 1 Co 6, 10 ; 1 Tm 1, 10), la Tradition a toujours déclaré que " les actes d’homosexualité sont intrinsèquement désordonnés " (CDF, décl. " Persona humana " 8). Ils sont contraires à la loi naturelle. Ils ferment l’acte sexuel au don de la vie. Ils ne procèdent pas d’une complémentarité affective et sexuelle véritable. Ils ne sauraient recevoir d’approbation en aucun cas.

2358 Un nombre non négligeable d’hommes et de femmes présente des tendances homosexuelles foncières. Cette propension, objectivement désordonnée, constitue pour la plupart d’entre eux une épreuve. Ils doivent être accueillis avec respect, compassion et délicatesse. On évitera à leur égard toute marque de discrimination injuste. Ces personnes sont appelées à réaliser la volonté de Dieu dans leur vie, et si elles sont chrétiennes, à unir au sacrifice de la croix du Seigneur les difficultés qu’elles peuvent rencontrer du fait de leur condition.

2359 Les personnes homosexuelles sont appelées à la chasteté. Par les vertus de maîtrise, éducatrices de la liberté intérieure, quelquefois par le soutien d’une amitié désintéressée, par la prière et la grâce sacramentelle, elles peuvent et doivent se rapprocher, graduellement et résolument, de la perfection chrétienne.

Portrait de Cat-modératrice

Pour ceux qui ne connaissent pas, ces articles sont issus du Catéchisme de l'Église Catholique, qui donne l'enseignement officiel de l'Église sur de nombreux sujets.

Merci pour cet extrait du CEC, qui rappelle que l'Église vit la charité dans la vérité.

Par les temps qui courent, on peut comprendre que certaines personnes se sentent tellement blessées par l'attitude et le mépris du gouvernement français, qu'elles en viennent à faire des amalgames entre les conséquences néfastes du mariage homosexuel qui ouvre la porte à l'adoption pour des couples de même sexe, et les personnes homosexuelles.

Pourtant, comme chrétiens, nous ne devons jamais oublier que la spécificité de notre religion est la miséricorde de Dieu que Jésus est venu nous annoncer. La miséricorde n'est pas la négation du péché, bien au contraire.

Pour remettre encore une fois les points sur les i :

- ne pas confondre les relations sexuelles homosexuelles avec les tendances, les attirances homosexuelles. Les pratiques homosexuelles dépendent du choix et de la volonté, les attirances homosexuelles ne sont généralement pas choisies et ne sont aucunement un péché. Il est très grave pour un chrétien d'avoir une attitude de rejet et de mépris envers une personne qui a des tendances homosexuelles.

- ne pas confondre les pratiques homosexuelles, qui sont considérées comme mauvaises par l'Église, qui ne peuvent pas rendre heureuses les personnes qui les pratiquent, avec les personnes en question. C'est par amour pour les humains que l'Église prévient de ce que seules des relations sexuelles entre homme et femme mariés peuvent rendre pleinement heureux, car elles sont à l'image de la communion au sein de la Trinité. Rejeter les personnes qui ont des pratiques homosexuelles est un grave péché de la part des chrétiens. Jésus n'a pas rejeté les pécheurs, il les a aimés, on lui a reproché de les fréquenter.

- le droit au mariage de personnes de même sexe, et le droit à l'adoption qui en découlent, ne concernent pas que le bonheur des personnes homosexuelles qui font le choix du mariage, mais aussi le destin des enfants adoptés et privés délibérément soit d'un père soit d'une mère. Pour autant, c'est un grave péché de la part des chrétiens de montrer de la haine envers les personnes qui font ce choix, et envers les personnes qui se sont battues pour obtenir ce droit. Et ce n'est pas ainsi que nous convaincront les non chrétiens que la loi du Dieu d'amour est meilleure que les lois des hommes...

Merci Kateri pour ces éclaircissements fort instructifs, et de remettre les préceptes christiques au goût du jour sur la tolérance et la miséricorde envers toutes personnes, quelque soit le choix de vie! Les lois "iniques" mettent tout le monde dans la merde, et divise notre société au lieu de l'unir!

Sur ces questions, il serait intéressant aussi de signaler les accueils possibles, et les démarches envisageables dans le domaine de la guérison intérieure.

Par exemple, Torrent de Vie fait un très beau travail dans ce sens. 

http://www.torrentsdevie.fr/

Il y a aussi

- Oser en parler

http://www.oserenparler.com/?page_id=37

 

Portrait de Cat-modératrice

Merci, je ne connaissais pas ces associations.

De nombreuses personnes homosexuelles se rendent compte que ces tendances ne les rendent pas heureux. Il est très triste d'entendre de nombreux témoignages de personnes homosexuelles qui voudraient faire des démarches pour « guérir » de ces tendances, et qui sont confrontées à toutes sortes de pressions pour les en dissuader, y compris de la part de chrétiens.

