Aller directement à la navigation

Les écrans, canaux ou écrans entre Dieu et nous ?

Portrait de Filippo-modérateur
Article du blog: 

Temps de lecture estimé : 3 min

Les écrans qui envahissent nos vies devraient normalement susciter chez nous une saine réflexion. Si nous devons quitter une certaine naïveté, en acceptant de regarder en face les risques, nous devons aussi porter un regard positif sur ces réalités qui subissent des changements continuels.

Pour alimenter notre réflexion, voici quelques éléments qui me semblent importants.

Récemment, on m’a rapporté qu’une petite fille de deux ans présentait des symptômes de manque dès lors qu’on lui retirait la tablette tactile qu’on lui avait offerte quelques temps plus tôt. Cette dépendance est valable aussi pour les adultes.

Ceux qu’on appelle les « no life », ceux qui n’ont plus de vie hors d’Internet et/ou des jeux vidéos, constituent un cas limite. Sans en arriver là, il peut être tentant d’avoir une consommation trop élevée, qui risque de mettre en péril une vie sociale « normale » avec les personnes que nous connaissons « de visu », et non seulement au travers des réseaux sociaux.

 

Un des dangers les plus évidents est la pornographie. Elle a totalement investi les sphères publique comme privée grâce au numérique. Lors d’un sondage de 2013, environ 50% des sondés (adolescents entre 15 et 24 ans) disaient avoir déjà fréquenté des sites pornographiques.

D'autres dangers sont plus cachés : beaucoup d’acteurs d’Internet veulent nous influencer. Certains veulent nous faire acheter toutes sortes de choses dont nous n’avons pas besoin. D’autres veulent nous amener à penser d’une certaine manière, parfois en opposition frontale avec nos convictions, souvent de manière insidieuse, comme une petite musique qui peut finir par s’imposer à notre esprit.

Il est bon de nous souvenir également que le temps passé devant Internet ou les jeux vidéos est du temps qui peut être utile, mais qui n’est pas passé avec notre famille, nos amis (sauf certains jeux), ou les personnes qui ont besoin de nous voir pour que nous les aidions par notre écoute, nos paroles ou nos actes.

 

Par ailleurs, il existe un domaine sur lequel peu de réflexions ont été menées. Il s’agit de l’impact des écrans dans notre relation à Dieu.

Certes, on peut voir dans Internet un moyen formidable d’acquisition de savoirs religieux. De même, il y a de nombreuses personnes qui se convertissent via Internet, et pas seulement parce qu’ils ont rencontré des internautes fervents.

Cependant, nous ne pouvons faire l’économie d’une relation non numérique avec Dieu. La prière, les sacrements, le contact direct avec nos frères chrétiens ne peuvent passer par la médiation des écrans.

Dès lors que nous voulons une authentique vie intérieure, nous devons adopter une attitude de sobriété dans notre consommation numérique.

On ne peut pas faire oraison devant un écran. On ne peut pas se confesser ni recevoir la communion en ligne. On ne peut pas chanter la gloire de Dieu avec d’autres chrétiens devant un écran.

 

Alors, oui, certes, les écrans peuvent nous fournir des moyens précieux pour alimenter notre vie spirituelle et pour évangéliser.

On peut y trouver toutes sortes d’activités qui nous ressourcent.

On peut y trouver des formations bibliques, spirituelles, théologiques. On peut y déposer des intentions de prière. On peut suivre des « retraites en ligne ». On peut trouver toutes sortes de sites d’information qui nous permettent de nous affranchir de la pensée dominante. On peut trouver un conjoint en accord avec nos convictions chrétiennes. On peut avoir des échanges très profonds avec d'autres chrétiens sur les forums et réseaux sociaux, et aussi avec des non chrétiens qui nous interrogent sur Dieu.

De manière active, comme nous y appelle le pape Benoît XVI, les chrétiens sont appelés à « évangéliser le continent digital » (Message pour la Journée Mondiale des Communications Sociales, 23 janvier 2009).

Cet appel a été entendu depuis longtemps par des milliers de chrétiens qui créent des sites par centaines pour fournir des services de plus en plus nombreux, services qu’eux seuls sont en mesure de fournir, du fait de leur foi. D'autres témoignent de leur foi et/ou de leur compassion sur les réseaux sociaux et forums. Tout cela est admirable et c’est vraiment la volonté de Dieu qui s’accomplit dans ces actions.

 

Pour conclure, souvenons-nous toujours que les écrans, comme toutes les réalités créées, doivent être soumis à l’homme pour que celui-ci grandisse dans son amour de Dieu et des hommes.

Si les écrans « font écran » entre Dieu et nous, si nos enfants et nous-mêmes devenons des esclaves de ces machines, alors nous devons être fermes et prier pour discerner ce qui doit changer dans notre vie.

Si, par contre, nous utilisons ces fruits de l’inventivité humaine de manière raisonnée et soumise à la volonté de Dieu, nous pourrons rendre grâce au Seigneur de nous fournir de nouveaux moyens pour lui rendre gloire, pour notre bonheur et celui de nos frères.

Retour au Blog catholique saint Jean-Paul II
 

Évaluez cet article: 
Moyenne : 4 (1 vote)

Commentaires

La peur n'écarte pas le danger;le tout est de ne pas se laisser fasciner par l'écran.Il faut que le message évangélique soit présent également sur les écrans,nos contemporains ne consultent plus les bibles enluminées..

Portrait de Filippo-modérateur

Aux Xe et XIe siècles, la culture européenne s'était presque exclusivement concentrée dans les monastères. Seuls les moines faisaient et consultaient les Bibles enluminées. Aujourd'hui, n'importe quel internaute peut faire connaissance avec la splendeur des enluminures du monde entier : http://www.moleiro.com/fr/livres-bibliques/la-bible-de-saint-louis.html Nos enlumineurs savaient déjà que "la beauté sauvera le monde" (Paul VI), et aujourd'hui leur œuvre demeure une source d'admiration et d'évangélisation, via Internet.

Ajouter un commentaire



Dr. Radut Consulting