Aller directement à la navigation

Abus sexuels : une grande crise de plus au cours de 2000 ans d'histoire de l'Église

Portrait de Filippo-modérateur
Article du blog: 

Rapport de la Conférence des évêques de France sur la lutte contre la pédophilieAvec la condamnation à de la prison, par la justice civile, d'un cardinal français en exercice, nous atteignons en cette année 2019 un paroxysme dans la tempête qui secoue l'Église depuis au moins 30 ans.

L'Eglise catholique traverse une crise majeure dont l'ampleur, je pense, peut être rapprochée d'au moins deux crises historiques au cours des vingt derniers siècles :
- la crise des Xe et XIe siècles ayant donné lieu à la réforme grégorienne (menée par le pape Grégoire VII)
- la crise de la Renaissance au XVIe siècle, ayant engendré la Réforme puis la Contre-réforme

Dans les années 850-1050, selon l'historien Jacques le Goff, les puissances laïques avaient mis la main sur l'Église. La conséquence en fut que le trafic des postes ecclésiastiques (postes souvent très lucratifs) se généralisa. Les prêtres vendaient les sacrements, s'adonnaient au trafic des reliques et en tiraient des revenus importants. Si les empereurs du Saint-Empire Romain Germanique (zone ayant pour centre l'Allemagne actuelle) avaient accaparé le droit de choisir le pape, les rois capétiens vendaient des évêchés et, après la conquête de l'Angleterre, les rois normands distribuaient à leurs fidèles les sièges épiscopaux anglais. En outre, les règles sur la continence sexuelle des prêtres était très largement abandonnées en France, en Allemagne et en Italie. (Jacques Le Goff, « Le christianisme médiéval », dans Histoire des religions, Tome 2, Gallimard, coll. « La Pléiade », p.811-815)

La crise de la Renaissance nous est beaucoup plus familière, avec son clergé corrompu et débauché jusqu'au plus haut niveau de l'Église, avec en particulier les fameux Borgia.

On se demande comment l'Église a pu survivre à des épreuves aussi effroyables. Et pourtant, avec l'aide de Dieu, l'Église a poursuivi son chemin, tombant et se relevant sans cesse.

Les premières manifestations de la crise actuelle remontent à la fin des années 80. Les faits, eux, remontent à bien plus loin. Cela fait donc environ 40 ans que les faits sont révélés, avec de plus en plus de publicité, et nous atteignons un paroxysme avec la condamnation du Cardinal Barbarin ce 7 mars 2019.

Les deux crises précédentes se sont étalées sur un siècle ou deux. Il ne faut hélas pas s'attendre à ce que la crise actuelle s'éteigne du jour au lendemain. Peut-être que nous avons en avons encore pour 20, 30, 40, 50 ans ou plus encore avant d'aboutir à une situation où le clergé sera suffisamment sélectionné, formé et encadré pour que les actes en question ne soient plus que d'infimes exceptions.

D'un point de vue plus spirituel, nous pouvons voir cette période très douloureuse comme une purification absolument nécessaire pour notre Église. Les victimes méritent que leurs torts soient reconnues et qu'on fasse tout pour les aider à se remettre de ce qu'elles ont subies. Les fidèles méritent d'être protégés. Le clergé mérite d'être formé et purifié pour être toujours davantage au service de tous. C'est le témoignage de toute l'Église qui sera plus pur et plus crédible quand ses membres seront libérés de ces pratiques infâmes.

Il me semble qu'au moins un évêque de France, Mgr Xavier Malle, a saisi l'occasion pour aller au fond des choses et proposer des mesures qui permettraient, autant que possible, d'aller au fond des choses. Le 18 octobre 2018, il a publié une lettre pastorale comportant pas moins de 19 pages.

Elle me semble exemplaire. Non seulement il explique avoir demandé à la cellule chargée de la protection de l'enfance d'exhumer TOUS les cas passés, mais il détaille son action et ses propositions avec une précision vraiment édifiante.

Je renvoie chacun vers ce texte, qui me semble être une bonne piste pour une réflexion et une action large, dans ce domaine qui ne peut qu'atteindre très profondément le cœur de tout disciple de Jésus, de tout fils de l'Église.

Évaluez cet article: 
Aucun vote pour le moment

Ajouter un commentaire



Dr. Radut Consulting