On parle beaucoup d'homophobie, on ne parle pas de la « phobie » contre les  personnes ayant des tendances homosexuelles qui aimeraient pouvoir aimer une personne de l'autre sexe et pouvoir fonder une famille.

Je pense que les catholiques sont un peu en retard / évangéliques dans ce domaine.

Même si le Château Saint-Luc accueille des personnes depuis des décennies.

J'ai rencontré des hommes qui sont sortis de l'homosexualité grâce à ces accompagnements, se sont mariés et ont des enfants. Et sont très heureux.

 

Un livre touchant aussi:

 

Ne deviens pas gay, tu finiras triste : témoignage de Sébastien et Pierre Pastré

éditions FX de Guibert

Je voudrais répondre à Mortreuil

En général, quand je parle aux chrétiens de l'homosexualité, ils me parlent toujours de l'épisode de Sodome et Gomorrhe.
Eh bien moi, je vous demanderai de bien relire cet épisode.
Jamais, dans ce passage, il n'a été question de condamner l'homosexualité. Et pire d'ailleurs, si c'était le cas, on trouverait plus acceptable que les habitants de Sodome abusent de jeunes filles vierges plutôt que d'hommes !!! Ce qui est aussi absurde que de prendre en exemple ce qui est écrit dans le Lévitique, qui est un texte adapté à l'époque du peuple Juif, et non plus à aujourd'hui.
Non, l'épisode de Sodome et Gomorrhe reproche à l'humanité d'avoir abusé et détourné le bonheur conjugal et le plaisir réservé aux époux. Cet épisode de la Genève montre les dérives du plaisir charnel et condamne la débauche. Non l'homosexualité, qui comme le dit Catherine, peut arriver.

Aujourd'hui, oui, c'est un peu Sodome et Gomorrhe dans notre société, mais ça concerne autant les couples hétéros que homos.
L'attirance homosexuelle est quelque chose d'aussi naturelle que l'hétérosexualité, car beaucoup d'homos sont nés homos. Ce n'est pas une tare, ni une maladie qui se guérit. C'est comme condamner ou se moquer des roux parce qu'ils sont nés roux ! (et ça existe, cette moquerie constante des roux. Parce que ça fait "bizarre", et que c'est rare).
Il faut aider les homos à s'accepter tels qu'ils le sont, mais à leur faire savoir que s'ils s'adonnent à la luxure, ils ne seront pas heureux. Et ils en sont bien plus exposés que les couples hétéros à cause de la nature de l'homme qui est d'avoir plus facilement des pulsions que les femmes). Mais le discours et la conversion sont les mêmes qu'envers les couples hétéros.

Pour ce qui est de l'épitre aux Romains, je trouve qu'il s'agit plus des conséquences de l'irreligion que le l'homosexualité en elle-même. St Paul explique que c'est la Foi qui aide à surmonter l'appel des convoitises et des désordres. Surtout à Rome à l'époque, célèbre pour son côté décadent.

Pour le passage de l'épitre aux Corinthiens, c'est aussi la fornication qui est montrée du doigt et condamnée. Pas l'attirance ou l'homosexualité.

Enfin, pour l'épitre à Thimothée, l'homosexualité n'est pas condamnée, elle est montrée au même titre que l'impudeur, le trafique humain, le mensonge ou le péché en général, parce qu'elle éloigne l'homme de la Vérité et du bonheur que Dieu nous promet si on se tient à Sa Loi, qui est bonne pour nous.

Il est évident qu'un homosexuel ne sera jamais véritablement et profondément heureux de sa situation. Parce qu'il sait, au fond de lui, que ce n'est pas normal, puisque la normalité, que ce soit d'un point de vue technique ou sociétal, c'est un homme + une femme = ouverture vers la procréation. Un amour pur, entier, d'un homme et d'une femme ouvre à la vie, contrairement à 2 hommes ou 2 femmes qui ne pourront jamais ouvrir leur amour au don de la vie. On est tous d'accord sur ce point.

MAIS il y a des êtres humains qui sont homos, nés homos ou devenus homos au cours de leur existence, et jamais cela doit être condamné ou montré du doigt.

Le catéchisme de l'église catholique souligne que c'est l'attirance sexuelle exclusive et prédominante qui n'est pas normale, ce dont je suis tout à fait d'accord car là c'est du vice et de la fornication totale. Mais l'attirance pour une personne du même sexe et les sentiments qui peuvent en découler ? Cela arrive et on ne peut pas les juger.

Je suis très préoccupée par cette question depuis quelques temps et je ne crois pas être hérétique ni mériter l’excommunication parce que je défends les homosexuels. En fait, je cherche juste à trouver plus de tolérance et à aider les homos par l'écoute et la découverte de ce qu'ils ont au plus profond de leur coeur, afin de les aider à s'accepter et à trouver leur voix vers le bonheur. Il ne faut pas les rejeter ni les condamner !

Pages

Ajouter un commentaire



Dr. Radut Consulting